Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Han Xiandi

vendredi 4 février 2022, par ljallamion

Han Xiandi

Fils de l’Empereur Han Lingdi et petit frère de l’Empereur Han Shaodi , qui est plus connu sous le nom de Prince de Hongnong. Il fut placé sur le trône en 189, après que Dong Zhuo eut évincé son frère aîné.

Les circonstances d’accession au trône ont laissé penser aux autres seigneurs que Dong Zhuo possédait réellement le contrôle de l’Empire. Toutefois, après l’assassinat de Dong Zhuo en 192, l’Empereur Xian se retrouva isolé à Luoyang [1] lorsque les seigneurs de guerre reconnaissaient son autorité officiellement, sans pour autant lui envoyer aucune aide. Finalement, l’Empereur Xian passa sous le contrôle de Cao Cao à partir de 196, qui l’utilisa pour émettre des décrets à son bénéfice au nom de l’Empereur Xian.

Ceux-ci furent une grande aide dans la quête de réunification de l’empire menée par Cao Cao, jusqu’à la défaite contre Sun Quan et Liu Bei lors de la bataille de la Falaise rouge [2], qui conduisit l’empire à être divisé en trois royaumes. En 220, la dynastie Han [3] fut finalement renversée par le fils de Cao Cao, Cao Pi, mettant fin à plus de 400 ans de règne et laissant place à la période des Trois Royaumes [4].

Bien que l’Empereur fût rétrogradé à un rang de Duc de Shanyang, il vivait dans le confort et jouissait de traitements de faveur. L’Empereur Xian mourut en 234, 14 ans après la chute de la dynastie, à l’âge de 53 ans.

Le futur Empereur Xiandi, de son vrai nom Liu Xie, est né en 181, de l’Empereur Ling et de sa concubine Consort Wang. Durant la grossesse, Wang, dont l’Impératrice He se méfie énormément, est empoisonnée afin de la faire avorter, sans succès. Peu de temps après l’accouchement, l’Impératrice He l’empoisonne par jalousie, en mélangeant du poison dans son riz. L’Empereur Ling, fou de rage, veut alors déposséder l’Impératrice, mais les Eunuques [5], qui lui sont dévoués, l’en dissuadent. Le Prince Xie est élevé par la mère de l’Empereur Ling, connue sous le titre de Marquise Dong. Le Prince Liu Bian, né de l’Impératrice He, et plus âgé, devrait hériter de la couronne. Mais l’Empereur Ling juge son comportement insuffisamment solennel. Il envisage de choisir Xie Prince Héritier, mais hésite et ne parvient pas à prendre sa décision.

À la mort de l’Empereur Ling en 189, Jian Shuo, un puissant Eunuque auquel il faisait confiance, veut tuer le frère de l’Impératrice He, le général He Jin , et faire du Prince Liu Xie l’empereur. Il tend un piège à He Jin mais est découvert et ne parvient pas à ses fins. Liu Bian devient l’Empereur mais pour peu de temps. En effet, les troubles éclatent partout, un général puissant, Dong Zhuo, prend le pouvoir. Jugeant Liu Xie plus compétent que son frère, Dong Zhuo le place sur le trône, en 189. Xiandi avait 9 ans.

Dong Zhuo ne reste pas longtemps au pouvoir. Il s’ensuit une période trouble pendant laquelle Xiandi garde le titre d’Empereur mais n’a aucun pouvoir. Jusqu’à l’an 220, l’homme fort Cao Pi, le destitue officiellement pour se proclamer Empereur à sa place et changer le nom de royaume de Wei [6].

Après que le Prince Bian soit devenu Empereur, He Jin devient la personne la plus puissante de la cour. Avec son conseiller Yuan Shao, il monte une conspiration pour éliminer les puissants Eunuques.

Cependant, l’Impératrice Douairière He les désapprouve et He Jin et son conseiller mettent donc au point dans le plus grand secret un plan visant à faire marcher des généraux vers la capitale Luoyang, afin que l’Impératrice Douairière les rejoigne. Un de ces généraux est le désobéissant Dong Zhuo qui voit là une opportunité pour prendre le contrôle du pouvoir central.

Le plan de He Jin est découvert par les Eunuques, qui le capturent et le tuent. Yuan Shao conduit donc ses troupes dans le palais et tue la majorité des Eunuques. Les Eunuques restant prennent alors le jeune Empereur et le Prince Xie en otage. Mais voyant que le combat ne tourne pas à leur avantage, ils se suicident. Lorsque Dong Zhuo arrive sur les lieux, impressionné par son propre pouvoir et non impressionné par le jeune Empereur nerveux, il force l’Empereur à céder son trône au profit du Prince Xian, qui devient par conséquent l’Empereur Xian. Dong Zhuo assassine ensuite l’Impératrice Douairière He et l’ancien Empereur, prenant ainsi le contrôle de la scène politique.

