Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Les origines de la Grèce

mercredi 21 octobre 2020, par ljallamion

Les origines de la Grèce

À la Grèce classique de Périclès, Phidias, Eschyle, Platon, Aristote... nous devons les bases de notre culture et de nos institutions politiques.

Le mot “Grec” que nous avons coutume d’employer nous vient des Romains. Il provient peut-être de la première tribu hellénique qui s’installa en Italie : les Graikoi.

Les Grecs, dans leur langue, se nommaient eux-mêmes Achéens [1]. Le terme “Hellènes” quant à lui, ne s’appliquait qu’aux habitants de la zone centrale de Grèce, par opposition aux habitants du Péloponnèse [2].

L’Histoire de la Grèce débute en des temps très anciens, au Néolithique entre 6800 et 3200 av. jc.

Une mystérieuse population était alors établie principalement en Thessalie [3] au sud de la Grèce continentale.

Au Néolithique succède l’âge du Bronze, qui s’étend de 3200 à 1100 av. jc. Cette période se présente comme la Haute Antiquité de la Grèce et la mythologie de l’époque classique y puise volontiers son inspiration.

Voici quelques repères pour situer dans le temps les héros et les événements de cette période :

– le roi légendaire Égée aurait vécu aux environs de 2600 av. jc, – le roi légendaire Minos aurait vécu en Crète [4] vers 2000 av. jc, – la guerre de Troie [5], magnifiée par le récit de l’Iliade, s’est déroulée vers 1230 av. jc, époque à laquelle auraient aussi vécu Agamemnon, roi de Mycènes [6], et Ménélas, roi de Sparte [7].

Dans les Cyclades [8], au milieu de la mer Égée [9], les habitants développent une culture originale, dite helladique, dont il nous reste de magnifiques témoignages, à savoir de nombreuses statues votives [10].

Ces figurines représentent des têtes ou des corps hiératiques [11], dans un style épuré très moderne. Elles sont taillées dans le marbre d’excellente qualité disponible en abondance sur l’île de Paros [12]. Leur taille varie de quelques centimètres à un mètre cinquante.

Elles nous apparaissent aujourd’hui dans la blancheur du marbre mais étaient à l’origine généralement peintes dans des couleurs crues comme d’ailleurs la plupart des statues grecques des siècles postérieurs.

Aussi séduisant que soit l’art cycladique, il ne semble pas avoir beaucoup influencé la Grèce classique. C’est dans l’Égypte des pharaons et en Crète, une grande île de la Méditerranée orientale, que celle-ci a puisé ses premiers éléments de culture.

Vers 2000 av. jc, la Crète était occupée par des hommes d’origine inconnue, appelés Pélasges, dont la monarchie, dite minoenne [13], porte le nom de son fondateur mythique, le roi Minos.

Notes

[1] Les Achéens sont probablement l’un des premiers peuples de langue indo-européenne à s’être établi en Grèce continentale. Ils y apparaissent vers 1900 av. jc. Originaires de régions plus septentrionales, et probablement venus des Balkans, ils y arrivent par l’ouest, et s’installent d’abord en Épire, puis descendent en Thessalie. Ils repoussent les anciens habitants, les Pélasges, grâce à leur suprématie militaire, usage de l’épée au lieu du poignard, et surtout du bronze. Ils dominent ensuite les populations de Béotie, d’Attique, et enfin du Péloponnèse, où ils s’arrêtent en Argolide. Dans les épopées homériques, le terme désigne l’ensemble des Grecs rassemblés devant Troie, dirigés par les rois Ménélas et Agamemnon.

[2] Le Péloponnèse est une péninsule grecque, qui couvre 21 379 km². Elle a donné son nom à la périphérie du même nom qui couvre une part importante de la péninsule, regroupant cinq des sept nomes modernes qui la divisent. Seuls deux nomes (l’Achaïe et l’Élide) situés au nord-ouest de celle-ci sont rattachés à la périphérie de Grèce-Occidentale.

