Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 4ème siècle > Eusebius Pamphili dit Eusèbe Pamphile de Césarée

Eusebius Pamphili dit Eusèbe Pamphile de Césarée

samedi 28 septembre 2013, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 17 août 2011).

Eusebius Pamphili dit Eusèbe Pamphile de Césarée (265-340)

Évêque de Césarée en Palestine vers 313 - Écrivain, théologien

L'historien ecclésiastique Eusèbe Pamphile de Césarée (vers 265–339).

Père de l’histoire ecclésiastique, proche de l’arianisme [1], il n’est pas reconnu comme un Père de l’Église mais ses écrits historiques ont une importance capitale pour la connaissance des 3 premiers siècles de l’histoire chrétienne. Élève de Pamphile de Césarée, jeune homme, victime de la persécution de Dioclétien, et fervent disciple d’Origène, il fut un proche de l’empereur Constantin 1er. Il noua des liens avec plusieurs des principales figures de l’arianisme, sans qu’on puisse pour autant le compter comme arien à proprement parler. Il souscrit cependant au symbole de Nicée en 325 [2] avant de se rallier peu après aux adversaires les plus virulents d’Athanase d’Alexandrie puis participe au concile de Tyr en 335 [3], au cours duquel ce dernier, défenseur de l’orthodoxie, fut condamné.

Il est le créateur de l’Histoire ecclésiastique. Il travaille sur une abondante documentation et, à la manière des historiens modernes, inclut dans son ouvrage des extraits des documents qu’il a utilisés. Son récit est le plus souvent rationnel et précis.

Il composa aussi une Chronique, liste datée d’événements de la Création à 303, une Vie de Constantin très élogieuse et 2 Éloges de Constantin.

Plusieurs auteurs chrétiens du 4ème siècle et des siècles suivants ont traduit en latin et prolongé son œuvre, Rufin d’Aquilée, Jérôme de Stridon, Philostorge, Socrate le Scolastique, Sozomène, Théodoret.

Il est l’auteur d’une œuvre théologique abondante et importante. Son ouvrage principal s’intitule “Préparation évangélique”, qui vise à prouver la supériorité du christianisme, sur le plan philosophique, par rapport au paganisme.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Historiographie gréco-romaine/EUSEBE DE CÉSARÉE/Textes rassemblés et présentés par Jean-Marie HANNICK/Professeur émérite de l’Université de Louvain

Notes

[1] Hérésie chrétienne qui a cours du 4ème au 6ème siècle sur l’instigation d’Arius, condamné par l’Eglise en 325 et en 381. Cette doctrine niant la consubstantialité du Fils avec le Père , c’est-à-dire niant l’essence divine de Jésus, se scinde ensuite en plusieurs tendances qui rencontrent un vaste écho dans l’Empire et hors de celui-ci.

[2] Le premier concile œcuménique se tint à Nicée, du 20 mai au 19 juin 325. Il eut pour objectif principal de définir l’orthodoxie de la foi, suite à la controverse soulevée par Arius sur la nature du Christ. Les décisions prises au concile conduisent à la définition du dogme de la double nature à la suite des controverses trinitaires et inaugurent le processus de dogmatisation. Ultérieurement, certaines Églises qui contestent les conclusions des conciles fondent les « Églises des deux conciles », à l’issue du concile d’Éphèse de 431, et la séparation avec les « Églises des trois conciles », à l’issue du concile de Chalcédoine de 451 qui définit la Trinité.

[3] Le Premier Concile de Tyr se réunit en 335 sous la présidence d’Eusèbe de Césarée. Athanase d’Alexandrie qui refusait de réintégrer Arius fondateur de l’arianisme -après sa rétractation équivoque- dans son Église, y fut déposé.