À l’été 190, certains officiels locaux, formant une coalition dirigée par Yuan Shao, s’insurgent contre Dong Zhuo. Même s’ils craignent la force militaire de Dong Zhuo et ne marchent pas directement sur Luoyang, Dong Zhuo redoute leur force collective et décide de déplacer la capitale vers l’ouest, dans l’ancienne capitale des Han orientaux, Chang’an [7]. Il s’approche ainsi de sa puissante base de la province de Liang [8]. Le 9 avril 190, il force l’Empereur Xian à déménager à Chang’an et met le feu à Luoyang, ne laissant derrière lui qu’un champ de ruines.

En 192, un certain nombre d’officiels dans l’entourage de Dong Zhuo, conduits par Wang Yun et le fils adoptif de Dong, Lü Bu , assassinent Dong le 22 mai. Pendant un certain temps, le régime Han semble revenir à la normale, puisque Wang Yun établit des liens amicaux avec les officiels ayant assassiné Dong Zhuo. Cependant, à cause de l’échec de Wang Yun pour pacifier les anciens subordonnés de Dong Zhuo, les seigneurs de guerre lancent une révolte et tuent Wang Yun. Toute possibilité de retour à la normale est brisée.

Les anciens subordonnées de Dong Zhuo, dirigés par Li Jue et Guo Si , tiennent l’Empereur Xian et les officiels impériaux. Cependant, Li Jue et Guo Si n’ont pas de sérieuses ambitions. Leur incompétence à gouverner offre alors une brèche dans l’empire au profit des royaumes des seigneurs de guerre. En 195, Li Jue et Guo Si connaissent leur principale chute. Li Jue et Guo Si prennent respectivement en otage l’Empereur Xian et les officiels impériaux pour s’affronter. Plus tard dans l’année, alors que la situation se calme, Li Jue et Guo Si, autorisent l’Empereur à retourner à Luoyang. Mais à peine l’Empereur a-t-il quitté Chang’an, qu’ils regrettent leur choix et ils le prennent en chasse avec leurs troupes.

Bien qu’incapables de capturer l’Empereur, sa Cour est appauvrie et incapable de s’occuper de l’Empereur. Plusieurs officiels impériaux meurent de faim. À ce moment, un stratège de Yuan Shao, Ju Shou , propose d’accueillir l’Empereur dans sa province pour qu’il puisse reprendre effectivement le contrôle du gouvernement impérial. Mais les autres stratèges, Guo Tu et Chunyu Qiong s’y opposent et persuadent Yuan Shao de ne plus proposer d’héberger l’Empereur Xian.

Ce que Yuan Shao n’a pas réussi à faire, Cao Cao le fait. Cao Cao est un seigneur de guerre relativement modeste, gouverneur de la petite province de Yan [9], avec ses quartiers généraux à Xu [10]. Il remarque l’avantage stratégique d’avoir le contrôle et la protection l’empereur. En 196, il marche à l’ouest vers Luoyang et, après avoir convaincu de sa loyauté les généraux Dong Cheng et Yang Feng de l’Empereur Xian, il entre à Luoyang. Il partage alors techniquement le pouvoir avec Dong Cheng et Yang Feng, mais il est en réalité aux commandes.

Malgré la situation avec Dong Zhuo, Cao Cao sait comment apaiser les autres généraux et nobles. En leur donnant un petit peu de pouvoir, il s’assure de leur loyauté, et minimalise ainsi les oppositions à son égard dans la cour. Il décide ensuite de déménager la capitale à Xu, afin d’asseoir un peu plus son contrôle sur le gouvernement impérial. Alors que Yang Feng s’oppose à lui, il le défait et peut ainsi déplacer la capitale.

Cao Cao commence alors à émettre des édits impériaux sous le nom de l’Empereur Xian, dont un condamnant durement Yuan Shao pour avoir dialogué avec les provinces voisines, même s’il confère à Yuan Shao le poste honorifique de commandant des forces armées. Yuan Shao et les autres seigneurs de guerre voient finalement l’avantage que possède Cao Cao, mais il est trop tard. Cao Cao ne laissera pas, jusqu’à la fin de sa vie, l’Empereur Xian, échapper à son emprise. Cao Cao et l’Empereur avaient une relation cordiale en surface, mais cela n’empêchera pas deux confrontations majeures impliquant Cao Cao et d’autres personnes de la cour impériale.

