Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 14ème siècle > Eleanor de Castille (1307-1359)

Eleanor de Castille (1307-1359)

mardi 13 avril 2021, par ljallamion

Eleanor de Castille (1307-1359)

Infante de Castille- Reine Consort d’Aragon de 1329 à 1336

Fille aînée du roi Ferdinand IV de Castille et de Constance du Portugal.

À l’âge de 4 ans, Eleanor est promise à l’Infant Jacques d’Aragon , fils aîné et l’héritier du roi Jacques II d’Aragon, par les accords conclus lors de la réunion de Calatayud [1] de 1311 entre Ferdinand IV de Castille et Jacques II. En même temps, on célébrait le mariage entre Infante Marie d’Aragon, fille de jacques II, avec l’Infant Pierre de Castille frère de Ferdinand IV.

Peu de temps après, elle fut envoyée à la cour aragonaise pour y être élevée comme future épouse de l’héritier du trône. À l’âge de 5 ans, en septembre 1312, son père, le roi Ferdinand IV décède dans la ville de Jaén [2].

Cependant, Jacques d’Aragon, en dépit de ses fiançailles avec Eleanor, avait hâte de recevoir les ordres sacrés et d’entrer dans un monastère, avant que l’intervention du pape Jean XXII qui rappelle à l’Infante ses fonctions en tant qu’Infant d’Aragon.

Compte tenu de la situation, Jacques II et son fils ont signé devant un notaire un document en octobre 1319, à la veille de la cérémonie de mariage, où L’héritier de la couronne a promis de se marier, bien que plus tard, dans un entretien entre père et fils, tous deux ont convenu que l’Infant Jacques devait être présent uniquement à la messe nuptiale, qui serait officié dans la ville de Gandesa [3], Mais en laissant sans discussion la question de savoir si l’Infant devait consommer le mariage, compte tenu de son opposition à la consommation et en tenant compte du fait que les engagements avec le Royaume de Castille et León n’étaient contraints qu’à la célébration du mariage.

Le 18 octobre 1319 eu lieu la cérémonie de mariage entre Jacques d’Aragon et Eleanor de Castille, ou l’Infant aragonais, selon les chroniques de l’époque, a refusé de donner le Baiser de paix pendant la cérémonie.

Après la cérémonie, officiée par l’archevêque de Tarragone [4], l’Infant Jacques a de nouveau transmis à son père son désir de renoncer à ses droits sur le trône et d’entrer dans un couvent. Après la cérémonie de mariage, et après une discussion avec son père, il s’enfui à cheval, laissant sa femme abandonnée et, en décembre 1319, renonça à ses droits sur le trône d’Aragon dans le couvent de San Francisco de Tarragone. Immédiatement, Il prit l’habit des chevaliers hospitaliers [5] dans le couvent de Santo Domingo de la même ville.

Après la démission au trône de Jacques, son frère cadet l’Infant Alphonse fut proclamé héritier du trône. Le rejet de l’infant Jacques à l’égard de sa femme aurait pu causer de graves incidents diplomatiques entre les tribunaux castillan et aragonais. Néanmoins, Jacques II d’Aragon transmis à la reine douairière María de Molina son regret par les actes de son fils, incompréhensible pour lui.

Au cours du printemps 1320, l’Infante Éléonore reste dans la ville de Tortosa [6]. Au cours de son séjour, Jacques II et son fils l’Infant Alphonse, découvrent que l’Infant Jacques prévoit de récupérer sa femme et ses droits au trône mais le complot, soutenu par certains fonctionnaires, est détruit dans l’œuf par son père.

Après son séjour dans la ville de Tortosa, Éléonore vit à Saragosse [7], Calatayud et Ateca [8], où des ricohombres [9] castillans la ramène en Castille. Une fois de retour dans son pays natal, Éléonore se retire au Monastère de las Huelgas [10] à Burgos [11], même si elle ne prend pas le voile.

Au début de l’année 1325, le Roi Edouard II d’Angleterre propose de marier son fils aîné, Edouard, Prince de Galles [12] avec Éléonore, et envoie sa procuration afin de négocier les termes du mariage par une charte datée du 6 février 1325. L’union n’aura finalement pas lieu.

En janvier 1329 à Ágreda [13], les fiançailles entre Éléonore et le Roi Alphonse IV d’Aragon sont signées, et la cérémonie de mariage a lieu un mois plus tard, le 5 février, dans l’Église de San Miguel de Tarazona [14]. Lors de la cérémonie sont présents le Roi Alphonse XI de Castille le frère d’Éléonore, l’Infante Marie d’Aragon déjà veuve, ainsi que les Infants Jean, Pierre et Ramón Berenguer, fils de Jacques II d’Aragon.

