Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 1er siècle de notre ère > Publius Cornelius Tacitus dit Tacite

Publius Cornelius Tacitus dit Tacite

mardi 2 août 2011, par ljallamion

Publius Cornelius Tacitus dit Tacite (55-vers 120)

Historien romain

Né en Gaule narbonnaise, sous Néron, et probablement issu d’une famille de l’ordre équestre de la Gaule transalpine, classe sociale dynamique et prospère qui servait de soutien à l’Empire depuis le déclin des familles patriciennes romaines

Fort de son éducation sévère et disciplinée, il fréquente le grammaticus, le rhetor et devient même, sans doute, l’élève de Quintilien. Ses études brillantes lui ouvrent les portes du forum et c’est ainsi que commence, vers 75, sa carrière d’avocat. Il fréquente alors les avocats gaulois de Rome. En 77, il épouse la fille du consul Julius Agricola. C’est pour lui le début d’une grande carrière politique de haut fonctionnaire. Vespasien lui accorde le laticlave, le tribunat militaire et Tacite devient membre des Viginti Sex Viri, « Le Conseil des 26 ».

En 81, sous Titus, il devient questeur. En 87, il est membre du Quindecimvir Sacris Fatiundis, « Le Collège des 15 ». Sa fonction politique se double alors d’une carrière sacerdotale. En 88, sous Domitien, il devient préteur puis tribun de la plèbe. De 89 à 93, il devient légat de province en Gaule belgique. En 93, il retourne à Rome et, pour ne pas attirer sur lui l’attention de l’empereur Domitien, toujours prêt à exiler ou à faire assassiner les personnages illustres de l’Empire, Tacite reste à l’écart du pouvoir. Il n’accepte le consulat qu’en 97, devenant consul suffect, sous l’empereur Nerva. La même année, il fut chargé de l’oraison funèbre du consul Verginius Rufus.

En 98, lorsque Trajan accède au pouvoir, Tacite devient l’un des familiers de l’empereur et se retire de la politique sous Trajan pour se consacrer à l’histoire et son écriture. En 100, il se fait l’avocat de la province d’Asie contre l’ancien gouverneur Marius Priscus.

De 112 à 114, il est gouverneur de la province d’Asie et accède, par là même, à la plus haute fonction politique. Il serait mort dans les années 120.