Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Caius Cassius Longinus

mercredi 24 janvier 2018, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 30 juillet 2011).

Caius Cassius Longinus (87 av jc-42 av jc)

Homme politique et général romain

"Longinus The Spear Carrier » grandeur nature sculpture en argile représentation du caractère historique Gaius Cassius Longinus

Il fut l’un des meurtriers de Jules César. Il appartenait à la gens Cassia, une famille de la noblesse plébéienne qui accéda au consulat au début du 2ème siècle av jc.

Dans les années 50 av jc par son mariage avec Junia Tertia, fille de Servilia, il semble appartenir au groupe politique des Optimates [1] qui s’est rassemblé autour de la figure de Caton d’Utique.

Mais, sa carrière politique ne débute vraiment qu’en 53 av jc. Cette année-là, il est questeur [2] auprès de Crassus dans sa campagne contre les Parthes [3] et, après le désastre de Carrhae [4], il réussit à rassembler les débris de l’armée romaine en Syrie.

En 52 av jc. et surtout en 51 av jc, il parvint à contenir et à repousser des attaques parthes qui visaient Antioche [5].

Revenu en Italie, il est élu Tribun de la plèbe en 50 av jc. L’année suivante, il suit Pompée lors de la guerre civile contre César [6] et commande la flotte qui inflige de lourdes pertes à celle de César en Sicile.

Suite à la défaite des armées de Pompée à Pharsale [7] il sera néanmoins épargné par César. De retour à Rome, il s’adonna désormais à l’épicurisme puis devint préteur pérégrin pour l’année 44 av jc. Il forma de concert avec Marcus Junius Brutus la conjuration contre César qui aboutira à son assassinat le 15 mars 44 av jc.

Après être resté un temps en Italie, il se rend à Athènes, puis en Asie, et enfin en Syrie où il prendra la tête de nombreuses légions. Au début de l’année 42 av jc il se joint à Brutus en Macédoine. Marc Antoine et Octave leur livrèrent bataille dans les plaines de Philippes [8] en octobre 42 av jc. Cassius, qui commandait l’aile gauche de l’armée, ne tarda pas à plier, et croyant Brutus battu, demanda à son affranchi de le transpercer de son épée. On le surnomma le dernier Romain.

P.-S.

Source :Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article du petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 217

Notes

[1] Optimates : tendance politique aristocratique et conservatrice qui marqua le dernier siècle de la République romaine, par son opposition aux populares. Ce ne fut pas un parti politique au sens moderne, mais un clivage majeur dans les luttes politiques et sociales romaines, permettant aux acteurs politiques de se situer face au réformisme et au populisme des populares au sein d’alliances personnelles souvent mouvantes.

[2] Dans la Rome antique, les questeurs sont des magistrats romains annuels comptables des finances, responsables du règlement des dépenses et de l’encaissement des recettes publiques. Ils sont les gardiens du Trésor public, chargés des finances de l’armée et des provinces, en relation avec les consuls, les promagistrats et les publicains. Maintenue sous le Haut Empire avec son rôle comptable, cette fonction se réduit sous le Bas-Empire à une magistrature honorifique et coûteuse exercée uniquement à Rome.

[3] La Parthie est une région située au nord-est du plateau iranien, ancienne satrapie de l’empire des Achéménides, berceau de l’Empire parthe qui contrôle le plateau iranien et par intermittence la Mésopotamie entre 190 av.jc et 224 de notre ère. Les frontières de la Parthie sont la chaîne montagneuse du Kopet-Dag au nord, aujourd’hui la frontière entre Iran et Turkménistan, et le désert du Dasht-e Kavir au sud. À l’ouest se trouve la Médie, au nord-ouest l’Hyrcanie, au nord-est la Margiane et au sud-est l’Arie. Cette région est fertile et bien irriguée pendant l’antiquité, et compte aussi de grandes forêts à cette époque.

[4] La bataille de Carrhes fut une défaite décisive infligée aux légions romaines sous les ordres du général Crassus, par les Parthes conduits par le général Suréna ; elle eut lieu le 9 juin153 av. jc, près de la ville fortifiée de Carrhes (Harran, dans la Turquie actuelle).

[5] Antioche est une ville de Turquie proche de la frontière syrienne, chef-lieu de la province de Hatay. Elle est située au bord du fleuve Oronte. Antioche était la ville de départ de la route de la soie.

[6] La guerre civile de César, appelée aussi guerre civile romaine de 49 av. J.-C. ou guerre civile entre César et Pompée, est un des derniers conflits intérieurs de la République romaine, et fait partie de la liste des nombreuses guerres civiles romaines. Elle a consisté en une série de heurts politiques et militaires entre Jules César, ses alliés politiques et ses légions d’une part, et la faction conservatrice du Sénat romain, appelée aussi optimates, épaulée par les légions de Pompée d’autre part.

[7] La bataille de Pharsale s’est déroulée en Thessalie, près de la ville du même nom, le 9 août 48 av.jc, pendant la guerre civile romaine qui opposait le clan de César à celui de Pompée. En gagnant cette bataille dans laquelle il était en grande infériorité numérique, César prit un avantage décisif sur le camp adverse.

[8] La bataille de Philippes (septembre – octobre 42 av. jc) voit, au cours de deux affrontements successifs, les triumvirs Octave et Antoine vaincre les Républicains Brutus et Cassius dans la plaine à l’ouest de Philippes, en Macédoine orientale. Cette défaite sonne le glas des espoirs du Sénat de préserver le régime républicain.