Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Zhang He

lundi 7 mars 2022, par ljallamion

Zhang He (167-231)

Général du seigneur de guerre Cao Cao

Il a commencé sa carrière militaire lorsque la Rébellion des Turbans Jaunes [1] éclata en 184 et par la suite servi sous Han Fu et Yuan Shao, il combattit Cao Cao sous les ordres de Yuan Shao à Guan Du.

Après la défaite de Yuan Shao à Guan Du [2], il fut acculé dans une voie sans issue par de fausses accusations portées contre lui par Guo Tu .

Il se mit alors au service de Cao Cao et du Wei [3] et combattit essentiellement les forces Shu [4]. Il a participé à de nombreuses campagnes, notamment celles contre Yuan Tan, Zhang Lu , Ma Chao, et Liu Bei. Ses compétences furent reconnues par Zhuge Liang.

Après la mort de Cao Cao en 220, l’activité principale de Zhang He consistait à défendre le Wei contre les expéditions du Nord dirigées par le Premier Ministre Zhuge Liang du royaume de Shu.

En 231, il tomba dans des embuscades tendues par Zhuge Liang et ses forces, il reçut une flèche qui lui coûta la vie.

Célèbre pour son ingéniosité que même Zhuge Liang redoutait, il est l’un des 5 Grands Généraux du Wei, avec Xu Huang , Yu Jin , Yue Jin et Zhang Liao.

Après la Révolte des Turbans Jaunes qui éclata en 184, Zhang He a rejoint l’armée des volontaires de Han Fu, gouverneur de Jizhou [5] pour réprimer la rébellion. Il fut nommé commandant de l’armée d’un classement intermédiaire. Bien que la rébellion ait été matée rapidement, elle a conduit à l’épanouissement de nombreuses armées régionales sous le contrôle de seigneurs de guerre.

Après la mort de l’Empereur Ling en 189, un seigneur de guerre nommé Dong Zhuo usurpa le pouvoir. Les Chefs de guerre de l’Est de la Chine formèrent une coalition contre Dong Zhuo en 190. La tentative échoue, mais déclenche une série de guerres civiles massives entre les chefs de guerre eux-mêmes.

En 191, quand Han Fu fait face à des menaces militaires des chefs de guerre rivaux comme Gongsun Zan, qui était basé à Youzhou [6], il décida de retourner auprès de son allié Yuan Shao. Zhang He et ses troupes, passèrent sous le commandement du nouveau seigneur. Yuan Shao promut Zhang He à un rang de haut poste, celui de commandant et le chargea de défendre les frontières contre Gongsun Zan. Après avoir réussi à déjouer Gongsun Zan, Zhang He a en outre été promu à un poste général.

En 199, Yuan Shao vainquit Gongsun Zan à la décisive bataille de Yijing et prit le contrôle des quatre régions du nord du fleuve Jaune [7].

Il a ensuite tourné son attention vers Cao Cao, un chef de guerre monté en puissance, juste au sud de la rivière. À l’automne de l’année suivante, les deux parties se sont affrontées à Guan Du. Yuan Shao avait son approvisionnement alimentaire entreposé à Wuchao, gardé par Chunyu Qiong. Zhang He indiqua à Yuan Shao qu’il fallait renforcer la défense à Wuchao car celui-ci pensait à juste titre que Cao Cao chercherait à saisir l’approvisionnement alimentaire. En fin de compte, Yuan Shao écouta finalement son conseiller Guo Tu, qui suggéra de concentrer les forces sur le camp de base de Cao Cao si celui-ci décidait d’attaquer Wuchao.

Ce qu’avait prévu Zhang He arriva, Cao Cao fit attaquer Wuchao sous le couvert de la nuit. L’approvisionnement alimentaire fut perdu et l’immense armée de Yuan Shao s’est effondrée. L’embarras de Guo Tu le poussa à calomnier Zhang He devant Yuan Shao, accusant le général de se complaire dans la défaite. Pris de panique, Zhang He décida alors de se joindre à Cao Cao avec un collègue, Gao Lan . Cao Cao ne pouvait en être que très heureux.

