Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Vologèse III

samedi 10 juin 2017, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 7 août 2011).

Vologèse III

Roi des Parthes de 105 à 147

Monnaie de Vologèse III. Fils du roi Vologèse II, il continue le combat entrepris par son père et finit par s’imposer comme successeur de Pacorus II.

Pendant son règne, il doit cependant faire face aux usurpations en Mésopotamie de Osroès 1er puis de Mithridate IV.

Lors de la campagne parthique [1] de Trajan de 115 à 117, il doit fuir ses capitales Séleucie du Tigre [2] et Ctésiphon [3] qui sont prises par les généraux romains Marcus Erucius Clarus et Tiberius Iulius Alexander Iulianus et ravagées. Il doit accepter un protectorat romain sur l’Arménie et le dépeçage du royaume parthe [4] par Rome avec la création des provinces romaines de Adiabène [5] et de Assyrie [6] et la vassalisation du royaume de Characène [7] au fonds du golfe Persique. L’empereur romain tente en outre de lui opposer en Parthie même un certain Parthamaspatès qui se présente comme le fils d’Osroès 1er.

Après la disparition brutale de Trajan le 7 août 117, le roi parthe peut finalement bénéficier lui aussi de la paix avantageuse négociée en 123 par Osroès 1er avec Hadrien, qui renonce à la plus grande partie des conquêtes de son prédécesseur et fixe la frontière des 2 empires sur l’Euphrate.

Il meurt sous le règne de Antonin le Pieux après avoir dirigé seul l’Empire parthe, uniquement pendant les dernières années de son règne. Il a comme successeur Vologèse IV.

P.-S.

Source : Le petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 1390

Notes

[1] La guerre parthique de Trajan regroupe l’ensemble des campagnes menées par Trajan entre 114 et 117 pour étendre les limites de l’Empire romain en Orient. Elle fait suite à une succession de conflits plus ou moins importants entre Rome et le royaume des Parthes qui se disputent notamment la suprématie sur le royaume tampon d’Arménie. Ces campagnes ont pour conséquences directes l’annexion et la création de provinces éphémères comme l’Arménie et la Mésopotamie. Ces conquêtes sont de courte durée puisqu’elles seront abandonnées par Hadrien, successeur de Trajan.

[2] Séleucie du Tigre est une ville antique ruinée située en Irak, en face de Ctésiphon et à 35 kilomètres environ de Bagdad. Elle fut une des plus grandes cités de Mésopotamie à la fin de l’Antiquité, s’inscrivant dans l’histoire entre Babylone et Bagdad. Fondée par le successeur d’Alexandre le Grand, Séleucos 1er Nicator, elle devint rapidement une très grande ville et un centre commercial incontournable.

[3] Ctésiphon est une ancienne ville parthe, située face à Séleucie du Tigre, sur la rive gauche du Tigre, à 30 km au sud-est de la ville actuelle de Bagdad, en Irak. La ville s’étendait sur 30 km². Son seul vestige resté visible est la grande arche Taq-i Kisra au sud-est de la ville actuelle de Salman Pak.

[4] La Parthie est une région située au nord-est du plateau iranien, ancienne satrapie de l’empire des Achéménides, berceau de l’Empire parthe qui contrôle le plateau iranien et par intermittence la Mésopotamie entre 190 av.jc et 224 de notre ère. Les frontières de la Parthie sont la chaîne montagneuse du Kopet-Dag au nord, aujourd’hui la frontière entre Iran et Turkménistan, et le désert du Dasht-e Kavir au sud. À l’ouest se trouve la Médie, au nord-ouest l’Hyrcanie, au nord-est la Margiane et au sud-est l’Arie. Cette région est fertile et bien irriguée pendant l’antiquité, et compte aussi de grandes forêts à cette époque.

[5] L’Adiabène est une région de l’Assyrie en Mésopotamie située entre le Grand Zab et le Petit Zab, deux affluents du Tigre. Elle est située autour de la ville d’Arbèles (proche de l’actuelle Erbil en Irak). L’Adiabène est aussi le nom d’une satrapie de l’Empire perse, qui devint un royaume après sa conquête par l’Empire parthe. Le plus souvent le royaume d’Adiabène était vassal de l’Empire parthe, mais il a aussi parfois été vassal de l’Arménie. Située aux lisières de trois puissances (l’Empire romain, l’Empire parthe, l’Arménie), l’Adiabène a souvent su jouer sur ces trois grands « protecteurs » pour se ménager le plus grand espace d’indépendance. Au premier siècle, le royaume d’Adiabène s’est peu à peu étendu vers l’ouest en empiétant surtout sur l’Arménie et l’Osroène, jusqu’aux villes de Carrhes et d’Édesse. À cette époque, il a peut-être aussi contrôlé Hatra1 (région au nord de l’Irak, près de Mossoul). L’Adiabène est surtout connue à partir des années 30, lorsque ses souverains (dynastie Monobaze) se convertissent au judaïsme, allant même jusqu’à participer à la révolte juive en Judée contre l’Empire romain en 66–70. Par la suite, l’Adiabène subit plusieurs invasions romaines, notamment sous Trajan (116-117), puis à la fin du 2ème siècle (Septime Sévère). Au début du 3ème siècle est créée la province romaine d’Assyrie, marquant la fin de l’Adiabène. Elle est finalement perdue pour Rome en 363, sous le règne de l’empereur Jovien, au profit de la dynastie perse des Sassanides.

[6] Sous l’Empire romain, le terme d’Assyrie désigne, de manière assez floue parfois, une région géographique voisine du nord de la Mésopotamie et correspondant en partie à l’ancienne Assyrie historique. Ce n’est peut-être que fort brièvement qu’une province romaine porta le nom d’Assyrie, sous Trajan. Du nord au sud, cet ensemble régional était composé des régions de Moxoène, Rehimène, Corduène, Zabdicène et Adiabène. Les villes les plus importantes étaient Hiaspis, Bezabde, Sisara, Nisibis, Thilsaphata, Singara, Ninive, Hatra et Ur.

[7] La Characène ou Mésène, était un royaume situé à l’embouchure du Tigre et de l’Euphrate, sur le Golfe Persique. Créé à la fin du 2ème siècle av.jc, ce royaume fut vassal de l’Empire Parthe. Sa capitale était Spasinou Charax, « la forteresse d’Hyspaosinès ». Au 1er et au 2ème siècle. il joua un rôle important dans le commerce de la Syrie avec l’Inde. Le royaume de Characène est fondé vers 127 av.jc par Aspasinè, nommé Hyspaosinès par les auteurs classiques, un ancien satrape d’Antiochos IV Épiphane. Survivant à la dissolution de l’Empire Séleucide, la Characène devient vassale de l’Empire Parthe jusqu’à sa chute au début du 3ème siècle. Les rois sassanides mirent un terme à la dynastie royale locale et la remplacèrent par des gouverneurs.