Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Aristote

jeudi 2 août 2018, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 24 juillet 2011).

Aristote (384 av.jc-322)

Philosophe grec

Aristote Philosophe grecNé à Stagire [1] en Macédoine, son père, Nicomaque, était le médecin du roi Amyntas II de Macédoine. Sa mère, Phaéstis, était une sage-femme originaire de l’île d’Eubée [2]. Il perdit à 11 ans son père, puis sa mère, et fut élevé par son beau-frère, Proxène d’Atarnée, à Atarnée [3], en Mysie [4], où il se lie d’amitié avec Hermias d’Atarnée , futur "tyran" de Mysie.

Il commença par suivre les cours d’Isocrate. Peu satisfait, il décida de rentrer à l’Académie de Platon à l’âge de 17 ans, vers 367 av.jc, alors que Platon se trouve en Sicile. Il y fut remarqué, notamment pour son intelligence. Platon lui donna même le droit d’enseigner, surtout la rhétorique, en tant que répétiteur. Il resta 20 ans à l’Académie, jusqu’à la mort de Platon.

Il a commencé par écrire 19 œuvres, dont des dialogues, aujourd’hui perdus, et de philosophie platonicienne, Il s’opposait déjà, Platon vivant, à la théorie des Idées de Platon. Ensuite à partir de 350, il forma l’ Organon [5]. Il s’intéressa à la vie politique locale mais ne put y participer du fait de son statut de métèque [6].

À la mort de Platon, en 346, Speusippe, neveu de Platon, succéda à celui-ci. Dépité, Aristote partit pour Atarnée, avec 2 condisciples, Xénocrate et Théophraste. À Atarnée, en Troade [7], sur la côte d’Asie Mineure [8], il rejoignit Hermias d’Atarnée, un ami d’enfance, "tyran" du royaume de Mysie, avec Atarnée pour capitale. Là, il retrouva un cercle platonicien. Pendant ce temps, la Macédoine et Athènes firent la paix en 346. D’Atarnée, Aristote passa au petit port d’Assos [9], peut-être après un refroidissement dans ses relations avec Hermias d’Atarnée. Aristote poursuivit ses recherches biologiques et commença à observer la faune marine. Il ouvrit une école de philosophie.

En 344, quand Hermias d’Atarnée, livré aux Perses, fut exécuté par Artaxerxès III, il se rendit à Mytilène [10], dans l’île voisine de Lesbos [11], chez Théophraste. Il y ouvrit sa 2ème école, pour environ 2 ans. En 343, il rentra en Macédoine, appelé par le roi, Philippe II de Macédoine, pour devenir, 2 ou 3 ans durant, le précepteur du prince héritier, le futur Alexandre le Grand, alors âgé de 13 ans. Il lui enseigna les lettres et sans doute la politique. À la cour de Mieza [12], au nord de Pella [13], capitale de la Macédoine, il acquiert de nombreuses amitiés.

Sa deuxième période de production se place à Assos [14], Mitylène, Mieza de 345 à 335. Il produisit alors la suite de la Physique, Du ciel, De la génération et de la corruption, la suite de la Métaphysique, une partie de l’ Éthique à Nicomaque, la Rhétorique, la Poétique. Il s’occupa sans doute de la reconstruction et de la législation de Stagire [15], qu’il voulait reconstruire après que Philippe II de Macédoine l’eut détruite en 349. Vers 341 il épousa Pythias, nièce et fille adoptive d’Hermias d’Atarnée, réfugiée à Pella. Elle lui donnera une fille, Pithias.

Âgé de 49 ans, en 335, Aristote revient à Athènes. Une seconde fois, la direction de l’Académie lui échappe, cette fois au profit de son condisciple et ami Xénocrate, en 339. Il fonde alors sa 3ème école. Devenu veuf à Athènes, en 338 il prit pour seconde épouse une femme de Stagire, Herpyllis, dont il eut un fils qu’il nomma Nicomaque, du nom de son propre père.

Quand Alexandre fit mettre à mort Callisthène d’Olynthe , neveu d’Aristote, en 327, les relations entre le grand conquérant et le grand philosophe s’assombrirent.

Il discuta les thèses philosophiques de son maître Platon et développa les siennes propres dans le sens d’un réalisme philosophique qui prend en compte les informations fournies par les sens. Il s’est beaucoup intéressé aux sciences physiques, biologiques, astronomiques, politiques, poétiques, rhétoriques et éthiques. Il est également l’inventeur de la logique formelle, et le premier à parler d’une "science de l’être en tant qu’être" [16].

À la mort d’Alexandre le Grand, en 323, Aristote, menacé par le parti anti-macédonien de Démosthène, estima prudent de fuir Athènes.

En 322, à Chalcis [17], ville de sa mère, dans l’île d’Eubée, Aristote mourut, à l’âge de 63 ans. Son corps fut ramené à Stagire. Théophraste, son condisciple et meilleur ami, succéda à Aristote à la tête du Lycée.