Depuis, Zhang He a participé à de nombreuses campagnes menées par Cao Cao, y compris une campagne du Nord contre les héritiers de Yuan Shao, une campagne de défense contre Ma Chao et Han Sui , et l’offensive sur Zhang Lu dans Hanzhong [8].

Pour ses réalisations Zhang He fut promu général qui écrase les rebelles en 215 et déploie avec Xiahou Yuan la défense de la grande région de Hanzhong contre les invasions de Liu Bei.

En 219, Xiahou Yuan fut tué dans la bataille du mont Ding Jun par Huang Zhong et Zhang He se retira à Yangping. Guo Huai , l’adjoint de Xiahou Yuan jeta son poids sur Zhang He, qui prit ensuite la fin du commandement général des troupes. Selon une brève histoire de Wei par Yu Huan, bien que Xiahou Yuan était le général commandant de la force de défense de Hanzhong, Liu Bei était vraiment plus préoccupé par Zhang He. Il aurait exprimé sa déception que ce soit Xiahou Yuan qui mourut dans la bataille au lieu de Zhang He tellement Liu Bei le craignait.

Lorsque Cao Cao reçut des nouvelles de la mort Xiahou Yuan, il est venu personnellement à Hanzhong pour mener une contre-attaque contre l’ennemi. Liu Bei a tenu sa position dans le relief montagneux et refusa de s’engager dans des batailles. Cao Cao fut contraint de se retirer à Chang’an [9] 2 mois plus tard, en cédant la position stratégique de Hanzhong. Zhang He resta alors en position avec ses troupes à Chencang pour empêcher d’autres incursions des troupes de Liu Bei.

Zhang He est souvent associé à sa défaite contre Zhang Fei en tentant de conquérir Dangqu. Toutefois, après la défaite, il fut promu par Cao Cao comme général qui vainc les Bandits peut-être parce que, pendant sa campagne, il a su conquérir le Baxi et les commanderies [10] Badong.

Après la mort de Cao Cao en 220, son successeur Cao Pi promut Zhang He au titre de général de la gauche. Quelques mois plus tard, Cao Pi fit abdiquer l’Empereur Xian et se déclara premier empereur de Cao Wei. Zhang He a ensuite été inféodé comme marquis de Mao. En 221, il fut envoyé avec Cao Zhen pour soumettre les Hu Lushui et l’Est sur les frontières occidentales de la Chine, Cao Pi en sortira victorieux.

Après une audience avec l’empereur dans la capitale Xuchang, Zhang He, Cao Zhen et Xiahou Shang furent déployés au sud en 222 pour prendre Jiangling, qui était sous le contrôle du royaume de Wu [11]. Bien que les attaques initiales furent réussies, une envasions d’épidémie contraint les envahisseurs à se retirer.

Lorsque Cao Pi mourut en 226, il fut remplacé par Cao Rui. Zhang He a maintenu sa position dans le sud pour se défendre contre le royaume de Wu. Lorsque Zhuge Liang du Royaume de Shu [12] lança ses expéditions du Nord contre le royaume de Wei en 227, Zhang He fut rappelé à son ancien champ de bataille à l’ouest de Chang’an pour repousser l’attaque.

L’année suivante, Zhang He marqua une victoire éclatante contre Ma Su en l’encerclant à la bataille de Jie Tin [13]. Zhuge Liang a été contraint de se retirer à Hanzhong et, à contrecœur, de faire exécuter Ma Su pour sa responsabilité dans la perte de la position stratégique. Zhang He a aussi pacifié les commanderies de Nan’an, Tianshui et Anding, qui furent remises à Zhuge Liang lors des attaques initiales.

Zhang He fut ensuite envoyé pour aider Sima Yi . Pendant ce temps, Zhuge Liang lança la 2ème de ses expéditions et attaqua Chencang. Zhang He fut de nouveau envoyé à la rescousse. Il a correctement prédit que l’ennemi se retirerait avant même d’arriver en raison de la pénurie de l’approvisionnement alimentaire. Il fut rappelé à la capitale et promu au grade de général de chars et de cavalerie qui font les campagnes de l’Ouest.

