Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Cao Hong

dimanche 21 août 2022, par ljallamion

Cao Hong (169-232)

Général chinois

Cousin de Cao Cao et de Cao Ren. Avec ce dernier, en 190, il rejoint les rangs de Cao Cao dès les premiers instants de la coalition contre Dong Zhuo.

Lors d’une attaque contre Dong Zhuo, il secourt Cao Cao lorsqu’il est capturé par des troupes ennemies et lui donne ensuite son cheval.

Il prend part à des batailles aux quatre coins de la Chine, notamment contre Lü Bu, les Turbans jaunes [1], Li Jue et Guo Si , ainsi que Yuan Shao où il tue Yuan Tan lors d’une bataille aux portes de Nanpi [2]. Il est également actif lors de l’attaque contre Liu Bei à Xinye et lors de la bataille de la Falaise rouge [3]. Quelque temps après, il affronte Ma Teng, puis Ma Chao. Enfin, il dirige 30 000 soldats lors d’une invasion du Royaume de Wu [4] en suivant le cours de la rivière Ruxu.

Tout au long de sa carrière militaire, il est chargé de la défense de plusieurs positions importantes. Il défend Nanyang contre Zhang Xiu et Runan contre les Turbans Jaunes et reçoit l’ordre de défendre la rive du fleuve Jaune [5] et ensuite Guandu [6] contre Yuan Shao.

Après la bataille de la Falaise Rouge, il est chargé de défendre les villes de Yiling [7] et Jiangling et plus tard il doit défendre la passe de Tong contre Ma Chao mais échoue et est gravement blâmé par Cao Cao, évitant de justesse la mise à mort.

Plus tard, il dirige 50 000 hommes en assistant Xiahou Yuan et Zhang He dans la défense de Hanzhong [8] contre une invasion des Shu [9]. Après la mort de Cao Cao, il fait pression, avec Cao Xiu, sur l’empereur Xian afin qu’il abdique en faveur de Cao Pi. Finalement, Cao Hong meurt en 232, sous le règne de Cao Rui et reçoit le titre posthume de Respectable seigneur

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Luo Guanzhong ; tr. Moss Roberts (1995). Three Kingdoms. (ISBN 7-119-00590-1)

Notes

[1] La rébellion des Turbans jaunes est une révolte paysanne majeure en Chine, à la fin du 2ème siècle. Le soulèvement éclate en 184 sous le règne de l’empereur Han Lingdi lorsque Zhang Jiao, fondateur de la secte taoïste Taiping (« grande paix »), soulève une partie de la population chinoise contre la dynastie Han, jugée décadente et corrompue. Assiégés, les Han lancent un appel à l’aide et ordonnent une campagne contre les Turbans jaunes qui se comptent par centaines de milliers. De puissants et célèbres généraux, tels que Yuan Shao, Cao Cao, Sun Jian et Ma Teng répondent à cet appel. De son côté, le général Lu Zhi recrute des volontaires. Parmi eux, Liu Bei, Guan Yu et Zhang Fei qui, selon l’Histoire des Trois royaumes, se jurent fraternité et s’en vont combattre les Turbans jaunes. Ils viennent en aide au général Dong Zhuo. Les frères de Zhang Jiao, Bao et Liang, sont battus par Cao Cao et Sun Jian. Bien que la rébellion principale ait été défaite en 185, des poches de résistances restent invaincues et des soulèvements de plus petites ampleurs émergent sporadiquement. Ce n’est qu’en 205, après 21 années de révoltes, que les Turbans jaunes sont définitivement vaincus. La rébellion, qui tire son nom de la couleur dans laquelle les rebelles se drapaient, a été particulièrement importante dans l’histoire de la Chine comme dans celle du taoïsme, à cause des collusions nombreuses entre rebelles et sociétés taoïstes secrètes.

