Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 1er siècle de notre ère > Marcus Ulpius Trajanus dit Trajan

Marcus Ulpius Trajanus dit Trajan

vendredi 15 mai 2015, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 2 août 2011).

Marcus Ulpius Trajanus dit Trajan (53-117)

Empereur romain de 98 à 117

Buste de Trajan portant la couronne civique, une courroie d'épée et l'égide (attribut de Jupiter et symbole de la toute-puissance divine). Glyptothèque de Munich.Né à Italica en Bétique [1] d’une famille de soldats qui s’était établie en Espagne lors de la 2ème guerre punique [2]. Son père, Marcus Ulpius Traianus était le premier consul de la famille.

Trajan fut tribun militaire [3] en Syrie pendant 10 ans, puis il devient questeur [4] vers 78, ce qui lui donne accès au Sénat. Vers 84, il devient préteur [5]. Trajan entame alors une carrière militaire.

Le commandement de la 7ème légion lui est confié entre 86 et 89 pour aller mater le soulèvement de Antonius Saturninus en Germanie supérieure [6]. Il s’y révèle efficace et loyal à l’égard de Domitien, ce qui lui vaut d’être nommé consul en 91. il devient gouverneur de la Germanie supérieure en 96.

En 97, il obtint le commandement des 3 légions qui forment l’armée de la Germanie inférieure [7]. Nerva adopta Trajan le 28 octobre 97 et le désigna comme son successeur. Il fut proclamé empereur par le sénat en 98, à la mort de Nerva. Ce fut le premier empereur non romain.

Il rompt avec la violence de Domitien et maintient une politique proche du Sénat, ce qui lui assura rapidement une certaine popularité. De 97 à 101, il choisit plutôt une politique pacifique et s’occupa surtout d’affaires civiles. À son avènement, Trajan ne se précipite pas à Rome. Il reste sur le Rhin et préfère s’assurer la fidélité des armées.

Sa politique extérieure fut inspirée par des considérations stratégiques et économiques. Pour assurer à Rome de riches mines d’or, il fit, après 2 guerres de 101 à 102 et de 105 à 107, la conquête de la Dacie [8] et, pour contrôler les grandes routes commerciales, il porta la guerre en Orient.

Trajan fortifie la frontière Nord au niveau du Danube. La peuplade des Iazyges [9] se juge encerclée par ces fortifications et s’allie à Décébale . De 105 à 107, la seconde guerre contre les Daces a lieu. C’est lors de cette guerre que s’illustra son général favori le Maure Lusius Quietus que Trajan souhaitait avoir pour successeur. Décébale fuit en Transylvanie. En 106, les Daces sont vaincus, Décébale se suicide et la Dacie devient province impériale.

Après l’annexion de l’Arabie Petiée [10] en 106, il se battit contre les Parthes [11] en 113, s’emparant de l’Arménie, de l’Assyrie [12] et de la Mésopotamie [13] et donnant ainsi à l’Empire son extension extrême. Mais les Parthes s’organisent, et ils soulèvent les peuples soumis à Rome, notamment les Juifs. La révolte gagne vite du terrain, l’Assyrie est rapidement perdue.

Trajan tente alors de remettre la Babylonie à un souverain fantoche, Parthamaspatès , mais cela dissimule mal l’échec de l’annexion qu’il projetait.

En 117, la révolte se généralise, l’Orient est en feu. Trajan revient vers l’Occident, laissant à son légat le soin de ramener l’armée.

Il inaugura l’interventionnisme d’Etat pour remédier aux problèmes économiques et sociaux,accorda des prêts à intérêt très faible aux petits propriétaires fonciers pour alimenter une caisse chargée d’aide les famille nombreuses, mit en œuvre un important programme de travaux publics comme le forum de trajan [14] et la colonne trajane [15]. Un nouveau bassin est creusé dans le port d’Ostie [16]. Celui datant de Claude était trop petit. Le bras du Tibre est dédoublé pour éviter les inondations et faciliter le transport maritime entre Rome et Ostie.

