Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 2ème siècle > Lucius Aelius Aurelius Commodus dit Commode

Lucius Aelius Aurelius Commodus dit Commode

vendredi 17 janvier 2014, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 5 août 2011).

Lucius Aelius Aurelius Commodus dit Commode (161-192)

Empereur romain de 180 à 192

Buste de Commode en Hercule, portant la peau de lion, la massue et les pommes d'or des Hespérides, marbre de Luni, 191-192 ap. jc, musées du Capitole. Découvert dans une chambre souterraine du complexe des Horti Lamiani en 1874

Fils de Marc Aurèle et de Faustine la Jeune, il fut associé à l’empire par son père en 176, après la révolte de Avidius Cassius en Orient. Cette décision mécontenta les sénateurs, qui souhaitaient que Marc Aurèle choisisse son successeur dans leur rang. Après quelques mois de campagnes militaires pour achever les opérations en cours, il décida de rentrer à Rome pour se présenter à la plèbe et assurer son pouvoir.

Après le décès de son père en mars 180, il conclura la paix sur le Danube et son règne ne sera pas troublé par d’autres guerres. Après plusieurs mois de bonne entente apparente avec le sénat et les plus grands personnages de l’empire, une crise bouleverse la situation et Commode échappe de peu à un assassinat résultant d’un complot sénatorial, mené avec la complicité de sa sœur, Lucilla, et peut-être d’un préfet du prétoire. Après une importante purge politique destinée à punir cet attentat et à en prévenir d’autres, un climat de méfiance réciproque s’installe entre l’empereur et les sénateurs. Ses relations avec le Sénat s’envenimèrent encore lorsqu’on le vit choisir pour ministre un Bithynien [1] et un Phrygien [2]. Dans l’aristocratie, de nombreux complots se formèrent contre lui, qui y répondit par des exécutions. Il favorisa la plèbe et l’armée et dépensa des sommes considérables en donations et en distributions frumentaires. En 189, lorsque le blé vient à manquer, il laisse massacrer par la foule le préfet de l’annone Papirius Dionysius et le préfet du prétoire Cleandre. Il institue un édit du maximum pour stabiliser les prix, et cherche également à augmenter l’afflux de blé africain en complément du blé égyptien.

En Gaule et en Espagne se déclencha la guerre des déserteurs. Les dernières années du règne furent marquées par des purges, en particulier à l’encontre de personnages proches de lui par la parenté, Commode craignant peut-être qu’ils ne soient des candidats à l’empire. Inversement, d’autres personnages profitent de la situation, à l’image de Pertinax qui devient préfet de la Ville, atteignant le poste le plus prestigieux d’une carrière sénatoriale et qui semblait alors très apprécié de Commode.

Victime d’une conspiration de palais, il fut empoisonné par sa maîtresse, Marcia, mais il réussit à rejeter le poison et Marcia le fit alors étrangler.

C’est Pertinax, le préfet de la Ville, personnage âgé et prestigieux, qui prend le pouvoir immédiatement après la mort de Commode. Son assassinat quelques mois plus tard précipite l’empire dans la guerre civile. Didius Julianus contrôle Rome, après avoir acheté le vote des prétoriens, tandis que Pescennius Niger prétend au pouvoir en Orient, Clodius Albinus en Bretagne et Septime Sévère qui l’emporte finalement en Pannonie [3].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de ATRIUM Section Histoire/Les Grands Noms de l’Histoire/ Commode (Lucius Aelius Aurelius Commodus)/ Le petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 284

Notes

[1] La Bithynie est un ancien royaume au nord-ouest de l’Asie Mineure, actuellement situé en Turquie. Située au bord du Pont-Euxin, elle était limitée par la Paphlagonie à l’est, la Galatie et la Phrygie au sud, la Propontide et la Mysie à l’ouest. Les Bithyniens sont, selon Hérodote et Xénophon, d’origine thrace. Ils forment d’abord un État indépendant avant d’être annexés par Crésus, qui ajoute leur territoire à la Lydie. Ils passent ensuite sous domination perse, où la Bithynie est incluse dans la satrapie de Phrygie. Mais dès avant Alexandre le Grand, la Bithynie retrouve son indépendance. Nicomède 1er est le premier à se proclamer roi. Durant son long règne de 278 à 243av jc, le royaume connaît la prospérité et jouit d’une position respectée parmi les petits royaumes d’Asie Mineure. Cependant, le dernier roi, Nicomède IV, échoue à contenir le roi Mithridate VI du Pont. Restauré sur le trône par l’Empire romain, il lègue par testament son royaume à Rome en 74 av jc. La Bithynie devient alors province romaine. Sous Auguste elle devient province sénatoriale en 27av jc puis province impériale en 135.

[2] La Phrygie est un ancien pays d’Asie Mineure, situé entre la Lydie et la Cappadoce, sur la partie occidentale du plateau anatolien. Les Phrygiens sont un peuple indo-européen venu de Thrace ou de la région du Danube. Ils ont occupé vers 1200 av.jc la partie centrale et occidentale de l’Asie Mineure, profitant de l’effondrement de l’Empire hittite.

[3] La Pannonie est une ancienne région de l’Europe centrale, limitée au Nord par le Danube et située à l’emplacement de l’actuelle Hongrie, et partiellement de la Croatie et de la Serbie. Les habitants originaux sont les Pannoniens, qui sont envahis par les Celtes et les Boïens au 4ème siècle av. jc.