Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 1er siècle de notre ère > Gaius Julius Tigrane dit Tigrane VI de l’Arménie

Gaius Julius Tigrane dit Tigrane VI de l’Arménie

dimanche 26 janvier 2014, par lucien jallamion

Gaius Julius Tigrane dit Tigrane VI de l’Arménie

Prince Hérodien-Roi romain de l’Arménie

Pièce de Monnaie de la dynastie Hérodienne

Il était juif , nabatéen [1] , édomite [2] , grecque , arménien et d’origine persane. Fils de Alexandre et d’une femme noble qui a prospéré sous les règnes des 2 premiers empereurs romains Auguste et Tibère. Il portait le nom de son oncle paternel Tigrane V, roi d’Arménie sous le règne d’Auguste. Les parents de son père étaient Alexander et Glaphyra.

Comme son père et son oncle paternel, Tigrane était un apostat de judaïsme. Il est peu probable que Tigrane ai tenté d’exercer une influence sur la politique de Judée.

Il fut élevé à Rome comme esclave. Il épousa une femme de la noblesse du centre de l’Anatolie appelé Opgalli. Opgalli était d’origine phrygienne [3].

Au printemps 58, le général romain Cneus Domitius Corbulon avec son armée, entra dans l’Arménie et la Cappadoce [4] et s’avança vers Artaxata [5] , alors que Pharasmane d’Iberia attaquait du nord et Antiochus IV de Commagène par le sud-ouest. Tiridate s’enfuit de sa capitale. Durant l’été, Corbulo s’avança vers Tigranakert [6] et arriva dans la ville qui ouvrit les portes, une seule citadelle résista. La majorité des Arméniens avait abandonné la résistance et accepta un prince proposé par Rome.

En 58, l’empereur romain Néron couronna Tigrane comme roi d’Arménie à Rome. Il avait donné à Tigrane une garde de 1000 légionnaires, 3 cohortes auxiliaires et 2 ailes de chevaux afin de défendre et de protéger l’Arménie. Dans le même temps, son fils Alexandre épousa Julia Iotapa une princesse de Commagène et fille du roi Antiochos IV de Commagène à Rome. Néron couronna Alexander et Iotapa comme monarques romains clients de Cetis, une petite région en Cilicie [7], qui était auparavant gouverné par Antiochos IV.

Tigrane envahi un petit état vassal voisin des Parthes [8] appelé Adiabène [9] et déposa leurs Roi. Velogènes 1er des Parthes considéra cela comme un acte d’agression de Rome. Il attaqua l’Arménie et assiégea Tigranakert. Finalement, les Parthes signèrent un traité avec Corbulon installèrent Tiridate 1er roi d’Arménie. En 63 Tigrane dû renoncer à sa couronne.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Tigrane VI de l’Arménie/Traduit par mes soins

Notes

[1] Les Nabatéens sont un peuple commerçant de l’Antiquité vivant au sud de la Jordanie et de Canaan, et au nord de l’Arabie actuelle. Après la chute de l’Empire séleucide, ils étendirent leur territoire vers le nord, jusqu’à la région de Damas. Les auteurs gréco-latins mentionnent leur royaume sous le nom d’Arabie, alors que Flavius Josèphe utilise aussi celui de Nabatène. Leur territoire est frontalier de la Syrie, de la péninsule Arabique, de l’Euphrate et du nord de la mer Rouge.

[2] Édom est un petit royaume du Proche-Orient ancien situé au sud de la mer Morte, au sud de la Transjordanie et de la Judée, de part et d’autre de la vallée de la Aravah. Le terme Édom désigne à la fois un peuple, les Édomites, et une région.

[3] La Phrygie est un ancien pays d’Asie Mineure, situé entre la Lydie et la Cappadoce, sur la partie occidentale du plateau anatolien. Les Phrygiens sont un peuple indo-européen venu de Thrace ou de la région du Danube. Ils ont occupé vers 1200 av.jc la partie centrale et occidentale de l’Asie Mineure, profitant de l’effondrement de l’Empire hittite.

[4] La Cappadoce est une région historique d’Asie Mineure située dans l’actuelle Turquie. Elle se situe à l’est de la Turquie centrale, autour de la ville de Nevşehir. La notion de « Cappadoce » est à la fois historique et géographique. Les contours en sont donc flous et varient considérablement selon les époques et les points de vue.

[5] Artachat, Artashat ou Ardachat, autrefois Artaxate (Artaxata), est une ville d’Arménie, capitale de la région d’Ararat La ville située à 20 km au sud d’Erevan fut une ancienne capitale de l’Arménie dans l’Antiquité.

[6] Tigranakert ou Tigranocerte est une ville dont la situation exacte est toujours inconnue à ce jour. Elle a été fondée vers 78 / 75 av. jc par Tigrane II le Grand et est devenue la nouvelle capitale de l’Arménie, en remplacement d’Artaxate.

[7] La Cilicie est une ancienne province romaine située dans la moitié orientale du sud de l’Asie Mineure en Turquie. Elle était bordée au nord par la Cappadoce et la Lycaonie, à l’est par la Pisidie et la Pamphylie, au sud par la Méditerranée et au sud-est par la Syrie. Elle correspond approximativement aujourd’hui à la province d’Adana : région comprise entre les monts Taurus, les monts Amanos et la Méditerranée. Vers 27, sous l’empereur Tibère, la Cilicie est rattachée à la province de Syrie. Certaines parties de la région restent néanmoins dirigée par des souverains locaux jusqu’à l’annexion complète par Vespasien en 74. La province est suffisamment importante pour qu’un proconsul y soit nommé.

[8] La Parthie est une région située au nord-est du plateau iranien, ancienne satrapie de l’empire des Achéménides, berceau de l’Empire parthe qui contrôle le plateau iranien et par intermittence la Mésopotamie entre 190 av.jc et 224 de notre ère. Les frontières de la Parthie sont la chaîne montagneuse du Kopet-Dag au nord, aujourd’hui la frontière entre Iran et Turkménistan, et le désert du Dasht-e Kavir au sud. À l’ouest se trouve la Médie, au nord-ouest l’Hyrcanie, au nord-est la Margiane et au sud-est l’Arie. Cette région est fertile et bien irriguée pendant l’antiquité, et compte aussi de grandes forêts à cette époque.

[9] L’Adiabène est une région de l’Assyrie en Mésopotamie située entre le Grand Zab et le Petit Zab, deux affluents du Tigre. Elle est située autour de la ville d’Arbèles (proche de l’actuelle Erbil en Irak). L’Adiabène est aussi le nom d’une satrapie de l’Empire perse, qui devint un royaume après sa conquête par l’Empire parthe. Le plus souvent le royaume d’Adiabène était vassal de l’Empire parthe, mais il a aussi parfois été vassal de l’Arménie. Située aux lisières de trois puissances (l’Empire romain, l’Empire parthe, l’Arménie), l’Adiabène a souvent su jouer sur ces trois grands « protecteurs » pour se ménager le plus grand espace d’indépendance.