Il se soucia de l’intégration des provinciaux de l’empire. Le statut de cité évolue. Les promotions municipales permettent de faire évoluer leur statut juridique. Ainsi, une cité pérégrine peut devenir un municipe de droit latin, avec la progression de son urbanisme. Puis en une dizaine d’années, devenir municipe de droit romain. Le nombre de citoyens romains augmente donc.

Il maintient l’interdiction du christianisme et la nécessité de punir les chrétiens s’ils étaient déférés au juge et reconnu tels. Mais, il refusa d’organiser contre eux une persécution systématique et défendit de les rechercher. Il meurt à Selinus [17] en Cilicie [18] le 18 août 117. Presque immédiatement, toutes ses conquêtes sont perdues. Il eu pour successeurs Hadrien.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Histoire romaine : Trajan/ Le petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 1324

Notes

[1] Espagne actuelle

[2] La Deuxième Guerre punique, (218-202 av. jc) est le deuxième des trois conflits connus sous le nom de guerres puniques, qui opposent Rome à Carthage.

[3] Le tribun militaire (en latin Tribunus militum) est un officier supérieur qui sert dans la légion romaine sous la Rome antique.

[4] Dans la Rome antique, les questeurs sont des magistrats romains annuels comptables des finances, responsables du règlement des dépenses et de l’encaissement des recettes publiques. Ils sont les gardiens du Trésor public, chargés des finances de l’armée et des provinces, en relation avec les consuls, les promagistrats et les publicains. Maintenue sous le Haut Empire avec son rôle comptable, cette fonction se réduit sous le Bas-Empire à une magistrature honorifique et coûteuse exercée uniquement à Rome.

[5] Le préteur est un magistrat de la Rome antique. Il est de rang sénatorial, peut s’asseoir sur la chaise curule, et porter la toge prétexte. Il est précédé par deux licteurs à l’intérieur de Rome, et six hors du pomerium de l’Urbs. Sous la République, il est élu pour une durée d’un an par les comices centuriates.

[6] La Germanie supérieure, Germanie première ou Haute Germanie selon les auteurs et en latin Germania superior ou Germania prima est une province romaine établie en 84 par Domitien après les deux campagnes victorieuses autour de la haute vallée du Rhin, de la Nahe au lac de Constance, une grande partie de la Suisse, le Jura, la Franche-Comté et une partie de la Bourgogne. À l’est du Rhin se trouvaient les Champs Décumates, qui ne seront conquis que sous Domitien. Auparavant, la frontière entre res publica et barbaricum se situait sur le Rhin et le Danube.

[7] La Germanie inférieure, Germanie seconde ou Basse Germanie selon les auteurs et en latin Germania inferior, est une province romaine établie vers 90 par Domitien autour de la vallée de la Meuse, à l’ouest du Rhin, dans ce que sont aujourd’hui le sud des Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg, une partie du nord-est de la France (Ardennes), et du nord-ouest de l’Allemagne. La capitale de la Germanie inférieure est Colonia Claudia Ara Agrippinensium , l’actuelle ville de Cologne, également la capitale du peuple des Ubiens.

[8] Les guerres daciques de Trajan sont deux campagnes militaires de l’empereur romain Trajan contre le royaume dace de Décébale en 101-102 et 105-106. Elles aboutissent, en l’an 106, à l’annexion du royaume dace et à la création d’une nouvelle province, la Dacie romaine.