[3] La Thessalie est une région historique et une périphérie du nord-est de la Grèce, au sud de la Macédoine. Durant l’antiquité cette région a, pour beaucoup de peuples, une importance stratégique, car elle est située sur la route de la Macédoine et de l’Hellespont. Elle possédait un important port à Pagases. Le blé et le bétail sont les principales richesses de la région et une ressource commerciale vitale. La Thessalie est aussi l’une des rares régions de Grèce où l’on peut pratiquer l’élevage des chevaux, d’où l’importante cavalerie dont disposaient les Thessaliens.

[4] La Crète, est une île grecque, autrefois appelée « île de Candie ». Cinquième île de la mer Méditerranée en superficie, elle est rattachée en 1913 à la Grèce

[5] La guerre de Troie est un conflit légendaire de la mythologie grecque, dont l’historicité est controversée. Elle est parfois appelée Deuxième guerre de Troie en référence à l’expédition menée contre la cité par Héraclès après la quête de la Toison d’or que certains nomment Première guerre de Troie.

[6] Mycènes est une cité antique préhellénique située sur une colline au nord-est de la plaine d’Argos, dans le Péloponnèse, et entourée de murs cyclopéens (assemblage de blocs énormes). Selon la mythologie grecque, Mycènes est fondée par Persée suite au meurtre accidentel d’Acrisios, roi d’Argos. Alors que la ville lui revient légitimement, Persée préfère céder cette royauté à Mégapenthès, neveu du défunt, et part fonder une nouvelle ville, qu’il baptise « Mycènes » soit en allusion au pommeau de son épée, soit en allusion au champignon qu’il trouve sur place. Des traditions concurrentes évoquent une Mycène, fille d’Inachos ou encore un Mycénée, petit-fils de Phoronée. Mycènes est le royaume du héros homérique Agamemnon, chef des Achéens lors de la guerre de Troie. Homère la décrit comme chère à Héra et « riche en or ». La richesse de la ville est en effet proverbiale dès l’Antiquité.

[7] Sparte était une ville-état de premier plan dans la Grèce antique . Dans l’Antiquité, la ville-état était connue sous le nom de Lacedaemon, tandis que le nom de Sparte désignait son établissement principal sur les rives de la rivière Eurotas en Laconie, dans le sud-est du Péloponnèse. Vers 650 av. jc, elle est devenu la puissance terrestre militaire dominante dans la Grèce antique. Compte tenu de sa prééminence militaire, Sparte fut reconnu comme le chef de file des forces grecques combinées pendant les guerres gréco-perses. Entre 431 et 404 av. jc, Sparte fut le principal ennemi d’ Athènes pendant la guerre du Péloponnèse

[8] Les Cyclades sont un archipel de Grèce situées dans le Sud de la mer Égée, dans la périphérie de l’Égée-Méridionale. L’archipel comprend environ 250 îles, îlots et îlots-rochers. Seules 241 îles sont habitées. On les appelle Cyclades car elles forment un cercle autour de l’île sacrée de Délos.

[9] La mer Égée est une mer intérieure du bassin méditerranéen, située entre l’Europe et la Grèce à l’ouest, et l’Asie et la Turquie à l’est. Elle s’étend de la côte thrace et du détroit des Dardanelles au nord jusqu’à la Crète au sud.

[10] destinées à être offertes à une divinité en vue de la réalisation d’un vœu

[11] Qui semble réglé, imposé par un rite, un cérémonial, une tradition. Gestes hiératiques

[12] Paros est une île de la mer Égée et un dème de Grèce. Elle se trouve à l’ouest de Naxos dans l’archipel des Cyclades dont elle est la troisième plus grande île par sa superficie ainsi que principal carrefour maritime. Parikiá est la plus grande ville et le port principal de l’île.

[13] La civilisation minoenne est une civilisation antique qui s’est développée sur les îles de Crète, de Santorin et probablement sur une grande partie de la mer Égée, au sud de la Grèce de 2700 à 1200 av. jc. Tirant sa dénomination moderne du nom du roi légendaire Minos, elle a été révélée par l’archéologue anglais Arthur John Evans au début du 20ème siècle. On ignore par quel nom elle se désignait elle-même, mais les Égyptiens de l’Antiquité la dénommaient Kaphti et certaines théories, basées sur des écrits de la cité de Mari, tendent à appeler l’île de Crète Kaptara.