Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Henri III de Głogów

vendredi 24 juin 2022, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 2 juin 2012).

Henri III de Głogów (1251-1309)

Duc de Głogów de 1273 à 1309-Duc de Grande Pologne de 1306 à 1309

Fils aîné de Conrad II de Głogów et de Salomé de Grande Pologne , fille de Ladislas Odonic . Lorsque son père décède en 1273, il n’est pas encore majeur.

Il entre dans l’arène politique en 1277 quand, en compagnie de Przemysl II de Grande Pologne et des chevaliers du duché de Wrocław [1], il prend part à l’expédition militaire contre Boleslas II le Chauve qui avait enlevé son neveu Henri IV le Juste et l’avait enfermé dans son château de Legnica [2].

Les coalisés, sont écrasés le 24 avril 1277 par l’armée du duché de Legnica, dirigée par Henri V le Gros, le fils de Boleslas II le Chauve. Un an plus tard, il prend sa revanche en se battant dans le camp de Rodolphe 1er de Habsbourg qui écrase Ottokar II de Bohême.

La même année, les possessions de son père sont partagées entre lui et ses frères. Il reçoit le duché de Głogów [3], Przemko de Ścinawa reçoit le duché de Żagań [4] et Conrad II le Bossu reçoit le duché de Ścinawa [5].

En février 1281, Henri III, Henri V le Gros et Przemysl II de Grande Pologne sont invités par Henri IV le Juste. Celui-ci, rompant avec toutes les règles de l’hospitalité, les emprisonne et ne les relâche qu’en échange de la promesse qu’ils le soutiendront systématiquement. Ainsi, Henri III et son frère Przemko soutiennent Henri IV le Juste dans son conflit avec l’évêque de Wrocław Thomas II Zaremba. Ce n’est qu’après la mort d’Henri IV le Juste que les relations entre Henri III et l’Église se normaliseront.

En 1288, il soutient Henri IV le Juste et s’empare du trône de Cracovie [6]. Le 23 juin 1290, Henri IV le Juste meurt empoisonné.

Dans son testament, il a désigné Henri III Głogów pour lui succéder en Basse Silésie [7]. Mais les bourgeois et les nobles de Wrocław ne l’acceptent pas comme souverain et celui-ci, devant la révolte, doit s’enfuir en juillet 1290.

La population de Wrocław offre le trône à Henri V le Gros, le duc de Legnica. Henri III ne se résigne pas à perdre la Basse Silésie et un conflit de longue durée s’ouvre avec Henri V le Gros pour la possession du duché de Wrocław.

Il se lie avec Albert 1er duc de Brunswick et épouse sa fille Mathilde en mars 1291. Il s’allie aussi avec Othon IV, le margrave du Brandebourg [8], ainsi qu’avec Przemysl II de Grande Pologne. Avec ce dernier, il arrive aussi à un accord selon lequel il sera son successeur en Grande Pologne si Przemysl II n’a pas de descendant masculin. Mais, celui-ci sera remis en cause en 1293.

Au début de novembre 1293, Henri III réussit à faire enlever Henri V le Gros et à l’emprisonner pendant 6 mois dans son château de Głogów, dans des conditions très difficiles, jusqu’au moment où celui-ci accepte de lui céder une grande partie de son duché [9] et de lui verser la somme de 30 000 marks. Après son retour de captivité, Henri V le Gros n’arrive pas à se remettre de ses difficiles conditions de captivité et décède au début du mois de février 1296.

Przemysl II, devenu roi de Pologne en 1295, décède en février 1296. L’alliance entre Henri III de Głogów et la Grande Pologne s’était terminée en 1293, quand Przemysl II s’était rapproché de Ladislas Ier le Bref, le duc de Cujavie [10].

La Grande Pologne choisit Ladislas 1er le Bref pour succéder à Przemysl II, mais Henri III veut faire valoir ses droits sur le trône de Grande Pologne. Les deux parties trouvent un accord le 10 mars 1296, grâce notamment à l’intervention de Jan Gerbicz. Henri III de Głogów reçoit toute la région au sud de l’Obra [11]. De plus, Ladislas 1er le Bref adopte Henri IV le Fidèle , le fils d’Henri III, à qui il promet d’offrir, lorsque celui atteindra l’âge de sa majorité, le duché de Poznań [12]. Et si Ladislas décède sans descendance, Henri IV le Fidèle héritera de toute la Grande Pologne.

En mars 1296, alors que Henri III négociait avec Ladislas 1er, Bolko Ier de Świdnica s’empare de Chojnów [13] et de Bolesławiec [14]. La guerre se termine en mars 1297, suite à la médiation de Venceslas II. Bolko 1er de Jawor abandonne les deux villes conquises.

