Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 15ème siècle > Anne de Laval (1385-1466)

Anne de Laval (1385-1466)

samedi 16 juillet 2016

Anne de Laval (1385-1466)

Dame héritière de Laval-Baronne héritière de Vitré-Vicomtesse héritière de Rennes, de Châtillon, de Gavre, d’Acquigny, d’Aubigné, Courbeveille-Dame héritière de Tinténiac, de Bécherel et de Romillé

Fille de Jeanne de Laval , veuve de Du Guesclin, qui avait épousé en secondes noces le gouverneur de Bretagne et baron de Laval Guy XII de Laval .

Mariée le 22 janvier 1404 à Jean de Montfort, devenu Guy XIII de Laval, seigneur de Kergolay, mariage où furent présents plusieurs évêques et les plus grands seigneurs de Bretagne.

Une des conditions du mariage est que les enfants à naître de ce mariage portent les nom et armes de Laval. La même règle s’était déjà appliquée antérieurement lors du mariage d’ Emma de Laval avec Mathieu II de Montmorency . Toutefois, Jean de Montfort renonce lui-même de son vivant à son nom pour prendre celui de Guy XIII de Laval, afin d’être associé au pouvoir de son épouse, Anne de Laval.

Après son mariage, Guy XIII combat pendant la Guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons [1] dans le parti du Dauphin le futur Charles VII.

A la mort de leur père en 1414, les enfants étaient mineurs, il y eut procès pour leur tutelle entre Raoul de Montfort , leur aïeul, et Anne, leur mère. Elle fut adjugée à celle-ci, par sentence de la justice du Mans, dont il y eut appel au parlement, qui confirma ce jugement par un arrêt en 1417.

Anne obtint des lettres de délai d’hommage pour Acquigny en 1417 ; mais il est probable qu’elle fut longtemps sans pouvoir rendre ni hommage ni aveu. Les Anglais, appelés par la faction bourguignonne en 1416, étaient déjà maître de Louviers en 1418.

Raoul de Montfort étant mort en 1419, Anne de Laval envoie Thibault 1er de Laval , son cousin, se saisir des châteaux de Montfort et Gaël. Charles et Guillaume de Montfort, frères de Guy XIII, s’opposent à cette prise de possession, et viennent assiéger Thibault à Montfort.

Pour éviter une guerre, on convint de mettre ces places entre les mains de Jean V de Bretagne, duc de Bretagne. Pour rétablir la paix, Thibault leur consent de donner la vaisselle et le mobilier de leur père. Les frères s’engagèrent ensuite à garder eux-mêmes bien et loyaument les dites ville et chastel, au profit de madame Anne de Laval et de messeigneurs ses enfants à la suite de l’intervention de Jean V de Bretagne.

Henri V d’Angleterre confisqua en 1419 le domaine d’Acquigny à Anne de Laval, restée dans le parti des Français contre les Anglais, et le donna à un de ses partisans Guillaume le Maréchal.

En 1417, les Anglais, maîtres de la Normandie, entrèrent dans le Maine [2], où ils font des ravages. Les principales places de la province étaient en état de défense.

Yolande d’Aragon, reine de Sicile, comtesse d’Anjou et du Maine, vint en aide, en permettant à Anne de Laval de prendre les deux tiers de la taille qu’on levait en son nom dans les baronnies de Laval, Mayenne et Château-Gontier. Mais bientôt, réduite à ses seules forces, la comtesse d’Anjou, à l’exemple du duc de Bretagne et avec l’agrément du roi, conclut une trêve avec le roi d’Angleterre.

Anne de Laval, ayant mis des troupes sur pied, défait, en 1422, un de leurs partis, composé de quatorze cents hommes, au lieu-dit la Brossinière [3].

La plupart des places fortes furent contraintes de subir le joug des Anglais. Le Mans fut pris deux fois ; Mayenne, Sainte-Suzanne, Saint-Célerin, et d’autres, eurent le même sort. Laval resta la dernière. Anne de Laval se voyant menacée, d’un siège, en 1424 manda tous les nobles qui devaient garde à sa ville, de venir faire le service. Mais, nonobstant leur résistance et leurs efforts, la ville fut emportée le 9 mars 1428 et, six jours après, le château fut rendu par capitulation.

Anne de Laval, se retira alors avec Jeanne, sa mère, au château de Vitré [4], s’obligea de payer une somme très considérable pour la rançon de la garnison. Cette conquête ne resta pas longtemps entre les mains des Anglais.

En 1429, les sieurs de la Ferrière et du Bouchet, reprirent sur eux la ville de Laval, le 25 septembre, jour qui sera consacré jusqu’au 18ème siècle depuis à une procession annuelle, pour perpétuer la mémoire de cet événement. Le 25 septembre 1429, avec Raoul du Bouchet , Jean de Champchevrier, Jean de Villiers et une poignée de soldats guidés par le meunier des Trois-Moulins, Jean Fouquet, Bertrand de la Ferrière contribua à la reprise de Laval sur les Anglais.

