Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 15ème siècle > Louis de Luxembourg (cardinal)

Louis de Luxembourg (cardinal)

dimanche 24 novembre 2019

Louis de Luxembourg (cardinal) (vers 1390/1397-1443)

Cardinal français du 15ème siècle

Blason de Louis de Luxembourg (cardinal)Second fils de Jean de Luxembourg , comte de Brienne [1] et de Conversano [2], seigneur de Beaurain [3] et de Richebourg [4] et de Marguerite d’Enghien . Son frère, Jean II de Luxembourg-Ligny , est celui qui vend Jeanne d’Arc à Pierre Cauchon . Il est neveu de Pierre de Luxembourg, cardinal et évêque de Metz  [5], d’ André , évêque de Cambrai [6] et de Waléran III de Luxembourg-Ligny .

Louis de Luxembourg est doyen du chapitre de la cathédrale de Beauvais [7] le 31 mai 1414 et soutient les intérêts anglais après l’invasion d’Henri V d’Angleterre. Élu évêque de Thérouanne [8] avant le 2 janvier 1415, il est confirmé par le pape Martin V le 24 novembre 1418 et consacré par Regnault de Chartres, archevêque de Reims [9].

Il est confronté à la désignation de Guillaume de Challant par Jean XXIII, mais Louis de Luxembourg reçoit des bulles de Martin V le 24 novembre 1418. Il préside à partir de 1418 la chambre des comptes du royaume [10]. En 1420, il assiste à l’entrée de Pierre Cauchon à Beauvais. Il est membre de l’ambassade française envoyée à Londres pour féliciter le nouveau roi d’Angleterre Henri VI à son accession au trône.

De Luxembourg se rallie à Henri VI d’Angleterre et devient chancelier de France [11] du 7 février 1425 à 1435. Il assiste au couronnement d’Henri VI roi de France dans la cathédrale de Paris le 16 décembre 1431. Deuxième homme le plus puissant de la France anglaise après le duc de Bedford, il lui marie sa nièce en 1433.

La nomination le 19 janvier 1431 d’ Hugues des Orges par Martin V l’empêche d’accéder à l’archevêché de Rouen [12]. Il assiste au concile de Bâle en 1432 [13]. Le 19 octobre 1436, l’élection du chapitre de Rouen le désigne comme le successeur d’Hugues des Orges à l’archidiocèse de Rouen. Il prend possession par procuration le 11 avril 1437 et fait son entrée solennelle le 9 août.

Il entreprend de nombreux travaux sur l’archevêché de Rouen : il fait reconstruire une officialité, ajoute un bâtiment au vieux palais et élève une librairie entre l’officialité et les prisons. Il agrémente les fenêtres du palais de vitraux armoriés et décore les toitures d’épis de faîtage.

Lors de l’insurrection de Paris contre les anglais, il trouve dans un premier temps refuge à la Bastille. Revenu à Rouen le 15 janvier 1437, il part pour l’Angleterre. Le 27 septembre 1437, il est administrateur du diocèse d’Ely [14].

Il se rend au concile de Florence en 1439. Le pape Eugène IV le crée cardinal lors du consistoire du 18 décembre 1439. Cardinal des Quatre Saints Couronnés le 8 janvier 1440, il le change en 1442 pour Frascati [15]. Le cardinal de Luxembourg est nommé ambassadeur par le roi Henri VI en décembre 1442 pour négocier la paix entre le roi anglais et Charles VII.

Il meurt le 18 septembre 1443 au château de Hartfield [16], au cours d’un voyage en Angleterre. Il est inhumé dans la cathédrale d’Ely [17], sous un gisant près de l’autel des saintes reliques, tandis que son cœur est envoyé à Rouen.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Jean-Charles Descubes (dir.) (préf. Jean-Charles Descubes), Rouen : Primatiale de Normandie, Strasbourg, La Nuée Bleue, coll. « La grâce d’une cathédrale », 2012, 511 p. (ISBN 978-2-7165-0792-9)

Notes

[1] Le comté de Brienne est un comté médiéval situé en Champagne et centré autour de la ville de Brienne-le-Château

[2] Conversano est une ville italienne située dans la ville métropolitaine de Bari dans la région des Pouilles. Au moyen âge, la ville est sous le contrôle de la famille Acquaviva d’Aragon et ce jusqu’en 1806. Les demeures aristocratiques, églises et monastère actuels constituant le patrimoine de la ville datent de cette domination.

[3] Beaurain est une commune française située dans le département du Nord.