La même année, Henri III est invité à Prague pour le couronnement de Venceslas II. Les relations avec Ladislas 1er se détériorent et conduisent à la guerre entre les deux ducs. En juin 1298, à Kościan, Henri III conclut un accord avec André Zaremba, évêque de Poznań et chef de file des opposants à Ladislas 1er. En échange d’un soutien pour s’emparer de la Grande Pologne, de la Poméranie [15] de Gdańsk [16] et de la couronne de Pologne, il promet d’élargir les privilèges de l’Église et d’offrir le poste de chancelier du royaume à une personne du camp des opposants à Ladislas 1er. Ce conflit affaiblit les ducs Piasts et sert les intérêts de Venceslas II. Le 23 août 1298, Ladislas le Bref reconnaît Venceslas II comme suzerain. Peu de temps après, Venceslas II envahit la Grande Pologne et expulse Ladislas.

Henri III resta passif lors de la conquête de la Grande Pologne et de la Poméranie de Gdańsk par les Tchèques, parce qu’un conflit l’opposait dans son propre duché à l’évêque de Wrocław. Ce conflit a pour origine l’annexion par Henri III, en mars 1299, du duché de Żagań, qui appartenait jusque là à son frère Conrad II le Bossu. Henri III justifiant cette annexion parce que son frère avait obtenu de hautes fonctions au sein de l’Église. Immédiatement, Conrad II rentra pour récupérer son duché mais Henri III ne voulu rien entendre et emprisonna son jeune frère. Suite à l’intervention de nombreux vassaux et hommes d’église, Henri III dû libérer son frère et lui rendre son duché. Le conflit avec l’Église se termina le 24 avril 1300 quand Henri III confirma les privilèges de l’évêque de Wrocław.

En 1301, il se donne le titre de Seigneur du royaume de Pologne, duc de Silésie, maître de Głogów et de Poznań. Un conflit armé avec Venceslas II, roi de Bohême, qui s’était fait aussi couronner roi de Pologne, semble de plus en plus inévitable. Henri III se fâche vraiment quand Venceslas prend sous sa protection les fils d’Henri V le Gros. Malgré la tension extrême, la guerre n’éclate pas, Venceslas II étant trop occupé à vouloir faire monter son fils sur le trône de Hongrie. La mort de son frère Conrad II le Bossu, le 11 octobre 1304, lui permet d’annexer sans aucun problème le duché de Żagań. La mort de Venceslas II en 1305, suivie de celle de son fils l’année suivante, rendent Henri III maître de la situation en Grande Pologne.

Au printemps 1306, Henri III réussit à s’emparer de la plus grande partie de l’héritage de Przemysl II. Seules lui résistent les zones frontalières avec la Cujavie et avec la Poméranie de Gdańsk où s’était installé Ladislas 1er. De même, Kalisz [17], où s’était retranché Boleslas III le Prodigue le fils de Boleslas V le Gros, résiste pendant 2 ans. Celui-ci ambitionnait de succéder à Venceslas II dont il avait épousé la fille. Une action conjointe d’Henri III et du nouveau roi tchèque ramena à la raison Boleslas le Prodigue.

Il pu maintenir la paix sur tous ses territoires. En Grande Pologne, il s’appuya sur des étrangers, sans doute des Silésiens et des Allemands. Il a mené une politique de développement économique dans son duché. Il fit des réformes administratives, judiciaires et monétaires. Il fonda de nombreuses villes [18]. Il fit également bâtir des églises et des monastères et il encouragea des artistes à mettre en valeur sa propre dynastie. C’est aussi à sa demande que fut réalisé le tombeau de Przemysl II dans la cathédrale de Poznań.

Henri III est mort le 9 décembre 1309 et fut inhumé dans l’église cistercienne de Lubiąż [19]. Son territoire se disloqua après avoir été partagé entre ses fils.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Henri III de Głogów/ Portail de la Pologne/ Catégories  : PiastDuc de Grande PologneDuc de Silésie

Notes

[1] Wrocław est située au sud des « monts des Chats », au nord des Sudètes, la ville est traversée par le fleuve Oder, qui se divise en plusieurs bras, et quatre de ses affluents : la Bystrzyca, l’Oława, la Ślęza et la Widawa. Ces cours d’eau, avec les fosses municipales et les canaux d’évacuation qui s’y ajoutent, créent 12 îles et sont enjambés par plus de 120 ponts, ce qui vaut à Wrocław le surnom de « Venise polonaise ». La ville fut fondée au 10ème siècle et connue sous son ancien nom polonais Wrocisław. La ville était administrée par la dynastie Piast, mais n’était pas considérée comme aussi importante économiquement que Legnica (Liegnitz) ou Brzeg (Brieg), qui étaient les centres administratifs de la Silésie avant le 15ème siècle. Breslau suivit le sort de la région qui passa de la Pologne à la couronne de Bohême (dans le Saint-Empire romain germanique) en 1335, puis avec elle en 1526 à l’Autriche.