En 231, Zhuge Liang lança sa 4ème expéditions. Zhang He fut envoyé pour aider Sima Yi à repousser l’attaque. Après les victoires initiales, l’armée de Zhuge Liang, à nouveau à court d’approvisionnement a dû battre en retraite. Sima Yi a ensuite ordonné à Zhang He de le poursuivre, malgré les avertissements de Zhang He de l’embuscade possible.

Zhang He avait encore une fois, malheureusement vu juste, il y avait en effet une embuscade tendue par les arbalétriers, lui et ses troupes sont entrés dans une gorge étroite nommé Moumen Trail. Une flèche l’a frappé au genou droit et il est mort sur le champ de bataille à l’âge de 64 ans. Il fut à titre posthume intitulé Marquis Zhuang [14].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Zhang He/ Portail du monde chinois/ Catégories  : Héros des Trois Royaumes

Notes

[1] La rébellion des Turbans jaunes est une révolte paysanne majeure en Chine, à la fin du 2ème siècle. Le soulèvement &clate en 184 sous le règne de l’empereur Han Lingdi lorsque Zhang Jiao, fondateur de la secte taoïste Taiping (« grande paix »), soulève une partie de la population chinoise contre la dynastie Han, jugée décadente et corrompue. Assiégés, les Han lancent un appel à l’aide et ordonnent une campagne contre les Turbans jaunes qui se comptent par centaines de milliers. De puissants et célèbres généraux, tels que Yuan Shao, Cao Cao, Sun Jian et Ma Teng répondent à cet appel. De son côté, le général Lu Zhi recrute des volontaires. Parmi eux, Liu Bei, Guan Yu et Zhang Fei qui, selon l’Histoire des Trois royaumes, se jurent fraternité et s’en vont combattre les Turbans jaunes. Ils viennent en aide au général Dong Zhuo. Les frères de Zhang Jiao, Bao et Liang, sont battus par Cao Cao et Sun Jian. Bien que la rébellion principale ait été défaite en 185, des poches de résistances restent invaincues et des soulèvements de plus petites ampleurs émergent sporadiquement. Ce n’est qu’en 205, après 21 années de révoltes, que les Turbans jaunes sont définitivement vaincus. La rébellion, qui tire son nom de la couleur dans laquelle les rebelles se drapaient, a été particulièrement importante dans l’histoire de la Chine comme dans celle du taoïsme, à cause des collusions nombreuses entre rebelles et sociétés taoïstes secrètes.

[2] La bataille de Guandu est une bataille ayant eu lieu en Chine lors de la fin de la dynastie Han. Elle vit s’affronter, en 200, Yuan Shao et Cao Cao pour une position stratégique proche du fleuve Jaune, sur la route de Xuchang.

[3] Le royaume de Wei, également appelé Cao Wei, est un des royaumes qui régnaient sur la Chine pendant la période des Trois Royaumes. Avec sa capitale à Luoyàng, ce royaume fut établi par Cao Pi en 220, à partir des bases posées par son père Cao Cao. Cette dénomination apparaît en 213, lorsque les exploitations féodales de Cao Cao prennent le nom de Wei ; les historiens ajoutent souvent le préfixe Cao (du nom de famille de Cao Cao) afin de distinguer ce royaume des autres États que l’histoire de la Chine a également connus sous le nom de Wei, par exemple les précédents États de Wei durant la période des royaumes combattants, et plus tard l’État de la dynastie Wei du Nord. En 220, lorsque Cao Pi déposséda le dernier empereur de la dynastie Han, Wei est devenu le nom de la nouvelle dynastie qu’il fonda. Cette dynastie fut saisie et contrôlée par la famille Sima en 249, jusqu’à ce qu’elle fût renversée et soit devenue une partie de la dynastie Jin en 265.