[4] Richebourg est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais. La seigneurie de Richebourg était sous la souveraineté des seigneurs de Béthune. En 1136, l’abbaye de Saint-Vaast, dont dépend Richebourg décide, à la suite de la décision du pape Urbain II, d’inféoder la moitié de son territoire au seigneur de Béthune, pour que ce dernier défende celui-ci face aux seigneurs qui guerroient continuellement. Ainsi naissent Richebourg-l’Avoué et Richebourg-Saint-Vaast, avec une seule paroisse et donc une seule église. La succession féodale de Richebourg passe des Béthune aux comtes de Flandre, Flandre-Termonde, Luxembourg-Ligny

[5] Fondé vers le 3ème siècle, l’évêché de Metz a longtemps été une entité à la fois politiquement puissante et riche. Opposé à la bourgeoisie messine puis soumis à l’influence du royaume de France, il va progressivement perdre son poids économique puis son influence politique. Aujourd’hui l’évêque de Metz a la particularité d’être l’un des deux seuls évêques catholiques au monde à ne pas être formellement nommés par le Pape, mais par un pouvoir temporel (le concordat en Alsace-Moselle confiant au président de la République française la nomination de l’évêque de Metz et de l’archevêque de Strasbourg).

[6] Le diocèse puis archidiocèse de Cambrai est une circonscription de l’Église catholique de France dont le siège est à la cathédrale de Cambrai. C’est en 1094, à l’initiative d’Urbain II, au cours de la querelle des Investitures, que l’ancien diocèse d’Arras, uni pendant longtemps à celui de Cambrai, en fut séparé et considéré comme un ressort distinct. Le roi de France et le comte de Flandre avaient tous deux intérêt à se débarrasser de l’ingérence d’un évêque allemand. Le 12 mai 1559, la bulle Super universas érigea Cambrai en archevêché, avec quatre évêchés suffragants : Arras, Tournai, Namur, Saint-Omer. Mais la réorganisation des évêchés des Pays-Bas espagnols lui retira une partie importante de son territoire au profit des nouveaux diocèses de Malines et d’Anvers. Il ne conserva que quatre archidiaconés : Cambrai, Brabant, Hainaut et Valenciennes.

[7] La cathédrale Saint-Pierre de Beauvais est une cathédrale catholique romaine située à Beauvais, dans le département de l’Oise. Elle possède le plus haut chœur au monde (48,50 m). De 1569 à 1573 la cathédrale est avec sa tour de 153 mètres la plus haute construction humaine du monde. Terminée, elle serait la plus grande cathédrale gothique de France devant celle d’Amiens.

[8] Thérouanne (en picard Therwane , en néerlandais Terwaan ou Terenburg, en flamand Therenburch) est une commune française, située dans le département du Pas-de-Calais Ce fut le siège d’un diocèse important, érigé par saint Achaire. Le plus célèbre de ses évêques est saint Omer. Saint Erkembode, moine bénédictin irlandais, devint évêque de Thérouanne au 8ème siècle. Au Moyen Âge, Thérouanne a fait partie du comté de Flandre, puis du comté d’Artois lorsqu’il s’en est détaché. La cité fut pillée par les Normands en 880 et 882. Les étudiants de son diocèse faisaient partie de la Nation Picarde aux universités de Paris, Orléans et Bologne.

[9] Le diocèse de Reims a été érigé au 3ème siècle et a été élevé en archevêché dès le 4ème siècle. Une des prérogatives des archevêques de Reims fut de sacrer les rois de France, avec l’huile de la Sainte Ampoule. Dans la cathédrale de Reims, de Henri 1er à Charles X, trente rois de France furent sacrés en ces lieux.

[10] Dans l’Ancien Régime, une Chambre des comptes est une cour souveraine devant laquelle les personnes ou organisations chargées de la gestion du domaine du roi ou d’un prince doivent déposer leurs comptes où ils sont audités par des maîtres qui vérifient la conformité des recettes et des dépenses. La Chambre des comptes s’assure de la conservation du domaine de la Couronne. En cas de contentieux entre le maître chargé d’étudier les comptes qui lui sont soumis et l’officier les ayant présentés, le litige est porté devant un juge. La particularité de la Chambre des comptes, en France, c’est que les comptes des deniers publics sont rendus devant un juge, même en l’absence d’un contentieux.

