Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Cnaeus Arrius Antoninus

samedi 3 octobre 2020, par ljallamion

Cnaeus Arrius Antoninus (vers 30 et mort après 105)

Sénateur romain de la fin du 1er siècle

emblème consul Consul suffect [1] en 69 sous Vitellius et en 97 sous Nerva, dont il est proche et un ami dévoué. C’est un correspondant de Pline le Jeune et il est le grand-père maternel du futur empereur Antonin le Pieux. L’Histoire Auguste [2] le décrit comme un homme irréprochable, à l’instar de Pline le Jeune. Son épouse est Boionia Procilla.   Il a une première fille, Arria Antonina, qui épouse le sénateur romain Lucius Iunius Caesennius Paetus (consul suffect) . Ils ont peut-être un fils, Lucius Caesennius Antoninus , consul suffect en 128. Ce dernier est lui-même le beau-père de Marcus Nonius Macrinus , célèbre général de Marc Aurèle et consul suffect en 154.

Il a une deuxième fille Arrida Fadilla, qui épouse Titus Aurelius Fulvus, consul suffect en 89 et fils de Titus Aurelius Fulvus, deux fois consuls, le deuxième consulat étant éponyme [3] en l’an 85 aux côtés de l’empereur Domitien, et préfet de Rome [4].   De l’union entre Arrida Fadilla et Aurelius Fulvus naît un fils : Titus Aurelius Fulvus Boionius Arrius Antoninus, né le 19 septembre 86 à Lanuvium [5], dans le Latium [6], qui devient l’empereur Antonin le Pieux.   Sa fille, veuve à la fin du règne de Domitien, se remarie après sa mort au consul suffect Publius Iulius Lupus , et le couple a une fille, Iulia Fadilla.   Le futur Antonin est élevé par son beau-père, ainsi que par ses grands-parents, à Lauris, sur la voie Aurélienne [7].   En 69, en juillet et août, pendant l’année des quatre empereurs [8], il est consul suffect. C’est alors Aulus Vitellius l’empereur pour quelques mois. Vers 78, à la fin du règne de Vespasien, il devient proconsul [9] d’Asie [10].   Il est très proche de Nerva lors de son accession au trône en septembre 96 mais seul de tous, Arrius Antoninus, homme d’une franchise énergique et son ami le plus dévoué, lui parle avec sagesse du sort de ceux qui gouvernent, et lui dit, après l’avoir embrassé, qu’il félicite le sénat, le peuple et les provinces, mais non point Nerva, qui toujours a été plus heureux d’éluder la fureur des mauvais princes, que d’avoir à soutenir un si lourd, un si pesant fardeau. Le fait qu’il plaint son ami Nerva de la charge qui lui est octroyé est aussi rapporté par l’Histoire Auguste. Il est une deuxième fois consul suffect en 97 sous le court règne de son ami.   Il est le plus ancien consulaire au Sénat après la mort de Silius Italicus vers 101, et il est encore en vie âgé de 75 ou 76 ans vers 105-106.

Il écrit des épigrammes en grec, que Pline le Jeune admire et tente de retranscrire en latin

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Cnaeus Arrius Antoninus/ Portail de la Rome antique/ Consul de l’Empire romain

Notes

[1] Parfois, un consul décède ou démissionne avant la fin de son mandat de douze mois. Le consul restant rétablit la collégialité par l’élection intermédiaire si le délai restant le permet ou par la désignation directe d’un consul suffectus (du participe passé du verbe sufficere, « remplacer »). Ce consul entre en fonction immédiatement, il a les mêmes privilèges et les mêmes pouvoirs que le consul remplacé mais il n’est en charge que pour la durée du mandat qui reste à couvrir. Enfin, le consul suffect ne donne pas son nom à l’année, à l’inverse du consul dit ordinaire.

[2] L’Histoire Auguste (en latin Historia Augusta) est le nom que l’on donne couramment depuis le début du 17ème siècle à un recueil de biographies d’empereurs romains composé en latin au cours de l’Antiquité tardive, à la fin du 4ème siècle.

