Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 1er siècle de notre ère > Quintus Iunius Arulenus Rusticus

Quintus Iunius Arulenus Rusticus

samedi 19 octobre 2019

Quintus Iunius Arulenus Rusticus (mort en 93)

Homme politique romain-consul suffect en 92

Il exerce le tribunat [1] en 66 et la préture [2] en 69, il est l’ami de Pline le Jeune et de Tacite qui font l’éloge de son talent et de ses vertus.

Philosophe stoïcien [3], il est l’ami de Publius Clodius Thrasea Paetus et d’Helvidius Priscus et protège Dion de Pruse et Plutarque.

Il montre son courage dès le règne de Néron. Tribun lors du procès de Thraséas, il lui offre de mettre son veto au sénatus-consulte [4] qui devait le condamner, mais Thraséas refuse afin de lui éviter de mettre sa vie en péril inutilement.

Sous Domitien, il publie un éloge de Thraséas. Ce livre le fait accuser de lèse-majesté devant le Sénat. La peine de mort est prononcée contre lui, et son écrit brûlé avec celui de Senecio, qui avait publié l’éloge d’Helvidius Priscus.

Son frère Junius Mauricus est banni en 93 par Domitien et rappelé par Nerva.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Quintus Iunius Arulenus Rusticus/ Portail de la Rome antique/ Philosophe romain

Notes

[1] Dans la Rome antique, les tribuns de la plèbe sont les représentants de la plèbe, élus pour une durée d’un an par le concile plébéien.

[2] La préture fut, à l’époque romaine, une magistrature créée en 365 av. jc, lorsque les plébéiens purent accéder au consulat. On les appelait les préteurs. Cette charge ne fut conférée à l’origine qu’à des patriciens, mais dès 337 av. jc, des plébéiens parvinrent à accéder à la préture. Elle fut d’abord unique, avec un seul préteur, puis il y en eut deux à partir de 244 av. jc, quatre en 228 av. jc, puis huit sous Sylla, dix voire quatorze sous Jules César. Avec l’empire, le nombre des préteurs fut porté de douze à dix-huit. La préture était une charge annuelle, la deuxième des grandes dignités annuelles ordinaires, après celle de consul. Il fallait avoir au moins 35 ans et être élu par les comices.

[3] Le stoïcisme est un courant philosophique occidental issu de l’école du Portique fondée en 301 av.jc à Athènes, par Zénon de Cition. Le stoïcisme a par la suite traversé les siècles, subi des transformations notamment avec Chrysippe de Soles en Grèce et à Rome avec Cicéron, Sénèque, Épictète, Marc Aurèle, puis exercé diverses influences, allant de la période classique en Europe en particulier au 17ème siècle, chez René Descartes jusqu’à nos jours. Un des points qui distingue le stoïcisme des autres courants philosophiques issus de l’époque hellénistique est sa psychologie qui est à la base des thérapies cognitivo-comportementales modernes

[4] Un sénatus-consulte ou senatus consultum est un texte émanant du sénat : un simple avis du sénat romain durant l’Antiquité ou ayant force de loi sous le consulat et les deux empires napoléoniens.