Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 1er siècle de notre ère > Titus Flavius Sabinus (consul en 47)

Titus Flavius Sabinus (consul en 47)

samedi 13 février 2021, par ljallamion

Titus Flavius Sabinus (consul en 47) (vers 8-69)

homme politique de l’Empire romain au 1er siècle

emblème consul Fils de Titus Flavius Sabinus et de sa femme Vespasia Polla , de famille italienne bourgeoise, et frère aîné de Vespasien, il suivit une carrière sénatoriale.

Il se serait marié avec Arrecina Clementina, fille d’un Arrecinus et sœur de Marcus Arrecinus Clemens . Un de ses fils est Titus Flavius Sabinus qui sera consul en 69 . Sa fille Flavia Sabina s’est mariée avec Lucius Junius Caesennius Paetus .   Il fut légat de légion en Bretagne [1] en 43, sous la direction d’Aulus Plautius, puis consul suffect [2] autour de 45 ou 47.

Tacite vante son désintéressement et ses 35 ans au service de l’État romain. Il est légat d’Auguste propréteur [3] de Mésie [4] pendant 7 ans, autour de 53 et 60, puis préfet de l’urbe de Rome [5] pendant 12 ans. Il est nommé à cette charge par Néron, Galba l’en dépouille en 68, mais Othon l’y rétablit l’année suivante et Vitellius l’y maintient. Il est notamment en poste lors du Grand incendie de Rome à l’été 64 dont les chrétiens seront accusés par l’empereur Néron.   En 69, malgré la révolte des légions d’Orient et du Danube [6] en faveur de son frère Vespasien, Vitellius le laisse en place.

Lorsque les partisans de Vitellius sont vaincus par Antonius Primus, il négocie en décembre 69 l’abdication de Vitellius contre une retraite dorée en Campanie [7]. Mais Vitellius, poussé par les prétoriens et la populace, renonce à cette abdication. Des échauffourées au forum entre prétoriens et vigiles poussent Flavius Sabinus à se réfugier dans la forteresse sur la colline du Capitole. Mais les vitelliens donnent l’assaut. Dans la confusion, le Capitole et le temple de Jupiter sont incendiés, et Sabinus est fait prisonnier.

Malgré la volonté de Vitellius de l’épargner, la populace romaine réclame la mort de Sabinus qui est percé de coups et mis en pièces. Son cadavre est décapité, et son corps mutilé est traîné aux Gémonies.   Son frère Vespasien est tout de même proclamé empereur par le Sénat, le 22 décembre 69. Puis Vespasien et son fils Titus sont nommés consuls de la ville de Rome alors qu’ils sont tous les deux absents, mais attendus.

Sur la proposition de Domitien, l’autre fils de Vespasien nommé Préteur [8], Titus Flavius Sabinus est honoré de funérailles publiques à Rome en 70.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Christian Settipani, Continuité gentilice et continuité familiale dans les familles sénatoriales romaines à l’époque impériale, Oxford University (R.-U.), Linacre College, coll. « Prosopographica & Genealogica », 2000 (ISBN 1-900934-02-7).

Notes

[1] La Bretagne ou Britannie (Britannia en latin) est la province romaine qui, du premier au quatrième siècle, couvrait une partie de l’île de Grande-Bretagne correspondant à des territoires qui devinrent par la suite ceux de l’Angleterre, du pays de Galles et du sud de l’Écosse.

[2] Parfois, un consul décède ou démissionne avant la fin de son mandat de douze mois. Le consul restant rétablit la collégialité par l’élection intermédiaire si le délai restant le permet ou par la désignation directe d’un consul suffectus (du participe passé du verbe sufficere, « remplacer »). Ce consul entre en fonction immédiatement, il a les mêmes privilèges et les mêmes pouvoirs que le consul remplacé mais il n’est en charge que pour la durée du mandat qui reste à couvrir. Enfin, le consul suffect ne donne pas son nom à l’année, à l’inverse du consul dit ordinaire.

[3] gouverneur

[4] La Mésie est une ancienne région géographique et historique située au sud du cours inférieur du Danube, dans les actuelles Serbie, Bulgarie (nord) et Roumanie (extrémité sud-est).

[5] Le préfet de Rome ou préfet de la Ville est une magistrature romaine non collégiale et non élective, chargée de gouverner la ville. Si les historiens romains mentionnent durant la monarchie romaine et la République archaïque une délégation temporaire et épisodique pour défendre la ville en l’absence des titulaires du pouvoir, la préfecture de Rome n’est une magistrature réelle que sous l’Empire.

[6] Le Danube est le deuxième fleuve d’Europe par sa longueur (après la Volga qui coule entièrement en Russie). Il prend sa source dans la Forêt-Noire en Allemagne lorsque deux cours d’eau, la Brigach et la Breg, se rencontrent à Donaueschingen où le fleuve prend le nom de Danube. La longueur du Danube dépend du point de départ considéré : 2 852 km pour la confluence de Donaueschingen mais 3 019 km à partir de la source de la Breg. Il coule vers l’est et baigne plusieurs capitales de l’Europe centrale, orientale et méridionale

[7] La région de Campanie, plus couramment appelée la Campanie, est une région d’Italie méridionale. Elle fut associée au Latium, une des 11 régions de l’Italie romaine créées par l’empereur Auguste au 1er siècle av.jc Érigée en province à part entière au début du 4ème siècle au temps de l’empereur Dioclétien, la Campanie fut ensuite sous domination lombarde puis byzantine. Elle fut ensuite morcelée par l’indépendance que quelques-unes de ses villes adoptèrent.

[8] Le préteur est un magistrat de la Rome antique. Il était de rang sénatorial, pouvait s’asseoir sur la chaise curule, et porter la toge prétexte. Il était assisté par 2 licteurs à l’intérieur de Rome, et 6 hors du pomerium de l’Urbs. Il était élu pour une durée de 1 an par les comices centuriates. La fonction de préteur fut créée vers 366 av. jc pour alléger la charge des consuls, en particulier dans le domaine de la justice. Le premier préteur élu fut le patricien Spurius Furius, le fils de Marcus Furius Camillu. Égal en pouvoir au consul, auquel il n’a pas de compte à rendre, le préteur prêtait le même serment, le même jour, et détenait le même pouvoir. À l’origine, il n’y en avait qu’un seul, le préteur urbain, auquel s’est ajouté vers 242 av. jc le préteur pérégrin qui était chargé de rendre la justice dans les affaires impliquant les étrangers. Cette figure permit le développement du ius gentium, véritable droit commercial, par contraste avec le ius civile applicable uniquement aux litiges entre citoyens romain. Pour recruter, pour former ou pour mener des armées au combat ; sur le terrain, le préteur n’est soumis à personne. Les préteurs ont aussi un rôle religieux, et doivent mener des occasions religieuses telles que sacrifices et des jeux. Ils remplissent d’autres fonctions diverses, comme l’investigation sur les subversions, la désignation de commissionnaires, et la distribution d’aides. Lors de la vacance du consulat, les préteurs, avant la création des consuls suffects, pouvaient remplacer les consuls : on parle alors de préteurs consulaires.