Notes

[1] actuelle Stavros

[2] L’Eubée est la plus grande des îles de la mer Égée, située en face de l’Attique et de la Béotie, dont elle est séparée par le détroit de l’Euripe. La période archaïque est considérée comme celle de l’apogée de l’Eubée et de ses cités Chalcis et Erétrie. Puissantes, elles participèrent à la vague de colonisation grecque. Après les guerres médiques, Eubée est totalement soumise aux Athéniens, la ville italienne de Cumes et Naxos en Sicile, deviennent des colonies de Chalcis.

[3] Atarnée est une ancienne citée de la région d’Éolide, située en Mysie, sur la côte Ouest d’ Anatolie. Elle fait face à l’île Lesbos et la ville actuelle la plus proche est Dikili.

[4] La Mysie est une région historique d’Asie Mineure, sur la côte ouest, au nord de la Lydie, à l’ouest de la Phrygie et de la Bithynie, bordée par la Propontide (aujourd’hui mer de Marmara) au nord et par la mer Égée à l’ouest, englobant la Troade, l’Éolide et l’Abrettène. Elle fut successivement dominée par les Phrygiens, les Perses, le royaume de Pergame et Rome qui l’intégra dans sa province d’Asie mineure. Sous la domination romaine, la région achève de s’helléniser et se christianise au 4ème siècle.

[5] L’Organon est le nom scolastique utilisé pour désigner un ensemble de traités, principalement de logique, attribués à Aristote. Le titre d’Organon n’est pas d’Aristote ; il est mentionné pour la première fois par Diogène Laërce.

[6] étranger à la cité

[7] La Troade est une ancienne région historique du nord-ouest de l’Asie mineure délimitée au nord par la Propontide, au sud par le golfe d’Adramyttion (qui donne sur l’île de Lesbos) et à l’Est par le mont Ida qui culmine à plus de 1700 m. Elle est quelquefois appelée Teucrie par les poètes, du nom de son premier roi Teucros. On y trouve les ruines de la ville de Troie. Cette région et l’Éolide faisaient partie de la Mysie.

[8] L’Anatolie ou Asie Mineure est la péninsule située à l’extrémité occidentale de l’Asie. Dans le sens géographique strict, elle regroupe les terres situées à l’ouest d’une ligne Çoruh-Oronte, entre la Méditerranée, la mer de Marmara et la mer Noire, mais aujourd’hui elle désigne couramment toute la partie asiatique de la Turquie

[9] actuel village turc de Berhamkale

[10] Mytilène est la principale ville de Lesbos, une île grecque de la mer Égée. Elle est bâtie sur la pointe sud de l’île, à proximité de la côte turque.

[11] Lesbos est une île grecque de la périphérie d’Egée Septentrionale, souvent aussi appelée du nom de sa capitale Mytilène. L’île présente plusieurs centres d’intérêt, notamment culturel (vestiges antiques), géologique, gastronomique et religieux. Lesbos est aussi connue dans le monde antique pour la qualité de ses vins et de son bois de construction pour les navires et pour son marbre bleu clair.

[12] Mieza, "sanctuaire des Nymphes", était un village de l’ancienne Macédoine , où Aristote enseigna le jeune Alexandre le Grand entre 343 et 340 av. jc. Le site où se dressait autrefois Mieza est le Lefkadia moderne, près de la ville moderne de Náousa , Imathia en Macédoine centrale

[13] Pella est une ville antique de la plaine centrale de Macédoine, entre le Loudias et l’Axios, sur une colline surplombant dans l’Antiquité un lac marécageux : cette cité de peuplement mixte gréco-barbare passe sous le contrôle des rois téménides dès le début du 5ème siècle av.jc, mais ne sort de l’obscurité qu’en devenant leur résidence habituelle, à une époque où le royaume est en pleine expansion vers l’Est aux dépens des Thraces et de la Ligue de Chalcidique. Elle devient ainsi la capitale du royaume de Macédoine à partir du début du 4ème siècle av. jc en supplantant Aigéai, et conserve ce rôle à l’époque hellénistique, pour le royaume antigonide.

[14] Assos est une cité grecque de Troade, au nord de l’Asie mineure, située à proximité de Lesbos. Le village où se trouve le site s’appelle officiellement Behramkale, il est situé dans le district d’Ayvacık de la province de Çanakkale.

[15] Stagyre, est une ancienne cité de Macédoine située en Chalcidique, sur le golfe Strymonique. Elle est principalement connue pour être le lieu de naissance d’Aristote. Stagire est fondée en 656 av. jc par des colons d’Andros, l’une des îles des Cyclades. En 480, elle est occupée par le Grand Roi achéménide Xerxès 1er. Elle rejoint la ligue de Délos mais, avec la cité voisine d’Acanthos, fait défection en 424, convaincue par les promesses du Spartiate Brasidas. Athènes envoie alors le démagogue Cléon comme stratège pour prendre la ville, mais celui-ci échoue. Philippe II de Macédoine réussit à prendre la ville. En hommage à Aristote, précepteur de son fils Alexandre, il la restaure quelques années plus tard.

[16] la métaphysique

[17] Chalcis est la principale ville de l’île et du district régional d’Eubée, en Grèce, située sur le détroit de l’Euripe. Elle est le siège d’un archevêché et du dème des Chalcidiens. Importante cité antique