[2] Le xian de Nanpi est un district administratif de la province du Hebei en Chine. Il est placé sous la juridiction de la ville-préfecture de Cangzhou. Nanpi aurait été fondé en 221 avant notre ère sous la dynastie Qin. Vers la fin de la dynastie Han, en 205, elle fut au cœur d’une bataille entre Cao Cao et Yuan Tan, fils de Yuan Shao. Cao Cao en sortit vainqueur et occupa la ville.

[3] La bataille de la Falaise rouge, ou bataille de Chi Bi, est une bataille de l’époque des Trois Royaumes de la Chine, qui s’est déroulée au cours de l’hiver 208. Le site de la bataille se trouve à 36 kilomètres au nord-ouest de Puqi, sur la rive sud du Yangzi, en un lieu baptisé « passe de pierre », car, à cet endroit, le fleuve est bordé par une imposante falaise. C’est un lieu de mémoire pour les Chinois. La roche porte toujours les deux caractères chinois (1,5 mètre de hauteur sur 1 mètre de large), que Zhou Yu, le stratège et Maréchal du royaume de Wu, y a fait peindre après la bataille, pour célébrer la victoire. La bataille de la Falaise rouge opposa les armées alliées des royaumes de Wu et de Shu, sous le commandement de Zhou Yu et de Zhuge Liang, à celle, bien supérieure en nombre, de Cao Cao, seigneur du Wei.

[4] Le royaume de Wu, connu également sous le nom Sun Wu, est l’un des royaumes de la période des Trois Royaumes en lutte pour le contrôle de la Chine après la chute de la dynastie Han. Il était situé au sud du Yangzi Jiang dans la région des actuelles villes de Nankin, Shanghai et Suzhou, à l’emplacement de l’ancien État de Wu de la Période des Printemps et Automnes. La capitale principale du royaume était Jianye, près de l’actuelle ville de Nankin (Nanjing), mais parfois la capitale fut déplacée à Wuchang, actuelle Ezhou, Hubei. Plus puissant que le royaume du Shu mais plus faible que celui du Wei, le royaume de Wu fut celui qui vécut le plus longtemps des Trois Royaumes de Chine. Il exista pendant 51 ans, de sa fondation en 229 à sa conquête en 280 par le premier empereur de la dynastie Jin, Sima Yan.

[5] Le fleuve Jaune est le deuxième plus long fleuve de Chine après le Yangzi Jiang. Long de 5 464 kilomètres, il prend sa source dans le plateau tibétain et après avoir traversé les provinces de Gansu, Ningxia, Mongolie-Intérieure, Shaanxi, Shanxi, Henan et Shandong il se jette dans la mer de Bohai, dans la mer Jaune. Le bassin versant du fleuve d’une superficie de 752 443 km² est caractérisé par un climat en grande partie semi-aride qui explique le débit modéré du fleuve à son embouchure (2 571 m3/s). Le fleuve Jaune a joué un rôle crucial dans l’histoire de la Chine car la civilisation chinoise est née au confluent du fleuve et de son affluent le Wei He puis s’est développée le long de son cours.

[6] La bataille de Guandu est une bataille ayant eu lieu en Chine lors de la fin de la dynastie Han. Elle vit s’affronter, en 200, Yuan Shao et Cao Cao pour une position stratégique proche du fleuve Jaune, sur la route de Xuchang.

[7] Le district de Yiling est une subdivision administrative de la province du Hubei en Chine. Il est placé sous la juridiction de la ville-préfecture de Yichang.

[8] Hanzhong est une ville du sud de la province du Shaanxi en Chine

[9] Le Shu, appelé rétrospectivement Shu postérieur, pour le différencier du Shu antérieur, est l’un des Dix Royaumes ayant existé dans le sud de la Chine durant la Période des Cinq Dynasties et des Dix Royaumes, qui se situe chronologiquement entre les dynasties Tang et Song. Il recouvre l’actuelle province du Sichuan, ainsi que des parties septentrionales du Gansu et du Shaanxi, et sa capitale se situe dans la ville de Chengdu. Il existe de 934 a 965 et est le quatrième et dernier État dominant cette région à porter le nom de Shu.