Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Zhu Ran

vendredi 6 mai 2022, par ljallamion

Zhu Ran (181/182-248/249)

Officier et général du Royaume de Wu

Fils adoptif de Zhu Zhi, il est un ami d’enfance de Sun Quan.

À la bataille de Yiling [1], en 222, il commanda les forces navales qui donnèrent la chasse à Liu Bei. Dans le Roman des Trois Royaumes [2], il est arrêté par Zhao Yun venu à la rescousse de celui-ci, et qui lui permit de s’échapper.

Zhu Ran est originellement le neveu de Zhu Zhi, un conseiller et général de Sun Ce et de Sun Quan, fils de sa sœur aînée. Surnommé Shi, il devient l’héritier à 13 ans de Zhu Zhi, sans enfant et adopte son patronyme Zhu quand ce dernier l’adopte. Ce dernier a contribué à la conquête du Jiangdong [3] ainsi qu’à sa pacification, et Sun Ce, pour le remercier, lui permet cette adoption.

Zhu Ran tenta par la suite, après la mort de Zhu Zhi en 234, de recouvrer son véritable patronyme paternel, ce que Sun Quan refusa. Favorisé comme jeune talent par Sun Ce, élevé avec le frère de ce dernier, Sun Quan, il devint un proche et homme de confiance de celui-ci. Ce dernier, arrivé au pouvoir après l’assassinat de son frère, le promut au poste de gouverneur de Kuaiji [4] en 200, alors qu’il n’a pas 20 ans.

Promu très jeune au poste d’administrateur, dont il s’acquitta, il obtint le grade de colonel et fut à nouveau promu en 211, administrateur de Linchuan, à l’ouest de Danyang, ainsi qu’à la tête de 5 comtés. Sa principale mission était de maintenir l’ordre dans la province et éventuellement de s’occuper des troubles générés par le peuple des collines de l’est de Poyang [5]. Dans cette tâche, 2000 soldats lui furent attribués.

En 217, Cao Cao, lance une attaque contre le sud, Sun Quan promeut à nouveau Zhu Ran, qui devient lieutenant général à la tête de la défense de 2 camps militaires. Il joue plus tardivement un rôle important dans la capture de Guan Yu. En effet, en 219, lors de la conquête de la province de Jing par Lu Meng, il est envoyé en détachement avec le général Pan Zhang en soutien avec les forces de Cao Cao, pour bloquer les éventuels retraite et retour de Guan Yu dans la province de Jing.

Cette dernière est envahie par surprise par Lu Meng et Lu Xun, pendant ce temps. Grandement loué pour ses mérites par Lu Meng, il fut pour cette réussite promu général et quand Lu Meng mourut en 219, ce dernier l’avait recommandé au poste de commandant qu’il occupait à la défense de Jiang Ling dans la commanderie [6] de Nan.

La conquête de la province de Jing et la mort de Guan Yu, poussèrent Liu Bei, devenu Empereur du Shu Han [7], à déclarer la guerre à Sun Quan en 221. Les troupes du Shu progressèrent rapidement devant des troupes du Wu [8] en recul. Lu Xun pétitionné par Sun Quan au titre de grand commandant des armées adopte une tactique purement défensive. Les troupes de Liu Bei, passent tout le printemps et l’été, stationnées. Souffrant de chaleur et d’une ligne de ravitaillement lente due à l’éloignement, Liu Bei repositionne ses campements près du Yangtse [9]. Lu Xun ayant calculé et attendant ce moment, passe à l’action et détruit ces campements, usant notamment du feu avec une flotte de guerre en soutien commandée par Zhu Ran.

Promu marquis de “Yong’An”, ce dernier est rappelé par Sun Quan pour la défense de Jiangling [10] en 223, menacé par Cao Pi, fils de Cao Cao. Ce dernier en effet profitant de la guerre ouverte de Liu Bei contre Sun Quan et du fait que ce dernier, son vassal déclaré ne lui ait pas envoyé son fils Sun Deng en otage, use de l’occasion pour conquérir le Sud. Zhu Ran participe à la défense de la commanderie sur le plan naval et terrestre à Jiangling. Assiégé par les troupes du Cao Wei, celui-ci ne montre aucun effroi et tient la ligne de défense. Il tue Yao Tai, un de ses officiers subordonnés qui voulut se rallier aux troupes du Wei [11]. Selon le roman des Trois Royaumes, le siège dura 6 mois avant que les troupes du Wei ne se retirent. Par cet exploit, il fut considéré comme un des meilleurs généraux du Wu.

Selon le roman des Trois Royaumes, Zhu Ran, n’est pas très grand (environ 1,60 m), mais possède une aura et une autorité naturelle. Il instaura une discipline de fer et de l’ordre parmi ses troupes. Son courage et sa pugnacité firent de lui un leader naturel, guidant les jeunes généraux du Wu. Son amitié avec Sun Quan fit de lui un de ses plus proches conseillers en matière militaire.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Rafe de Crespigny, A biographical dictionnary of Later Han to the Three Kingdoms (23-220 AD), Boston, Brill, 2007

Notes

[1] La bataille de Xiaoting, aussi connue sous le nom de bataille de Yiling ou de bataille de Yiling et Xiaoting, a lieu en 222, au tout début de la période des Trois Royaumes de L’Histoire de la Chine. Elle oppose l’armée du royaume de Shu aux troupes de Sun Quan, qui est alors officiellement un vassal du royaume de Wei. Cette bataille est décisive pour Sun Quan, car après une série de défaites qui le forcent à s’enfermer dans une posture défensive, il réussit à obtenir une victoire décisive et à repousser l’invasion du Shu. Peu après cette bataille Liu Bei, le fondateur et premier empereur du Shu, meurt de maladie.