[4] Le Shu, appelé rétrospectivement Shu postérieur, pour le différencier du Shu antérieur, est l’un des Dix Royaumes ayant existé dans le sud de la Chine durant la Période des Cinq Dynasties et des Dix Royaumes, qui se situe chronologiquement entre les dynasties Tang et Song. Il recouvre l’actuelle province du Sichuan, ainsi que des parties septentrionales du Gansu et du Shaanxi, et sa capitale se situe dans la ville de Chengdu. Il existe de 934 a 965 et est le quatrième et dernier État dominant cette région à porter le nom de Shu.

[5] aujourd’hui le sud de Hebei

[6] aujourd’hui le nord du Hebei

[7] Le fleuve Jaune est le deuxième plus long fleuve de Chine après le Yangzi Jiang. Long de 5 464 kilomètres, il prend sa source dans le plateau tibétain et après avoir traversé les provinces de Gansu, Ningxia, Mongolie-Intérieure, Shaanxi, Shanxi, Henan et Shandong il se jette dans la mer de Bohai, dans la mer Jaune. Le bassin versant du fleuve d’une superficie de 752 443 km² est caractérisé par un climat en grande partie semi-aride qui explique le débit modéré du fleuve à son embouchure (2 571 m3/s). Le fleuve Jaune a joué un rôle crucial dans l’histoire de la Chine car la civilisation chinoise est née au confluent du fleuve et de son affluent le Wei He puis s’est développée le long de son cours.

[8] Hanzhong est une ville du sud de la province du Shaanxi en Chine

[9] Autrefois nommé Hao ou Zongzhou, pendant la dynastie Zhou, elle fut la capitale de la Chine pour la période des Zhou occidentaux. Suite à la folie du roi Zhou Youwang, la ville fut incendiée et pillée par les barbares Rong. Xi’an est l’extrémité est de la route de la soie considérée comme ayant été « ouverte » par le général chinois Zhang Qian au 2ème siècle av. jc. C’était l’une des Quatre Grandes Capitales Anciennes car ce fut la capitale de la Dynastie Qin, des Han, alors connue sous le nom de Chang’an

[10] Une commanderie, ou préfecture suivant les traductions, est une ancienne division administrative chinoise utilisée depuis la période de la dynastie Zhou (vers 1046 av. jc-256 av. jc) jusqu’au début de la dynastie Tang (618-907).

[11] Le royaume de Wu, connu également sous le nom Sun Wu, est l’un des royaumes de la période des Trois Royaumes en lutte pour le contrôle de la Chine après la chute de la dynastie Han. Il était situé au sud du Yangzi Jiang dans la région des actuelles villes de Nankin, Shanghai et Suzhou, à l’emplacement de l’ancien État de Wu de la Période des Printemps et Automnes. La capitale principale du royaume était Jianye, près de l’actuelle ville de Nankin (Nanjing), mais parfois la capitale fut déplacée à Wuchang, actuelle Ezhou, Hubei. Plus puissant que le royaume du Shu mais plus faible que celui du Wei, le royaume de Wu fut celui qui vécut le plus longtemps des Trois Royaumes de Chine. Il exista pendant 51 ans, de sa fondation en 229 à sa conquête en 280 par le premier empereur de la dynastie Jin, Sima Yan.

[12] Le Shu, appelé rétrospectivement Shu postérieur, pour le différencier du Shu antérieur, est l’un des Dix Royaumes ayant existé dans le sud de la Chine durant la Période des Cinq Dynasties et des Dix Royaumes, qui se situe chronologiquement entre les dynasties Tang et Song. Il recouvre l’actuelle province du Sichuan, ainsi que des parties septentrionales du Gansu et du Shaanxi, et sa capitale se situe dans la ville de Chengdu. Il existe de 934 a 965 et est le quatrième et dernier État dominant cette région à porter le nom de Shu.

[13] La bataille de Jieting fut livrée en 228 durant la période connue sous le nom de Trois Royaumes de Chine, dans le cadre de la première expédition nordique. Elle opposa les forces du Wei, commandées par Zhang He, à celles du Shu, dirigées par Ma Su, et se termina par une victoire décisive du Wei.

[14] qui signifie littéralement marquis robuste