Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Appia Annia Regilla

vendredi 2 avril 2021, par ljallamion

Appia Annia Regilla (125-160

Femme noble

Épouse de Hérode Atticus. Née dans une famille aristocratique de rang consulaire. Elle était membre de la gens Annia [1], de la branche des Annii Regilli [2]. Son père était Appius Annius Trebonius Gallus (consul suffect) , sénateur romain et l’un des consuls en service en l’an 139. Sa mère était une aristocrate romaine appelée Atilia Caucidia Tertulla .

Par son grand-père paternel, Regilla était liée au sénateur romain Marcus Annius Verus, beau-frère de l’empereur romain Hadrien et père de l’impératrice romaine Faustine l’Ancienne, épouse de l’empereur Antonin le Pieux. Faustine était la mère de l’impératrice Faustine la Jeune et la tante de l’empereur romain Marc Aurèle.

Pendant le consulat de son père elle fut fiancée à Herodes Atticus ami à l’empereur Antonin le Pieux et précepteur de son fils adoptif Marc Aurèle.

Herodes Atticus et Regilla se sont mariés en 139. Regilla avait environ 14 ans et Herodes Atticus 40 ans. Quand Regilla a épousé Hérode Atticus, Annius Gallus donna une dot à sa fille qui acheta avec son mari une villa sur la Voie Appienne [3] et contrôlèrent une grande superficie de terre.

Quelques années après leur mariage, Herodes Atticus, Regilla et leurs enfants ont quitté l’Italie pour s’installer en Grèce . Bien qu’elle ait été directement coupée de sa famille, de ses proches et de ses amis influents immédiats en Italie, Regilla c’est intégré dans un des plus haut cercle grec de la société à Athènes [4].

Utilisant sa propre influence et sa richesse considérables, Regilla a érigé un grand nymphée [5] à Olympie [6]. Son mari a construit un aqueduc qui alimentait le nymphée [7].

La fontaine que Regilla a construite a mis l’eau fraîche et rafraîchissante à la disposition des habitants de cette zone chaude et poussiéreuse.

L’année où le frère de Regilla était consul, elle fut frappée à mort dans l’abdomen par un affranchi d’Hérode Atticus nommé Alcimedon. Appius Annius Atilius Bradua a porté plainte à Rome contre son beau-frère, alléguant qu’Hérode Atticus était responsable de sa mort ; Marc Aurèle avait disculpé son ancien précepteur.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Appia Annia Regilla/ Traduit par mes soins

Notes

[1] Les Annii sont les membres d’une ancienne famille plébéienne romaine, la gens Annia, probablement originaire de Setia. Les cognomina portés dans cette famille durant la République sont Asellus, Bellienus, Cimbeius, Luscus et Milo.

[2] Regilli signifie Petits rois

[3] La voie Appienne (Via Appia) est une voie romaine de près de 500 km de longueur, partant de Rome, longeant la côte tyrrhénienne, traversant les terres de la Campanie et de la Basilicate pour terminer dans les Pouilles. Elle fut construite en 312 av. jc. Elle joignait à l’origine Rome à Capoue, puis fut prolongée jusqu’à Brindes (Brundisium). À l’issue de la Troisième Guerre servile en 71 av. jc, les esclaves sous le commandement de Spartacus furent écrasés par Crassus, les 6 000 survivants furent crucifiés le long de la voie Appienne. La voie Appienne est certainement la voie romaine la mieux conservée, et de nos jours de nombreux vestiges sont encore visibles. Son importance est confirmée par le surnom de « Reine des voies » (Regina Viarum) que lui donnaient les Romains, à l’origine de l’expression prendre « la voie royale ».

[4] Athènes est l’une des plus anciennes villes au monde, avec une présence humaine attestée dès le Néolithique. Fondée vers 800 av. jc autour de la colline de l’Acropole, la cité domine la Grèce au cours du 1er millénaire av. jc. Elle connaît son âge d’or au 5ème siècle av. jc, sous la domination du stratège Périclès : principale puissance militaire de Grèce, à la tête d’une vaste alliance de cités, elle est également le cœur culturel de la Méditerranée.

[5] une fontaine monumentale

[6] Olympie est un centre religieux de la Grèce, dans le Péloponnèse, plus précisément dans une petite plaine de l’Élide, sur la rive droite de l’Alphée et au pied du Mont Cronion, et tout à proximité de la petite cité moderne d’Olympie, à environ 18 km de la ville de Pyrgos et de la mer Ionienne. À l’emplacement du site était l’Altis, un bois sacré, et l’Autel de Zeus. Le stade lui-même était au milieu d’un bois d’oliviers sauvages. Le site d’Olympie a accueilli les Jeux olympiques durant l’Antiquité, et aujourd’hui encore la flamme olympique y est allumée quelques mois avant la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques modernes.

[7] Un nymphée est un bassin recevant une source considérée à l’origine comme sacrée.