[2] Les Trois Royaumes est un roman historique chinois sur la fin de la dynastie Han et la période des Trois Royaumes, (169-280). Écrit par Luo Guanzhong au 14ème siècle d’après l’œuvre de Chen Shou écrite au 3ème siècle. Ce roman fait partie des quatre livres extraordinaires de la littérature chinoise, ce qui le classe parmi les romans les plus longs et les plus anciens de l’histoire chinoise avec plus de 800 000 mots en cent-vingt chapitres. Son titre en chinois (Sanguo Yanyi) indique qu’il fait de la vertu son thème principal. Les trois royaumes en question sont ceux de Wei, Shu et Wu.

[3] Le Jiangdong, est le nom d’une région située au sud-est de la Chine. Plus précisément situé au sud-est du Yangzi, au sud de l’actuelle province du Jiangsu et au nord de celle du Zhejiang. Historiquement, le terme Jiangdong était une désignation alternative pour le royaume de Wu durant l’époque des Trois Royaumes. Les deux termes font référence au sud de la Chine, mais Jiangdong souligne l’aspect géographique alors que Wu met plutôt l’accent sur la tradition pré dynastie Han de la région. Le stratège Sun Tzu y était né, ainsi que Sun Jian et plusieurs membres de la famille Sun. Il fut le point de départ du royaume de Wu. Sun Ce en fit la conquête, battant notamment les seigneurs de guerre Liu Yao, Yan Baihu et Wang Lang, qui occupaient le territoire.

[4] correspondant à l’actuelle ville de Yuyao

[5] à l’est de l’actuel district de Poyang dans le Jiangxi

[6] Une commanderie, ou préfecture suivant les traductions, est une ancienne division administrative chinoise utilisée depuis la période de la dynastie Zhou (vers 1046 av. jc-256 av. jc) jusqu’au début de la dynastie Tang (618-907).

[7] un des États de la période des Trois Royaumes de l’Histoire de la Chine

[8] Le royaume de Wu, connu également sous le nom Sun Wu, est l’un des royaumes de la période des Trois Royaumes en lutte pour le contrôle de la Chine après la chute de la dynastie Han. Il était situé au sud du Yangzi Jiang dans la région des actuelles villes de Nankin, Shanghai et Suzhou, à l’emplacement de l’ancien État de Wu de la Période des Printemps et Automnes. La capitale principale du royaume était Jianye, près de l’actuelle ville de Nankin (Nanjing), mais parfois la capitale fut déplacée à Wuchang, actuelle Ezhou, Hubei. Plus puissant que le royaume du Shu mais plus faible que celui du Wei, le royaume de Wu fut celui qui vécut le plus longtemps des Trois Royaumes de Chine. Il exista pendant 51 ans, de sa fondation en 229 à sa conquête en 280 par le premier empereur de la dynastie Jin, Sima Yan.

[9] Le Yangzi Jiang ou Chang Jiang, est le plus long fleuve d’Asie (6 380 km). En France, il est appelé fleuve Bleu, Yang-Tsé-Kiang ou simplement Yang-Tsé. D’un débit de 30 000 m3/s, le fleuve Bleu est le troisième plus long fleuve du monde après l’Amazone et le Nil. Il prend sa source au Qinghai, à 6 621 mètres, dans les monts Tanggula, dans un paysage extrême de glaciers et de terres enneigées, parsemé de moraines, balayé par des vents violents et dépourvu de toute végétation. Il est appelé en tibétain Dri chu. Il parcourt 6 380 km avant de rejoindre la mer de Chine orientale, au nord de Shanghai, la plus grande ville de Chine. Il serpente à travers les provinces du Qinghai, du Yunnan, du Sichuan, du Hubei, du Hunan, du Jiangxi, de l’Anhui et du Jiangsu et traverse les immenses agglomérations de Chongqing, Wuhan, Nankin et Shanghai. Lors de son parcours, il reçoit les eaux de plus de 700 affluents drainant un bassin hydrographique de 1,8 million de kilomètres carrés. Chaque année, il déverse près de mille milliards de mètres cubes d’eau dans la mer de Chine, charriant des milliers de tonnes de limon au large des côtes. Le Yangzi Jiang alimente en eau 40 % du territoire chinois et 70 % de la production rizicole.

[10] Le xian de Jiangling est un district administratif de la province du Hubei en Chine. Il est placé sous la juridiction de la ville préfecture de Jingzhou. Il est situé au Sud-Est du District de Shashi. Le xian de Jiangling fut autrefois, sous le système féodal chinois, le territoire du vicomte Cen Wenben.

[11] Le royaume de Wei, également appelé Cao Wei, est un des royaumes qui régnaient sur la Chine pendant la période des Trois Royaumes. Avec sa capitale à Luoyàng, ce royaume fut établi par Cao Pi en 220, à partir des bases posées par son père Cao Cao. Cette dénomination apparaît en 213, lorsque les exploitations féodales de Cao Cao prennent le nom de Wei ; les historiens ajoutent souvent le préfixe Cao (du nom de famille de Cao Cao) afin de distinguer ce royaume des autres États que l’histoire de la Chine a également connus sous le nom de Wei, par exemple les précédents États de Wei durant la période des royaumes combattants, et plus tard l’État de la dynastie Wei du Nord. En 220, lorsque Cao Pi déposséda le dernier empereur de la dynastie Han, Wei est devenu le nom de la nouvelle dynastie qu’il fonda. Cette dynastie fut saisie et contrôlée par la famille Sima en 249, jusqu’à ce qu’elle fût renversée et soit devenue une partie de la dynastie Jin en 265.