Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 13ème siècle > Jacques II d’Aragon dit le Juste

Jacques II d’Aragon dit le Juste

dimanche 11 octobre 2015

Jacques II d’Aragon dit le Juste (1267-1327)

Roi de Sicile1285 à 1291-Roi d’Aragon de 1291 à 1327-Comte de Barcelone-Roi de Valence

Né à Valence [1], second fils de Pierre III d’Aragon et de Constance de Hohenstaufen. Roi de Sicile sous le nom de Jacques 1er puis, à la mort de son frère aîné le roi d’Aragon Alphonse III le Franc , abandonne la Sicile à son jeune frère Frédéric II de Sicile pour devenir lui-même roi d’Aragon.

En 1295, il occupe le royaume de Murcie [2] aux dépens de la Castille, mais il doit rendre ce royaume en 1304 par le traité de Torrellas [3].

Il a un rôle important pour la gestion des biens et des personnes lors de la dissolution de l’Ordre du Temple [4] dans le royaume d’Aragon [5], le comté de Barcelone [6] et le royaume de Valence [7], comme le stipule la bulle pontificale Ad providam [8] du 2 mai 1312.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Gran Enciclopèdia Catalana, « Jaume II de Catalunya-Aragó », sur www.enciclopedia.cat, Grup Enciclopèdia Catalana/ Le petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 728

Notes

[1] Valence ou Valencia en espagnol est une ville d’Espagne, située dans l’est du pays sur la côte méditerranéenne. Fondée en 138 av. jc par le consul romain Decimus Junius Brutus Callaicus sous le nom de Valentia Edetanorum, Valence devient, au Moyen Âge, la capitale du royaume de Valence.

[2] Le Royaume de Murcie fut une des taïfas d’Al-Andalus, située dans le Levant espagnol et dont le territoire fut partagé entre la Couronne de Castille (qui conserva un royaume sous ce nom) et la Couronne d’Aragon (qui l’intégra au Royaume de Valence) à la suite de la Reconquista.

[3] Le Traité de Torrellas est un accord signé dans cette cité de la région de Saragosse après la conquête du Royaume de Murcie, alors aux mains de la Castille, par le roi aragonais Jacques II. En 1296 et 1300, Jacques II mena des opérations militaires de conquête en territoire de Murcie avec l’intention de se rendre maître de la zone comprise entre Elda au nord et Huércal Overa au sud. L’accord fut signé en 1304 entre Jacques II et Ferdinand IV de Castille. Dans cet accord, on fixait de nouvelles frontières entre la Couronne d’Aragon et le Royaume de Castille. L’accord signifiait la paix entre les deux rois, et la remise à la Castille de la majeure partie du Royaume de Murcie, conquis antérieurement. Les cités de Orihuela, Elche, Caudete, Elda et Alicante, passèrent du Royaume de Murcie à celui de Valence. Ce traité fut modifié l’année suivante par le Traité d’Elche.

[4] L’ordre du Temple était un ordre religieux et militaire issu de la chevalerie chrétienne du Moyen Âge, dont les membres étaient appelés les Templiers. Cet ordre fut créé à l’occasion du concile de Troyes, ouvert le 13 janvier 1129 à partir d’une milice appelée les Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon. Il œuvra pendant les 12ème et 13ème siècles à l’accompagnement et à la protection des pèlerins pour Jérusalem dans le contexte de la guerre sainte et des croisades. Il participa activement aux batailles qui eurent lieu lors des croisades et de la Reconquête ibérique. Afin de mener à bien ses missions et notamment d’en assurer le financement, il constitua à travers l’Europe chrétienne d’Occident et à partir de dons fonciers, un réseau de monastères appelés commanderies. Cette activité soutenue fit de l’ordre un interlocuteur financier privilégié des puissances de l’époque, le menant même à effectuer des transactions sans but lucratif avec certains rois ou à avoir la garde de trésors royaux. Après la perte définitive de la Terre sainte consécutive au siège de Saint-Jean-d’Acre de 1291, l’ordre fut victime de la lutte entre la papauté et le roi de France, Philippe le Bel. Il fut dissous par le pape Clément V le 13 mars 1312 à la suite d’un procès en hérésie.

[5] Le royaume d’Aragon est une entité politique du nord-est de la péninsule Ibérique, née en 1035 de l’union des comtés d’Aragon, du Sobrarbe et de la Ribagorce et disparue en 1707 avec son intégration au sein du royaume d’Espagne par les décrets de Nueva Planta.

[6] Le comté de Barcelone est à l’origine une subdivision du royaume wisigoth en Hispanie. Conquis par les Maures à la fin du 8ème siècle, reconquis par Charlemagne en 801, il est intégré à la marche d’Espagne, province frontière face aux musulmans d’Al-Andalus. Des comtes nommés par les souverains carolingiens se succèdent à la tête de ce comté, considéré comme le plus important de la marche. Après l’intégration à la monarchie espagnole au 15ème siècle, la région perd de son importance tant politique qu’économique, ce qui explique qu’en 1641, les Catalans révoltés font appel au roi de France Louis XIII et lui confèrent le titre de comte de Barcelone. En effet ce titre, non féodal mais de souveraineté, est toujours attaché à ceux de la monarchie hispanique.

[7] Le royaume de Valence a été fondé en 1238 par le roi Jacques 1er d’Aragon surnommé « le Conquérant », dans le cadre de la Reconquista, après avoir conquis l’ancienne taïfa de Balansiya. Il fut augmenté par des annexions postérieures d’autres territoires. Intégré à la Couronne d’Aragon, le royaume de Valence suivit le destin politique du royaume du même nom. Son territoire est environ celui de l’actuelle communauté valencienne.

[8] Ad providam est une bulle pontificale fulminée par le pape Clément V le 2 mai 1312 lors du Concile de Vienne. Elle donne à l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem les biens et terres de l’ordre du Temple alors aboli par la bulle Vox in excelso du 22 mars 1312.