Alphonse IV donne à sa nouvelle épouse la ville de Huesca [15] et d’autres villages et des châteaux appartenant à la couronne aragonaise. Avec ce mariage, les relations entre la Castille et l’Aragon s’améliorent. Il renouvelle l’alliance créée avec pour objectif, la reconquête de Grenade [16] mais aussi, les relations royales, après que les Infants d’Aragon ait rejeté plusieurs Infantes de Castille malgré les termes du contrat entre les deux royaumes. Ce fut, par exemple, le cas de l’Infante Isabelle de Castille, fille de Sanche IV et María de Molina, qui rentra au Royaume de Castille, sans avoir contracté de mariage avec Jacques II d’Aragon.

Éléonore obtint une certaine influence en Aragon, complotant en vue de promouvoir les intérêts de son propre fils sur ceux de son beau-fils l’Infant Pierre né du premier mariage d’Alphonse IV avec Thérèse d’Entença, Comtesse d’Urgell [17] morte en 1327.

Elle convainc son mari de consentir à d’importants dons territoriaux pour leurs enfants, les Infants Ferdinand et Jean. Alphonse IV est généreux et le 28 décembre 1329, il accorde à Ferdinand le Marquisat de Tortosa et les villes de Albarracín [18], Orihuela [19], Callosa [20], Guardamar [21], Alicante [22], Monforte [23], Elda [24], La Mola, Novelda [25] et d’Aspe [26]. Le fils cadet d’Éléonore, Jean reçoit plusieurs seigneuries. Ces dons faits par le roi Alphonse IV diminue le patrimoine territorial de la couronne et affecte principalement l’Infant Pierre, héritier d’Alphonse IV, ce qui entraîne un climat de ressentiment à la cour.

De ce fait, la noblesse se divise en deux camps. L’un des deux est en faveur de la Reine Éléonore et de ses fils, et l’autre défend les prérogatives de l’Infant Pierre et de ses frères et sœurs maternels. Lorsque le Roi accorde à son fils Ferdinand des villes situées dans le Royaume de Valence, les sujets locaux protestent, et poussent le Roi à révoquer ces derniers dons.

Après la mort d’Alphonse IV, qui a lieu dans la ville de Barcelone le 24 janvier 1336, la Reine Éléonore fui le Royaume de Castille et de Léon, accompagné de ses deux fils, Ferdinand et Jean, craignant des représailles du nouveau Roi Pierre IV d’Aragon, plein de ressentiment envers eux.

Dans son testament, écrit dans le Monastère de Poblet [27] en août 1333, Alphonse IV lègue à sa deuxième femme tous ses joyaux et confirme la possession des villes qu’il lui avait donné à l’occasion de leur mariage, tout en léguant à son fils aîné Ferdinand le Marquisat de Tortosa et de Albarracín. Quand elle s’échappe du Royaume de Castille, la Reine Douairière prend avec elle de grandes quantités d’or, d’argent et de bijoux, bien que le Roi Pierre IV essaie de l’en empêcher.

Au premier abord, le nouveau monarque décide de confisquer les revenus d’Éléonore et de poursuivre son protecteur Pierre de Ejérica, mais en 1338, il confirme, à ses fils et à Eléonore la possession de leurs domaines, ne voulant pas contrarier la Castille à un moment où l’ensemble de la Péninsule Ibérique est menacée par une nouvelle invasion musulmane.

Une fois dans la région de Castille, Éléonore continue de se comporter comme un élément perturbateur, cette fois contre son neveu le Roi Pierre 1er. Son plus jeune fils, Jean d’Aragon, est assassiné à Bilbao [28], le 12 juin 1358 par ordre de son cousin, et un an plus tard vers mars/avril 1359, elle est assassinée dans le château de Castrojeriz [29]. 4 ans plus tard, en 1363, l’aîné de ses fils, Ferdinand d’Aragon, est assassiné à Borriana par ordre de son demi-frère, le Roi Pierre IV

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Eleanor of Castile (1307–1359)/ Traduit par mes soins

Notes

[1] Calatayud est une commune espagnole de la province de Saragosse dans la communauté autonome d’Aragon, chef-lieu du comarque Comunidad de Calatayud. Elle correspond à la ville antique de Bilbilis.

