Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 2ème siècle > Marc Aurèle Cléandre dit Cléandre

Marc Aurèle Cléandre dit Cléandre

mercredi 17 février 2016, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 12 février 2012).

Marc Aurèle Cléandre dit Cléandre (mort en 190)

La garde prétorienne : En 27 Av- jc le premier empereur de Rome Auguste crée la garde Prétorienne pour protéger les empereurs.

Romain affranchi qui a gagné une puissance extraordinaire avec l’aide des favorites de l’empereur Commode, devenant le commandant de la Garde prétorienne contrôlant les bureaux principaux de l’Etat romain et les vendant au plus offrant.

Il est né en Phrygie [1] et fut vendue à Rome comme esclave. En 182 cependant, il avait réussi à être un fonctionnaire de la maison impériale, et avait épousé Damostratia maîtresse de l’empereur. Il contribua à la mort du favori de Commode, le chambellan Saoterus, qu’il remplaça et profita bientôt pleinement de la confiance de l’empereur. Il commença à comploter contre le préfet du prétoire Tigidius Perennis, qui exerçait en fait les responsabilités de chef du gouvernement depuis que Commode préférait ne plus se préoccuper de l’administration.

En 184, il dénonça Perennis à l’empereur Commode et donna la permission de l’exécuter à un détachement de soldat de Grande Bretagne. Il concentra alors le pouvoir entre ses mains et commença à s’enrichir en devenant responsable de tous les bureaux publics. Il vendait ou offrait, les commandes de l’armée, les postes de gouverneurs et même les consulats suffect [2]. Au début de 188 il élimina le préfet du prétoire [3], Atilius Aebutianus, et pris le commandement suprême de la garde prétorienne avec le rang de pugione [4] avec 2 préfets du prétoire sous ses ordres.

En Juin 190 Rome fut affligée par une pénurie alimentaire, dont le praefectus annonae [5] Papirius Dionysius , en charge de l’approvisionnement en céréales, réussit à faire pire que ce qu’elle était réellement et jeta le blâme sur Cléandre. A la fin de Juin la foule manifesta contre Cléandre lors d’une course de chevaux dans le Circus Maximus. En réponse, il envoya la garde prétorienne, mais Pertinax, le urbi Praefectus [6], envoya les Vigiles Urbani [7] pour s’opposer à eux. Cléandre tenta de fuir. À l’instigation de sa maîtresse Marcia, Commode fit décapité Cléandre.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Marcus Aurelius Cléandre/Traduction par mes soins

Notes

[1] La Phrygie est un ancien pays d’Asie Mineure, situé entre la Lydie et la Cappadoce, sur la partie occidentale du plateau anatolien. Les Phrygiens sont un peuple indo-européen venu de Thrace ou de la région du Danube. Ils ont occupé vers 1200 av.jc la partie centrale et occidentale de l’Asie Mineure, profitant de l’effondrement de l’Empire hittite.

[2] Parfois, un consul décède ou démissionne avant la fin de son mandat de douze mois. Le consul restant rétablit la collégialité par l’élection intermédiaire si le délai restant le permet ou par la désignation directe d’un consul suffectus (du participe passé du verbe sufficere, « remplacer »). Ce consul entre en fonction immédiatement, il a les mêmes privilèges et les mêmes pouvoirs que le consul remplacé mais il n’est en charge que pour la durée du mandat qui reste à couvrir. Enfin, le consul suffect ne donne pas son nom à l’année, à l’inverse du consul dit ordinaire.

[3] Le préfet du prétoire est l’officier commandant la garde prétorienne à Rome, sous le Haut Empire, et un haut fonctionnaire à la tête d’un groupe de provinces, la préfecture du prétoire, dans l’Antiquité tardive.

[4] porteur de poignard

[5] Intendant des vivres

[6] préfet de la ville de Rome

[7] Les vigiles urbains sont, sous la Rome Antique, les troupes chargées de la lutte contre les incendies et de la police nocturne. Ne disposant que d’effectifs limités sous la République, le service prend de l’importance lors de la réorganisation de la ville de Rome sous Auguste. L’organisation du corps des vigiles reste inchangée jusqu’au Bas-Empire où il devient un service civil sous Constantin. Le corps est finalement dissout, comme les cohortes urbaines, vers la fin du 4ème siècle.