En 1431, Anne de Laval fit bâtir le chœur de l’église abbatiale de l’abbaye de Fontaine-Daniel [5], qui fut béni dans le cours de la même année, par Adam Châtelain, évêque du Mans.

Lorsque les Anglais furent contraints de quitter la Normandie en 1450, Anne de Laval reprit possession de sa baronnie d’Acquigny. Elle en fit hommage au roi en 1451, et en rendit aveu par lettres datées de Vitré le 4 juin 1455.

Elle eut, en 1454, avec Jacques d’Espinay , évêque de Rennes, un démêlé. Après cinq ans de contestations, elle obtint du pape Pie II, une bulle, datée de Mantoue [6], au mois de janvier 1459 par laquelle ce pontife, pour raison des vexations exercées par l’évêque de Rennes, contre madame Anne, comtesse de Laval, l’exempte, elle, le comte de Laval son fils, et ses autres enfants, leurs serviteurs, domestiques et officiers, de la juridiction dudit évêque, tant qu’il vivra, et les met sous la juridiction immédiate de l’archevêque de Tours.

Elle mourut le 28 janvier 1466. La collégiale Saint-Tugal de Laval [7], dont elle avait enrichi le chapitre, fut le lieu de sa sépulture. Elle fut enterrée sous une voûte du chœur.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Anne de Laval/ Portail de la Mayenne/ Famille de Laval

Notes

[1] La guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons est un conflit qui ravagea le royaume de France, déjà en lutte avec le royaume d’Angleterre pendant la guerre de Cent Ans. Les Bourguignons sont favorables au modèle anglais (d’autant plus que la Flandre appartient au duché de Bourgogne), tandis que les Armagnacs défendent le modèle français. De la même manière, le grand schisme d’occident a entraîné l’élection d’un antipape qui siège à Avignon (Clément VII) et est soutenu par les Armagnacs, alors que le pape de Rome (Urbain VI) est soutenu par les Anglais.

[2] Le Maine est une région historique et culturelle française, correspondant à une ancienne province et dont la capitale est Le Mans. Le Maine fut aussi un comté puis un duché.

[3] En 1423, la bataille dite la « besoigne » de la Brossinière (commune de Bourgon, Mayenne), dite parfois la bataille de la Gravelle, oppose les armées anglaise et française, alors que la guerre de Cent Ans a repris depuis peu. Le 26 septembre 1423, John de la Pole, commandant les troupes anglaises qui avaient envahi la France, voyait son offensive brisée par les hobereaux faméliques du comte d’Aumale. Il s’agit de la bataille de la Brossinière.

[4] Le château de Vitré est un puissant château fort situé à Vitré, en Ille-et-Vilaine. À Vitré, le château en pierre a été construit par le baron Robert 1er de Vitré à la fin du 11ème siècle. Le site défensif choisi, un promontoire rocheux, domine la vallée de la Vilaine. Cet édifice, dont il subsiste encore un porche de style roman, succède à un château en bois bâti sur une motte féodale vers l’an 1000. Le baron André III, pendant la première moitié du 13ème siècle, le rebâtit et lui donne sa forme actuelle, triangulaire, dominée par un gros donjon circulaire, qui suit le sommet de l’éperon rocheux, entouré de fossés secs. À sa mort, le domaine échoit par alliance à la famille des Comtes de Laval. Guy XII de Laval agrandit le château au 15ème siècle. C’est à cette époque que sont réalisés les derniers ouvrages défensifs : châtelet avec double pont-levis à flèche, tour de la Madeleine, tour Saint-Laurent (ultérieurement percée de canonnières).

[5] L’ancienne abbaye cistercienne de Fontaine Daniel est située à Fontaine Daniel dans la commune de Saint-Georges-Buttavent (Mayenne). Elle fut fondée au commencement du 13ème siècle, en 1204, par Juhel III de Mayenne, seigneur de Mayenne, revenu de Terre Sainte dès 1196. Cette abbaye était pourvue d’une église, détruite après la Révolution française, de la taille de la cathédrale du Mans.

[6] Mantoue est une ville italienne, chef-lieu de la province du même nom en Lombardie, région de la plaine du Pô. Gouvernées par la Maison de Gonzague, Mantoue et Sabbioneta sont liées par une même histoire mais aussi par une tradition urbanistique, architecturale et artistique commune fondée sur les principes de la Renaissance.

[7] La collégiale Saint-Tugal de Laval était située à Laval en Mayenne. Elle était liée à la paroisse Saint-Tugal de Laval. La collégiale fut démolie en 1798.