Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Han Lingdi

vendredi 7 janvier 2022, par ljallamion

Han Lingdi (156-189) 

12ème empereur de la dynastie des Han de l’Est

Né fils d’un petit marquis descendant directement de l’empereur Zhang le troisième empereur des Han de l’Est, Liu Hong fut choisi pour être empereur en 168 vers l’âge de 12 ans après la mort de son prédécesseur, l’empereur Huandi , qui n’avait pas de fils pour lui succéder. Il a régné pendant environ 21 ans jusqu’à sa mort en 189.

Le règne de l’empereur Ling a vu une prolifération d’eunuques [1] corrompus dominant le gouvernement central Han, comme ce fut le cas pendant le règne de son prédécesseur.

Zhang Rang , le chef de la faction eunuque, a réussi à dominer la scène politique après avoir vaincu une faction dirigée par le père de l’impératrice douairière Dou Miao , Dou Wu , et l’érudit confucéen Chen Fan en 168.

Après avoir atteint l’âge adulte, l’empereur Ling ne s’intéressait pas aux affaires de l’État et préférait s’adonner aux femmes, et à un style de vie décadent. Dans le même temps, des fonctionnaires corrompus du gouvernement Han ont prélevé de lourdes taxes sur les paysans. Il a exacerbé la situation en introduisant une pratique de vente de poste politiques contre de l’argent ; cette pratique a gravement endommagé le système de la fonction publique Han et conduit à une corruption généralisée. Les griefs croissants contre le gouvernement Han ont conduit à l’éclatement de la rébellion des Turbans jaunes [2] dirigée par les paysans en 184.

Le règne de l’empereur Ling a laissé la dynastie des Han orientaux faible et au bord de l’effondrement. Après sa mort, l’Empire Han s’est désintégré dans le chaos pendant les décennies suivantes alors que divers chefs de guerre régionaux se sont battus pour le pouvoir et la domination.

La dynastie Han s’est terminée en 220 lorsque le fils de l’empereur Ling, l’empereur Han Xiandi , a abdiqué, un événement qui a conduit au début de la période des Trois Royaumes [3] en Chine.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Han Lingdi/ Portail du monde chinois/ Catégories  : Empereur de la dynastie Han

Notes

[1] Un eunuque est un homme castré. La castration se limite généralement à l’ablation des testicules mais il arrive qu’elle concerne également le pénis, connue alors sous le nom de pénectomie. Dans la Chine ancienne, la castration était à la fois une punition traditionnelle (jusqu’à la dynastie Sui) et un moyen d’obtenir un emploi dans le service impérial. À la fin de la dynastie Ming, il y avait 70 000 eunuques dans la Cité interdite. La valeur d’un tel poste était importante car elle pouvait permettre d’obtenir un pouvoir immense qui dépassait parfois celui du premier ministre. Cependant, la castration par elle-même fut finalement interdite. Le nombre d’eunuques n’était plus estimé qu’à 470 en 1912, lorsque la fonction fut abolie. La justification de cette obligation pour les fonctionnaires de haut rang était la suivante : puisqu’ils ne pouvaient procréer, ils ne seraient pas tentés de prendre le pouvoir pour fonder une dynastie. À certaines périodes, un système similaire a existé au Viêt Nam, en Inde, en Corée et dans d’autres contrées du monde.

[2] La rébellion des Turbans jaunes est une révolte paysanne majeure en Chine, à la fin du 2ème siècle. Le soulèvement &clate en 184 sous le règne de l’empereur Han Lingdi lorsque Zhang Jiao, fondateur de la secte taoïste Taiping (« grande paix »), soulève une partie de la population chinoise contre la dynastie Han, jugée décadente et corrompue. Assiégés, les Han lancent un appel à l’aide et ordonnent une campagne contre les Turbans jaunes qui se comptent par centaines de milliers. De puissants et célèbres généraux, tels que Yuan Shao, Cao Cao, Sun Jian et Ma Teng répondent à cet appel. De son côté, le général Lu Zhi recrute des volontaires. Parmi eux, Liu Bei, Guan Yu et Zhang Fei qui, selon l’Histoire des Trois royaumes, se jurent fraternité et s’en vont combattre les Turbans jaunes. Ils viennent en aide au général Dong Zhuo. Les frères de Zhang Jiao, Bao et Liang, sont battus par Cao Cao et Sun Jian. Bien que la rébellion principale ait été défaite en 185, des poches de résistances restent invaincues et des soulèvements de plus petites ampleurs émergent sporadiquement. Ce n’est qu’en 205, après 21 années de révoltes, que les Turbans jaunes sont définitivement vaincus. La rébellion, qui tire son nom de la couleur dans laquelle les rebelles se drapaient, a été particulièrement importante dans l’histoire de la Chine comme dans celle du taoïsme, à cause des collusions nombreuses entre rebelles et sociétés taoïstes secrètes.

[3] La période des Trois Royaumes est une période de l’histoire chinoise qui commence en 220, après la chute de la dynastie Han et s’achève avec la réunification de la Chine par la dynastie des Jin occidentaux, en 280. Les Trois Royaumes sont ceux de Wei au nord le long du fleuve Jaune, de Wu dans le sud-est, et de Shu au sud-ouest dans le bassin du Sichuan. Durant les deux dernières décennies du 2ème siècle, l’empire Han se désagrège progressivement, divisé entre plusieurs seigneurs de la guerre rivaux. Au début du 3ème siècle, trois d’entre eux prennent une place prépondérante : Cao Cao puis son fils Cao Pi (Wei), Liu Bei (Shu-Han) et Sun Quan (Wu). Ils mettent en place les Trois Royaumes après l’abdication du dernier empereur Han, dont ils se disputent la succession, et se proclament chacun à leur tour empereur dans les années 220. Leurs successeurs s’affrontent pour la domination de la Chine, avant d’être supplantés l’un après l’autre entre 265 et 280 par le clan Sima, qui fonde la dynastie Jin. La période des Trois Royaumes est donc suivie de la dynastie des Jin occidentaux. Sur le plus long terme, la période des Trois Royaumes s’inscrit dans une longue séquence très agitée. S’ensuivent plus de trois siècles de division politique entre la Chine du Nord et la Chine du Sud, durant un haut Moyen Âge chinois que l’historiographie classique désigne comme la période des Six Dynasties (220-589).