Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 400 à 300 avant Jésus Christ > Héphaestion ou Héphaistion

Héphaestion ou Héphaistion

mardi 5 novembre 2019 (Date de rédaction antérieure : 25 juillet 2011).

Héphaestion ou Héphaistion (356-324 av.jc)

Général macédonien

Né à Pella [1], fils de l’aristocrate Amyntor , il fut élevé auprès d’Alexandre, qui est né la même année, et reçut lui aussi l’enseignement d’Aristote. Officier dans la cavalerie des Compagnons, il commande l’escadron de la garde royale.

A l’arrivée en Asie en 334, il dépose avec Alexandre une couronne sur les tombes d’Achille et de Patrocle près de Troie [2].

En 332, il obtient le titre de sômatophylaque [3] parmi 7 compagnons d’Alexandre. Il est plusieurs fois blessé en combattant auprès d’Alexandre, notamment à la bataille de Gaugamèles [4] en 331. Il participe à l’interrogatoire et au supplice de Philotas et profite de sa mort pour monter en grade. En 330, il est nommé hipparque [5], puis peu avant la conquête de l’Inde vers 327, il est nommé chiliarque [6], ce qui en fait le second dans la hiérarchie macédonienne. Lors des noces de Suse en février 324, il épouse Dryptéis , la fille cadette de Darius III.

Par ailleurs, il soutient Alexandre dans sa tentative d’unir à la cour les usages grecs et perses, très contestée parmi les officiers macédoniens.

Sa nomination au poste de chiliarque provoque une vive concurrence avec le chancelier Eumène de Cardia qui a autorité sur les correspondances royales et l’intendance de l’armée, plusieurs différends d’ordre financier et protocolaire les opposent. Mais son plus grand rival est Cratère, principal commandant de la phalange [7]. Les 2 hommes en viennent à se battre durant l’expédition d’Inde. Afin notamment d’éloigner les 2 rivaux, Alexandre ordonne à Cratère de retourner en Macédoine à la tête d’une troupe de vétérans. Enfin, Olympias aurait également, par jalousie, témoigné une certaine hostilité envers le favori.

Il tombe malade, suite à des excès de nourriture et de boisson, et meurt le 10 novembre 324 à Ecbatane [8].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia/ Portail de la Grèce antique/ Macédoine antique

Notes

[1] Pella est une ville antique de la plaine centrale de Macédoine, entre le Loudias et l’Axios, sur une colline surplombant dans l’Antiquité un lac marécageux : cette cité de peuplement mixte gréco-barbare passe sous le contrôle des rois téménides dès le début du 5ème siècle av.jc, mais ne sort de l’obscurité qu’en devenant leur résidence habituelle, à une époque où le royaume est en pleine expansion vers l’Est aux dépens des Thraces et de la Ligue de Chalcidique. Elle devient ainsi la capitale du royaume de Macédoine à partir du début du 4ème siècle av. jc en supplantant Aigéai, et conserve ce rôle à l’époque hellénistique, pour le royaume antigonide.

[2] Troie est une cité disparue, à la fois historique et légendaire, située à l’entrée de l’Hellespont, non loin de la mer Égée, en Troade, en Asie Mineure, dans l’actuelle Turquie, à Hissarlık. Mentionnée pour la première fois par Homère, elle est au centre de nombreuses légendes de la mythologie grecque, et notamment de la guerre de Troie à laquelle se rattachent les récits du Cycle troyen.

[3] garde du corps

[4] La bataille de Gaugamèles s’est déroulée le 1er octobre 331 av. J.-C. dans la plaine de Gaugamèles3, dans le Nord de l’Irak actuel, même si la localisation exacte de la bataille n’est pas clairement établie, on situe généralement le site à l’est de la ville de Mossoul. Elle est l’affrontement décisif entre l’armée d’Alexandre le Grand et celle de Darius III. Par cette bataille, considérée comme l’une des plus importantes de l’Antiquité par les forces impliquées, le royaume de Macédoine a vaincu définitivement l’empire perse achéménide.

[5] chef d’une des hipparchies de cavaliers

[6] chef de la cavalerie des Compagnons et équivalent du vizir achéménide

[7] La phalange ou Phalanx est une formation de lanciers lourdement armés conçue pour anéantir l’infanterie ennemie lors du choc. La forme la plus ancienne date du milieu du 3ème millénaire av. jc en Mésopotamie par les Sumériens. La plus connue est la phalange hoplitique des cités États grecques à partir du 7ème siècle av. jc, supplantée par la phalange macédonienne au 4ème siècle av. jc.

[8] Ecbatane est une ville de l’Antiquité, identifiée sur le site de l’actuelle d’Hamadan (ou Hanadhân) au pied du mont Oronte (Elvend), au sud-ouest de la mer Caspienne et au nord-est de Babylone. Ecbatane devient la capitale des Mèdes à la fin du 8ème siècle av. jc sous le règne du fondateur de l’empire mède Déjocès. Elle le restera jusqu’à la prise de la ville, en 549 av.jc, par le roi perse Cyrus II le Grand qui mettait fin au règne du dernier roi mède, Astyage. Les souverains achéménides garderont la ville comme capitale d’été. En 330, le roi de Macédoine Alexandre le Grand s’en empare, ainsi que du trésor de Darius III qui y était gardé depuis la bataille de Gaugamèles. C’est lors de son séjour dans la cité qu’il fait exécuter Bessos et Parménion. En 324, c’est toujours à Ecbatane, au retour des campagnes en Inde, que meurt Héphaestion, vraisemblablement victime de la fièvre typhoïde. Après Alexandre le Grand, la ville perd toute importance politique et est réduite au rang d’une simple ville d’étape entre le plateau iranien et la Mésopotamie.