[3] consul qui donne son nom à l’année

[4] Le préfet de Rome ou préfet de la Ville est une magistrature romaine non collégiale et non élective, chargée de gouverner la ville. Si les historiens romains mentionnent durant la monarchie romaine et la République archaïque une délégation temporaire et épisodique pour défendre la ville en l’absence des titulaires du pouvoir, la préfecture de Rome n’est une magistrature réelle que sous l’Empire.

[5] Lanuvium est une cité antique latine du Latium, dans les Monts albains, en Italie centrale, aujourd’hui connue sous le nom de Lanuvio. Lanuvium faite partie de la Ligue latine. À la dissolution de cette ligue par les Romains en 338 av. jc, ses habitants reçoivent la citoyenneté romaine restreinte (sans droit de vote).

[6] Le Latium, ou officiellement Lazio en italien, est une région d’Italie centrale. Sa capitale est Rome. Elle est délimitée par la Toscane, l’Ombrie, les Abruzzes, le Molise, la Campanie et la mer Tyrrhénienne. Le Latium est habité depuis le 2ème millénaire av. jc par les Latins qui subissent la domination étrusque. Pour lutter contre celle-ci, ils ont formé la Ligue latine, qui comprenait une trentaine de cités, dont Albe. Au 4ème siècle av. jc, le Latium fut soumis par Rome et ses habitants devinrent des citoyens romains.

[7] La Via Aurelia ou voie Aurélienne est le nom donné à la grande voie romaine de la côte méditerranéenne de l’Italie romaine et de l’ancienne Gaule. La Via Aurelia a été mise en œuvre à partir de 241 av. jc par le consul Caïus Aurelius Cotta. Elle partait de Rome, longeait la côte occidentale de la péninsule italienne et passait par Pisæ (Pise) pour arriver à Luna (Luni). Au fur et à mesure des conquêtes sont venus s’y rattacher des tronçons. Ainsi le consul Æmilius prolongea la voie à partir de 109 av. jc. Cette section devint la Via Æmilia Scauri. Elle passait par Genua (Gênes) et Vada Sabatia (Vado Ligure). Après sa victoire sur les peuples des Alpes-Maritimes, l’empereur Auguste prolongea la voie, à partir de 13 av. jc, depuis Placentia (Plaisance), jusqu’à Arelate (Arles), sur le Rhône. Elle prendra alors le nom de l’empereur : La Via Julia Augusta.

[8] L’Année des quatre empereurs (ou des trois empereurs) désigne la période de juin 68 à décembre 69 voyant se succéder à la tête de l’Empire romain pas moins de trois empereurs, avant que le pouvoir n’échoie à Vespasien. Première guerre civile depuis le règne d’Auguste, elle débute dans les derniers mois du règne de Néron avec la révolte de Caius Julius Vindex dans la province de Gaule lyonnaise, premier acte de la Révolte de 69-70. Si le terme Année des quatre empereurs renvoie à une période historique légèrement plus large, on notera tout de même que, dans les faits, il y eut quatre empereurs en l’an 69.

[9] La fonction de proconsul dans la Rome antique correspond à la notion actuelle de gouverneur. Étymologiquement, ce terme vient du préfixe latin pro, à la place de, et consul. Le premier cas de proconsulat historiquement cité par Denys d’Halicarnasse date de 464 av. jc, lorsque Titus Quinctius Capitolinus Barbatus reçut le pouvoir de diriger une armée (imperium) pour aller au secours d’un consul assiégé. Il s’agit alors d’une solution improvisée sous la pression des événements. La fonction réapparaît avec l’agrandissement de la République romaine au 4ème siècle av. jc, lorsqu’un consul doit finir une campagne militaire ou doit gouverner un territoire au-delà de la durée normale de son mandat de consul (un an). Son pouvoir (imperium consulaire) est alors prolongé, en général pour une durée d’un an et toujours sur un territoire précis, le plus souvent une province. Le terme « proconsul » tient au fait que son titulaire exerçait un pouvoir consulaire ; cependant, tous les proconsuls n’étaient pas forcément d’anciens consuls.

[10] La province romaine d’Asie comprenait la Carie, la Lydie, la Mysie, la Phrygie et la Troade.