Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 1er siècle de notre ère > Agrippina maior dite Agrippine l’Aînée

Agrippina maior dite Agrippine l’Aînée

samedi 2 novembre 2013 (Date de rédaction antérieure : 2 août 2011).

Agrippina maior dite Agrippine l’Aînée (14 av jc- 33 de notre ère)

Agrippina maior dite Agrippine l'Aînée

Fille de Vispsanius et petite fille d’Auguste par sa mère Julie, elle fut la fidèle épouse de son cousin Germanicus. Elle accompagna son mari en Germanie inférieure, où elle accouchera d’Agrippine la Jeune. Après le retour triomphal à Rome en 17, Germanicus fut envoyé en Orient à Actium [1], Athènes, Lesbos [2], Égypte, Syrie.

Après la mort mystérieuse de son époux en octobre 19, Agrippine, accompagnée du futur Caligula et de sa fille cadette, Julia Livilla raccompagna les cendres de Brindes [3] à Rome. Le cortège funéraire de Germanicus déclencha un fort mouvement de sympathie populaire à son égard, et la suspicion sur le rôle trouble joué par Tibère dans la mort de son fils adoptif.

Agrippine et ses enfants furent alors ballottés entre les rivalités personnelles et les affaires d’état. Tibère interdit à Agrippine de se remarier et le préfet du prétoire, Séjan, après s’être débarrassé de Drusus, le fils de Tibère, réussit à brouiller définitivement Agrippine et l’empereur.

Elle fut exilée par Tibère, d’abord à Pompéi, puis sur l’île de Pandataria [4] ou elle mourra en octobre 33.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia/ Portail de la Rome antique / section Empire romain/ Personnalité du Ier siècle/ Le petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 26

Notes

[1] Actium aujourd’hui Punta est le nom latin antique d’un promontoire au nord de l’Acarnanie (Grèce) à l’embouchure du Sinus Ambracius (golfe d’Arta) à l’ouest d’Anactorion, où se trouvait un ancien temple d’Apollon Actius, ou actiaque, ainsi qu’un village du nom d’Actium.

[2] Lesbos est une île grecque de la périphérie d’Egée Septentrionale, souvent aussi appelée du nom de sa capitale Mytilène

[3] Brindisi est une ville de la province de Brindisi dans les Pouilles en Italie. C’est une ville importante de la côte adriatique, célèbre depuis l’antiquité. Son port en branches de cerf, le seul vraiment protégé de la côte adriatique, en a fait une porte vers l’Orient dès l’époque romaine. Cité grecque à l’origine et capitales des Salentins, Brindisium est conquise par le consul Marcus Atilius Regulus en 267 av. jc, achevant la conquête romaine du sud de l’Italie. Transformée en colonie romaine en 244 av.jc, elle fut rapidement reliée à Rome par la via Appia, puis par la Via Traiana en 109. Après la chute de l’Empire romain d’Occident, elle fut prise par les Ostrogoths, puis passa vers 535 sous la domination de Byzance, jusqu’en 1070, avec l’arrivée des Normands. D’ici partit la sixième croisade en 1228 sous Frédéric II du Saint Empire. Un tremblement de terre la détruisit en 1456.

[4] Ventotene est une petite île italienne d’origine volcanique, située au large de la Campanie, dans la mer Tyrrhénienne. Longue de trois kilomètres, sa largeur maximale est de 800 mètres et elle compte 633 habitants. Elle fait partie des Îles Pontines. Dans l’Antiquité, elle était connue sous le nom de Pandataria ou Pendateria, et au Moyen Âge, Ventatere.