[2] Jaén est une ville espagnole ainsi qu’un municipio, capitale de la province du même nom au nord-est de l’Andalousie. La ville de Jaén se dresse au pied de la Colline Sainte-Catherine (Cerro Santa Catalina), et reste très marquée par l’urbanisme médiéval : placettes et ruelles au tracé irrégulier s’adaptant au caractère fortement pentu du site définissent l’aspect du centre historique. La cité est d’ailleurs dominée par la silhouette de la forteresse médiévale bâtie au sommet de la colline. Jaén se situe par ailleurs au sein d’une région aux terres fertiles, traversées par le fleuve Guadalquivir. Vers le sud et le sud-est se trouvent la Sierra de Jaén et le mont Jabalcuz qui enserrent la ville. Au nord de la ville s’étend la vallée du Guadalbullón, rivière qui passe à proximité de la ville.

[3] Gandesa est une commune de la province de Tarragone, en Catalogne, en Espagne, de la comarque de Terra Alta

[4] Tarragone est une ville et une municipalité du sud de la Catalogne, en Espagne, capitale de la province de Tarragone et de la région du Tarragonès

[5] Un chevalier Hospitalier ou frère chevalier est le premier grade des Hospitaliers, ces moines soldats de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Après la perte des états latins d’Orient et l’installation de l’Ordre à Rhodes, les chevaliers de l’Ordre prennent le titre de chevalier de Rhodes. Lors de la souveraineté de l’Ordre sur Malte le titre est transformé en chevalier de Malte.

[6] Tortosa est une ville dans le nord-est de l’Espagne, en Catalogne. Elle est la capitale de la comarque de Baix Ebre dans la province de Tarragone.

[7] Saragosse est une ville espagnole, capitale de la province du même nom et de l’Aragon. Saragosse est située sur l’Èbre à mi-chemin entre Madrid et Barcelone, environ 300 kilomètres de chacune d’elles, et à 340 kilomètres de Valence. Un important traité fut signé à Saragosse (traité de Saragosse) en 1529 entre Espagnols et Portugais pour le partage des découvertes du Nouveau Monde.

[8] Ateca est une commune d’Espagne, dans la province de Saragosse, communauté autonome d’Aragon comarque de Comunidad de Calatayud. Pendant quelque temps, vers 1320, Éléonore de Castille a résidé dans le village jusqu’à ce que les chevaliers castillans soient venus à sa rencontre pour l’accompagner en Castille après avoir fui après la cérémonie de mariage avec l’infant Jacques. Au milieu du 14ème siècle, pendant la guerre (1356-1369) entre Pierre 1er de Castille et Pierre IV d’Aragon, la ville fut occupée par les troupes castillanes.

[9] chevaliers

[10] Le monastère royal de las Huelgas de Burgos est un monastère cistercien fondé en 1187 par le roi Alphonse VIII et sa femme Aliénor Plantagenêt. Accueillant toujours des moniales, il est situé à 1,5 km à l’ouest du centre de la ville de Burgos.

[11] Burgos est une ville du nord de l’Espagne, chef-lieu de la comarca de l’Alfoz de Burgos, dans la Communauté autonome de Castille-et-León, capitale de la province de Burgos. Elle est traversée par la rivière Arlanzón, qui appartient au bassin du Duero. Burgos fut choisie comme capitale du royaume unifié de Castille et León en 1037, titre qu’elle céda à Valladolid en 1492, au moment de la chute de Grenade.

[12] Le titre de prince de Galles est, traditionnellement, le titre attribué au fils aîné du monarque du Royaume-Uni. Le titre de comte de Chester est attaché à celui de prince de Galles depuis le 14ème siècle.

[13] Ágreda est une commune espagnole située dans la province de Soria dans la communauté autonome de Castille-et-León. Le roi Don Alphonse 1er d’Aragon la reconquête aux Arabes en 1119, et par la suite elle fut annexée au royaume de Castille en 1135. Durant le Moyen Âge et jusqu’au 16ème siècle, Ágreda devient une important place militaire et politique. La ville, où ont vécu en harmonie après la reconquête chrétienne les chrétiens, les juifs et les musulmans, est d’ailleurs surnommée la « ville des trois cultures » (« La villa de las tres culturas »).

[14] Tarazona de Aragón est une commune d’Espagne, dans la province de Saragosse, communauté autonome d’Aragon, chef lieu de la Comarque de Tarazona y el Moncayo.

[15] Huesca est une ville du Nord de l’Espagne, capitale de la province du même nom, dans la communauté autonome d’Aragon et la comarque de Hoya de Huesca.

[16] Grenade est une ville espagnole, capitale de la province de Grenade au sud-est de l’Andalousie. Elle est située au pied de la Sierra Nevada, au confluent de trois rivières, le Beiro, le Darro et le Genil et fut la capitale du dernier royaume musulman de la péninsule ibérique.