[11] Le chancelier de France est un important personnage de l’Ancien Régime, il est le second officier de la couronne, puis le premier, en 1627, avec la suppression du connétable et de l’amiral de France. La conservation d’une copie de tous les actes de gouvernement (édits, traités, capitulaires, dénombrements, etc.) est une des fonctions principales du chancelier. La France a sans doute, après le Vatican, la seconde plus vieille chancellerie du monde, puisqu’elle conserve encore 47 actes originaux datant des rois mérovingiens (481-751). La collection des plus anciens, toujours appelée Trésor des Chartes, constitue le fonds original des Archives nationales de France. Lacunaires jusqu’au 12ème siècle, ce n’est qu’à partir de sa réorganisation par frère Guérin, évêque de Senlis et garde des Sceaux de Philippe Auguste, que l’on conserve véritablement au palais du roi à Paris un exemplaire de tous les actes expédiés ou reçus par le roi. L’office de chancelier, ou cancellariat, dérive de celui de secrétaires et de notaires du roi, il est le chef de l’administration de la justice, et de tous les conseils du roi. Il est le dépositaire des sceaux de France, dont il use pour la distribution de la justice, dons, grâces, et offices. Il préside le conseil du roi, et expose les volontés du roi devant le parlement quand il va y tenir son lit de justice. Cet office ne peut être récusé, sauf démission et forfaiture. Le chancelier est le porte-parole et le représentant du roi, et à la mort de celui-ci, il est le seul personnage de la cour à ne pas porter le deuil pour marquer la pérennité de sa charge. Il est deuxième grand officier de la couronne dans l’ordre des préséances. Il y a toujours un chancelier chef de la justice et il devient de fait l’officier le plus important de la couronne.

[12] L’archidiocèse de Rouen est un archidiocèse métropolitain de l’Église catholique en France. Érigé au 3ème siècle, le diocèse de Rouen est élevé au rang d’archidiocèse métropolitain au 5ème siècle. C’est le siège primatial de Normandie, premier dans l’ordre de préséance dans la province de Normandie. Saint Mellon qui était probablement un disciple de saint Nicaise, devint le premier évêque de Rouen. L’archevêque de Rouen est primat de Normandie et porte aussi les titres de comte de Dieppe, Louviers, Aliermont et Douvrend, vicomte de Déville, baron de Fresne-l’Archevêque, seigneur de Gisors, Neaufle, Gaillon, Bouteilles, Cliponville, Envronville…

[13] Le 17ème concile œcuménique de l’Église catholique commence à Bâle le 23 juillet 1431. Transféré par Eugène IV à Ferrare en 1437 puis à Florence en 1439, il se termine à Rome en 1441. Martin V étant mort peu avant, Gabriele Condulmer est élu pape ce jour-là et prend le nom d’Eugène IV. Giuliano Cesarini, cardinal de Saint-Ange et légat en Allemagne doit présider le concile, mais aucun prélat n’était encore arrivé à Bâle et le concile est ouvert par Jean de Polémar, chapelain du pape, et Jean de Raguse, procureur général des Dominicains, délégués par le cardinal Cesarini le 23 juillet. Le 14 décembre 1431, le concile s’affirme supérieur au pape et confirme le décret Frequens rendu à Constance. Le 18 décembre, Eugène IV, prétextant une faible participation, dissout le concile de Bâle et le transfère à Bologne, mais appuyé par l’empereur Sigismond, il continue à siéger. Le 29 avril 1432, les pères du concile somment le pape de révoquer la bulle de dissolution, sinon ils procèderont « selon le droit divin et humain, pour le bien de l’Église ». Le concile ouvre un procès contre le pape le 6 septembre suivant. Le 13 juillet 1433, le concile retire au pape le droit de conférer les hautes dignités ecclésiastiques et lui donne 60 jours pour se rétracter. Le 29 juillet, le pape déclare nul et non avenu tout ce que décidera le concile contre lui. Le 15 décembre 1433, Eugène IV doit reconnaître la nullité de sa décision et la légitimité du concile par la bulle Dudum Sacrum. Le 26 juin 1434, le concile réaffirme solennellement sa supériorité au pape

[14] Le diocèse d’Ely est un diocèse anglican de la Province de Cantorbéry. Il s’étend sur le Cambridgeshire (à l’exception de Peterborough et de ses alentours, qui relèvent du diocèse de Peterborough) et sur l’ouest du Norfolk. Son siège est la cathédrale d’Ely.

[15] Frascati est une commune italienne, située dans la ville métropolitaine de Rome Capitale dans la région du Latium en Italie. C’est la ville qui a donné le plus de papes à l’Église, après Rome. Frascati a remplacé Tusculum devenant le siège du diocèse suburbicaire de Frascati.

[16] Hartfield est situé dans le Sud-Ouest de l’Angleterre.

[17] La cathédrale d’Ely est située dans la ville d’Ely dans le Cambridgeshire en Angleterre. Ancienne abbaye saxonne fondée en 673, elle est détruite par les Vikings puis restaurée suivant la Règle de Saint Benoît en 970. Après la conquête de l’Angleterre par les normands, l’église est reconstruite sous les vocables de Saint Pierre et de la Vierge par l’abbé Siméon et devient le siège d’un évêché en 1109. Après la dissolution des monastères de 1539, Cathedral Church of the Holy and Undivided Trinity of Ely devient l’église mère du diocèse d’Ely, dans la région de l’Est-Anglie.