[9] Les Iazyges ou Jazyges ou Yaziges sont, comme les Roxolans, une des branches occidentales des Sarmates, c’est un peuple des steppes d’origine scythique selon Hérodote, donc iranienne. Ils apparaissent autour de la Méotide et font partie des premiers groupes sarmates à avoir migré vers l’ouest. La force principale des Iazyges réside dans leur archerie et leur cavalerie très mobile. Vers 20, les Iazyges s’installent sur la frontière danubienne de l’Empire romain dans le bassin de la Tisza en tant qu’alliés de Rome qui tente de réaliser l’encerclement de la Dacie. Dès le 1er siècle, ils entretiennent des relations commerciales avec les Romains. De la dynastie flavienne jusqu’au 3ème siècle, ils font partie des peuples « barbares » clients des Romains. Cependant les nombreux incidents entre les légions et les Iazyges prouvent que l’alliance était fragile, et sous le règne de Domitien, ils se joignent aux Suèves pour envahir temporairement la Pannonie en 92. Il faut l’intervention militaire de l’empereur lui-même pour les repousser. L’animosité entre les Daces restés libres et les Iazyges, se mue ensuite en complicité avec comme conséquence de nombreux raids des nouveaux alliés dans les provinces de la Dacie romaine et de la Mésie. Sous l’empereur Marc Aurèle, ils envahissent de nouveau l’Empire sous la pression des Goths qui migrent vers l’Ouest et les repoussent ou les entraînent contre le limes.

[10] La province romaine d’Arabie ou Arabie pétrée est créée en 106 par la conquête du royaume Nabatéen (dont la capitale est Pétra) qui fut un des derniers royaumes du Moyen-Orient sous protectorat romain. Débouché des caravanes venues du Sud arabique ou du golfe Persique, il occupait une région importante pour les liaisons stratégiques des Romains entre l’Égypte d’une part, la Judée et la Syrie d’autre part. La province d’Arabie malgré sa création tardive fut bien intégrée à l’empire et sa région a gardé des traces archéologiques importantes de la présence romaine.

[11] La Parthie est une région située au nord-est du plateau iranien, ancienne satrapie de l’empire des Achéménides, berceau de l’Empire parthe qui contrôle le plateau iranien et par intermittence la Mésopotamie entre 190 av.jc et 224 de notre ère. Les frontières de la Parthie sont la chaîne montagneuse du Kopet-Dag au nord, aujourd’hui la frontière entre Iran et Turkménistan, et le désert du Dasht-e Kavir au sud. À l’ouest se trouve la Médie, au nord-ouest l’Hyrcanie, au nord-est la Margiane et au sud-est l’Arie. Cette région est fertile et bien irriguée pendant l’antiquité, et compte aussi de grandes forêts à cette époque.

[12] L’Assyrie est une ancienne région du Nord de la Mésopotamie, qui tire son nom de la ville d’Assur, qui est aussi celui de sa divinité tutélaire, le dieu Assur. À partir de cette région s’est formé au 2ème millénaire av. jc un royaume puissant qui est devenu par la suite un empire. Aux 8ème et 7ème siècles av. jc, l’Assyrie contrôle des territoires s’étendant sur la totalité ou sur une partie de plusieurs pays actuels tels l’Irak, la Syrie, le Liban, la Turquie ou encore l’Iran.

[13] La Mésopotamie est une région historique du Moyen-Orient située dans le Croissant fertile, entre le Tigre et l’Euphrate. Elle correspond pour sa plus grande part à l’Irak actuel.

[14] Le forum de Trajan est le dernier des forums impériaux à avoir été construit à Rome, le plus monumental et l’un des mieux conservés aujourd’hui. Il comprend plusieurs monuments comme la basilique Ulpienne, la colonne Trajane, deux bibliothèques et les marchés de Trajan. Le forum, dont la conception est attribuée à l’architecte Apollodore de Damas, est parallèle au forum de César et perpendiculaire au forum d’Auguste. Sa construction a été financée par le butin que Trajan a rapporté des campagnes de Dacie.

[15] La colonne Trajane est une colonne triomphale romaine située sur le forum de Trajan à Rome. Elle est célèbre pour le bas-relief qui s’enroule en spirale autour de son fût et commémore la victoire de l’empereur Trajan sur les Daces lors des deux guerres daciques

[16] Par le port d’Ostie, transitaient les marchandises nécessaires à la population romaine, qui comptait le million d’habitants sous l’Empire au 2ème siècle. Ostie compta jusqu’à 50.000 habitants : armateurs, marchands, artisans, fonctionnaires, marins...

[17] actuelle Seliki

[18] Turquie actuelle