En 199, alors que Cao Cao fait face à une confrontation militaire contre Yuan Shao, Dong Cheng déclare avoir reçu un édit secret de la part de l’Empereur Xian. Il entre alors dans une conspiration avec Liu Bei, Zhong Ji et Wang Fu pour assassiner Cao Cao. Plus tard dans l’année, Liu Bei commence une rébellion et attend Dong Cheng pour agir dans la capitale. Mais en 200, la conspiration de Dong Cheng est découverte et il est tué avec Zhong Ji et Wang Fu. Liu Bei est ensuite battu par les forces de Cao Cao et s’enfuit dans le camp de Yuan Shao. La fille de Dong Cheng, une Consort Impériale, tombe enceinte et l’Empereur Xian essaie d’intercéder personnellement en sa faveur. Mais Cao Cao l’exécute tout de même.

La femme de l’Empereur Xian, l’Impératrice Fu Shou, en colère et craintive quant à la mort de la Consort Dong, écrit une lettre à son père Fu Wan, accusant Cao Cao de cruauté et lui demande implicitement de commencer une nouvelle conspiration contre Cao Cao. Fu Wan craignant Cao Cao ne donne pas suite à cette lettre, qui est découverte en 214. Cao Cao, fou de rage, oblige l’Empereur Xian à déposséder l’Impératrice Fu Shou. L’Empereur hésite et Cao Cao envoie ses forces pour exécuter la sentence.

L’Impératrice Fu Shou se cache dans les murs, mais finit par être découverte et traînée à l’extérieur. Alors qu’elle est éloignée, l’Impératrice crie en direction de l’Empereur Xian pour qu’il lui sauve la vie. La seule réponse qu’elle reçut est qu’il ne sait pas ce qu’il va lui arriver. Elle est tuée avec ses deux fils et sa famille.

Le fait que l’Empereur Xian est une marionnette dans les mains de Cao Cao est désormais connu de tous. Ce dernier force même l’Empereur Xian à épouser sa fille, Cao Jie et d’en faire une Impératrice Consort.

Le 15 mars 220, Cao Cao meurt. Son héritier, Cao Pi, pousse très vite l’empereur à abdiquer pour lui laisser le trône, mettant ainsi fin à la dynastie Han. Cao Pi établit alors une nouvelle dynastie connu sous le nom de Cao Wei [11], et l’empereur Xian est nommé duc de Shanyang.

L’ancien souverain meurt en 234 et est enterré avec les honneurs dus à son rang. Son petit-fils, Liu Kang hérite de son duché, qui durera encore 81 ans et connaîtra deux autres ducs, avant que la lignée ne soit exterminée par les invasions barbares durant la dynastie Jin [12].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Han Xiandi/ Portail du monde chinois/ Catégories  : Personnalité du IIIe siècle/ Empereur de la dynastie Han

Notes

[1] Luoyang, ou Loyang est une ville-préfecture de la province du Henan en Chine. On y parle le dialecte de Luoyang du mandarin zhongyuan. Située sur le Fleuve Jaune, c’est l’une des quatre capitales historiques de la Chine.

[2] La bataille de la Falaise rouge, ou bataille de Chi Bi, est une bataille de l’époque des Trois Royaumes de la Chine, qui s’est déroulée au cours de l’hiver 208. Le site de la bataille se trouve à 36 kilomètres au nord-ouest de Puqi, sur la rive sud du Yangzi, en un lieu baptisé « passe de pierre », car, à cet endroit, le fleuve est bordé par une imposante falaise. C’est un lieu de mémoire pour les Chinois. La roche porte toujours les deux caractères chinois (1,5 mètre de hauteur sur 1 mètre de large), que Zhou Yu, le stratège et Maréchal du royaume de Wu, y a fait peindre après la bataille, pour célébrer la victoire. La bataille de la Falaise rouge opposa les armées alliées des royaumes de Wu et de Shu, sous le commandement de Zhou Yu et de Zhuge Liang, à celle, bien supérieure en nombre, de Cao Cao, seigneur du Wei.

[3] La dynastie Han régna sur la Chine de 206 av. jc à 220 apr. jc. Deuxième des dynasties impériales, elle succéda à la dynastie Qin (221/206 av. jc) et fut suivie de la période des Trois Royaumes (220/265). Fondée par Liu Bang, chef de guerre d’origine paysanne révolté contre la dynastie Qin, elle compta 28 empereurs.