[17] Le comté d’Urgell est un ancien comté catalan de la marche hispanique du royaume franc carolingien, qui se forme entre 785 et 790 pour lutter contre les musulmans qui avaient conquis l’Espagne et les Pyrénées. La région est alors rattachée au comté de Toulouse. Le comté d’Urgell fut créé, à l’époque carolingienne, au sein du Royaume franc. Sa capitale était initialement Castellciutat puis, à compter de 1105, Balaguer. Le noyau de ce comté était La Seu d’Urgell. Les comtes d’Urgell sont mentionnés pour la première fois en 981.

[18] Albarracín est une municipalité de la comarque de la Sierra de Albarracín, dans la province de Teruel, communauté autonome d’Aragon en Espagne. Au 12ème siècle, Albarracin a été le siège de la Taïfa d’Albarracín. C’est le nom de la dynastie qui y régnait, les Banou Razin, qui par déformation est à l’origine du nom de la ville Albarracin.

[19] Orihuela, est une commune d’Espagne de la province d’Alicante dans la Communauté valencienne. Elle est située dans la comarque de la Vega Baja del Segura et dans la zone à prédominance linguistique castillane

[20] Callosa d’en Sarrià, est une commune d’Espagne de la province d’Alicante dans la Communauté valencienne. Elle est située dans la comarque de la Marina Baixa et dans la zone à prédominance linguistique valencienne

[21] Guardamar de la Safor, est une commune d’Espagne de la province de Valence dans la Communauté valencienne. Elle est située dans la comarque de la Safor et dans la zone à prédominance linguistique valencienne

[22] Alicante est la capitale de la province d’Alicante, la seconde ville la plus importante de la Communauté valencienne au sud-est de l’Espagne, au bord de la mer Méditerranée. Elle est le chef-lieu de la comarque de l’Alacantí et est située dans la zone à prédominance linguistique valencienne. La ville fut assiégée par les Britanniques en 1707 puis par les Français en 1709 durant la Guerre de Succession d’Espagne et en 1812 durant la guerre d’Espagne.

[23] Monforte del Cid, est une commune de la province d’Alicante, dans la Communauté valencienne, en Espagne. Elle est située dans la comarque du Vinalopó Mitjà et dans la zone à prédominance linguistique castillane

[24] Elda est une commune de la province d’Alicante, dans la Communauté valencienne, en Espagne. Elle est située dans la comarque du Vinalopó Mitjà et dans la zone à prédominance linguistique castillane

[25] ovelda est une commune de la province d’Alicante, dans la Communauté valencienne, en Espagne. Elle est située dans la comarque du Vinalopó Mitjà et dans la zone à prédominance linguistique valencienne. Après la période de l’occupation par les Maures durant laquelle la ville fait partie du Royaume de Murcie, la Reconquista est réalisée de 1243 à 1252 par un fils de Ferdinand III de Castille. En 1296, Novelda est intégrée au Royaume de Valence. En 1366, Pierre IV, roi d’Aragón, la cède au seigneur avant que son fils, Juan 1er, la donne en 1393 à Pedro Maça de Liçana. Cette famille constitue à partir de 1448 la baronnie de Novelda. Elle passe ensuite successivement aux mains des Rocamora, des ducs de Mandás, des marquis de Terranova comtes de la Granja et marquis de la Romana.

[26] Aspe, est une commune de la province d’Alicante, dans la Communauté valencienne, en Espagne. Elle est située dans la comarque du Vinalopó Mitjà et dans la zone à prédominance linguistique castillane

[27] L’abbaye de Poblet est une abbaye cistercienne située dans la Conca de Barberà, plus précisément à Vimbodí i Poblet, en Catalogne. Poblet abrite un impressionnant ensemble architectural, parmi les plus grands d’Europe. Il abrite en particulier le plus grand monastère d’Europe encore habité. Depuis le Moyen Âge, le site est un symbole majeur de la couronne d’Aragon et des territoires qui en dépendaient. À partir du règne de Pierre le Cérémonieux au 15ème siècle, il sert de panthéon des rois d’Aragon, bien qu’il abrite des tombes plus anciennes, ainsi que des personnes de la même famille, et d’autres nobles.

[28] Bilbao est une ville du Nord de l’Espagne, capitale de la province de Biscaye et de la comarque du Grand Bilbao.

[29] Castrojeriz ou Castrogeriz est une commune située au nord de l’Espagne, dans la comarca (comté ou pays ou arrondissement) d’Odra-Pisuerga, dans la Communauté autonome de Castille-et-León, Burgos. C’est aussi le nom du chef-lieu du municipio.