[4] La période des Trois Royaumes est une période de l’histoire chinoise qui commence en 220, après la chute de la dynastie Han et s’achève avec la réunification de la Chine par la dynastie des Jin occidentaux, en 280. Les Trois Royaumes sont ceux de Wei au nord le long du fleuve Jaune, de Wu dans le sud-est, et de Shu au sud-ouest dans le bassin du Sichuan. Durant les deux dernières décennies du 2ème siècle, l’empire Han se désagrège progressivement, divisé entre plusieurs seigneurs de la guerre rivaux. Au début du 3ème siècle, trois d’entre eux prennent une place prépondérante : Cao Cao puis son fils Cao Pi (Wei), Liu Bei (Shu-Han) et Sun Quan (Wu). Ils mettent en place les Trois Royaumes après l’abdication du dernier empereur Han, dont ils se disputent la succession, et se proclament chacun à leur tour empereur dans les années 220. Leurs successeurs s’affrontent pour la domination de la Chine, avant d’être supplantés l’un après l’autre entre 265 et 280 par le clan Sima, qui fonde la dynastie Jin. La période des Trois Royaumes est donc suivie de la dynastie des Jin occidentaux. Sur le plus long terme, la période des Trois Royaumes s’inscrit dans une longue séquence très agitée. S’ensuivent plus de trois siècles de division politique entre la Chine du Nord et la Chine du Sud, durant un haut Moyen Âge chinois que l’historiographie classique désigne comme la période des Six Dynasties (220-589).

[5] Un eunuque est un homme castré. La castration se limite généralement à l’ablation des testicules mais il arrive qu’elle concerne également le pénis, connue alors sous le nom de pénectomie. Dans la Chine ancienne, la castration était à la fois une punition traditionnelle (jusqu’à la dynastie Sui) et un moyen d’obtenir un emploi dans le service impérial. À la fin de la dynastie Ming, il y avait 70 000 eunuques dans la Cité interdite. La valeur d’un tel poste était importante car elle pouvait permettre d’obtenir un pouvoir immense qui dépassait parfois celui du premier ministre. Cependant, la castration par elle-même fut finalement interdite. Le nombre d’eunuques n’était plus estimé qu’à 470 en 1912, lorsque la fonction fut abolie. La justification de cette obligation pour les fonctionnaires de haut rang était la suivante : puisqu’ils ne pouvaient procréer, ils ne seraient pas tentés de prendre le pouvoir pour fonder une dynastie. À certaines périodes, un système similaire a existé au Viêt Nam, en Inde, en Corée et dans d’autres contrées du monde.

[6] Le royaume de Wei, également appelé Cao Wei, est un des royaumes qui régnaient sur la Chine pendant la période des Trois Royaumes. Avec sa capitale à Luoyàng, ce royaume fut établi par Cao Pi en 220, à partir des bases posées par son père Cao Cao. Cette dénomination apparaît en 213, lorsque les exploitations féodales de Cao Cao prennent le nom de Wei ; les historiens ajoutent souvent le préfixe Cao (du nom de famille de Cao Cao) afin de distinguer ce royaume des autres États que l’histoire de la Chine a également connus sous le nom de Wei, par exemple les précédents États de Wei durant la période des royaumes combattants, et plus tard l’État de la dynastie Wei du Nord. En 220, lorsque Cao Pi déposséda le dernier empereur de la dynastie Han, Wei est devenu le nom de la nouvelle dynastie qu’il fonda. Cette dynastie fut saisie et contrôlée par la famille Sima en 249, jusqu’à ce qu’elle fût renversée et soit devenue une partie de la dynastie Jin en 265.

[7] Autrefois nommé Hao ou Zongzhou, pendant la dynastie Zhou, elle fut la capitale de la Chine pour la période des Zhou occidentaux. Suite à la folie du roi Zhou Youwang, la ville fut incendiée et pillée par les barbares Rong. Xi’an est l’extrémité est de la route de la soie considérée comme ayant été « ouverte » par le général chinois Zhang Qian au 2ème siècle av. jc. C’était l’une des Quatre Grandes Capitales Anciennes car ce fut la capitale de la Dynastie Qin, des Han, alors connue sous le nom de Chang’an

[8] actuelle Gansu

[9] à l’ouest de l’actuel Shandong et l’est du Hunan

[10] actuellement Xuchang, Henan

[11] royaume de Wei

[12] La dynastie Jin (265/420), divisée en Jin occidentaux ou Jin de l’Ouest ou Xi Jin 265/316) et Jin orientaux ou Jin de l’Est ou Dong Jin (316/420), succède au Royaume de Wei de la période des Trois royaumes de Chine et compte en tout 15 empereurs. Ses capitales sont Luoyang (265/311) puis Jiankang (316/420), avec un bref intermède à Chang’an (311/316). Les Seize Royaumes occupent le Nord de la Chine durant la période des Jin orientaux. Ces derniers finissent par être évincés en 420 par la dynastie Liu-Song ou Song du Sud, événement qui marque le début de la période des dynasties du Nord et du Sud.