[2] Legnica (autrefois Lignica) est une ville de la voïvodie de Basse-Silésie, en Pologne. Elle forme elle-même un powiat et est aussi le chef-lieu du powiat de Legnica dont elle ne fait pas partie.

[3] Głogów est une ville du sud-ouest de la Pologne, dans la voïvodie de Basse Silésie. Głogów est l’une des plus anciennes villes de Pologne. Elle fut fondée par une tribu slave nommée les Dziadoszans, ou Dadosesani, et intégrée dans le premier État polonais. La première référence date de 1010 dans les chroniques de Thietmar quand elle fut conquise par les Allemands menés par Henri II du Saint Empire et de nouveau assiégée par les forces germaniques le 9 août 1017. Le 24 août 1109, la bataille de Głogów a lieu contre l’armée de l’empereur Henri V. En 1157, la ville fut prise par Frédéric Barberousse qui massacra de nombreux habitants. En 1180 sous le pouvoir de Conrad 1er de Mazovie, fils de Ladislas II le Banni, Glogów reconstruit devient la capitale de la principauté et en 1253 obtient les privilèges du droit de Magdebourg.

[4] Żagań connue également sous son nom allemand de Sagan, est une ville de Pologne dans la voïvodie de Lubusz, dont la partie sud (y compris Żagań) appartient historiquement à la Basse-Silésie. C’est le chef-lieu du powiat de Żagań.

[5] Ścinawa est une ville de Pologne. Elle est le chef-lieu d’une commune du district (powiat) de Lubin qui fait partie de la voïvodie de Basse-Silésie.

[6] Chef-lieu de la voïvodie de Petite-Pologne, elle est située à 300 km au sud de Varsovie, sur la Vistule. Datant du 7ème siècle, c’est une des villes les plus anciennes et les plus importantes de Pologne, dont le patrimoine architectural est très bien conservé. La ville historique se situe au pied de la colline du Wawel. Cracovie était, avant Varsovie, la capitale de la Pologne et elle est souvent considérée comme le véritable centre du pays avec ses traditions et son passé vieux de plus de 1 000 ans. Elle est le centre culturel et scientifique du pays, avec l’Université jagellonne de Cracovie, la deuxième plus ancienne université d’Europe centrale (1364, après celle de Prague fondée en 1348 ; celle de Varsovie date de 1816).

[7] La Basse Silésie est la partie nord - ouest de la région historique et géographique de la Silésie. Tout au long de son histoire la Basse Silésie a été sous le contrôle du Royaume de Pologne , du Royaume de Bohême et en 1526 de la monarchie des Habsbourg.

[8] Les souverains de Brandebourg sont successivement margraves puis princes-électeurs et rois régnant dans la marche de Brandebourg. À partir de 1618, ils portent en union personnelle aussi le titre de ducs en Prusse créant ainsi l’État de Brandebourg-Prusse puis, après le couronnement de Frédéric 1er en 1701, le titre de roi en Prusse. L’existence de la marche de Brandebourg prend aussi fin avec la dissolution du Saint Empire romain en 1806.

[9] les villes de Namysłów, Bierutów, Oleśnica, Kluczbork, Byczyna, Wołczyn, Olesno, Chojnów et Bolesławiec

[10] La Cujavie, ou Coujavie, ou Couïavie, est une région historique de la Pologne, bordée par la Vistule à l’est et la Noteć à l’ouest, par la Noteć et la Krówka au sud. Au début du Moyen Âge, la Cujavie faisait partie de la Grande-Pologne et se limitait principalement à la région de Kruszwica. Au 12ème siècle, l’influence politique des ducs locaux s’est étendue à une grande partie de la Mazovie. Grâce aux sols très fertiles et à la densité élevée des rivières, la région s’est développée très rapidement. L’histoire politique de la Cujavie est aussi compliquée que celle de la région voisine de Mazovie. Au 11ème siècle, Kruszwica devient le siège d’un évêché. Il est très vite supprimé mais vers 1123 un nouvel évêché est fondé à Włocławek qui devient la capitale de la région. En 1186 ou 1194, Mieszko III le Vieux s’empare de la région qu’il offre à son fils Boleslas qui devient duc de Cujavie. En 1195, à la mort de Boleslas, la Cujavie réintègre le duché de Mazovie. Vers 1231, Conrad 1er de Mazovie recrée le duché de Cujavie et l’offre à son fils Casimir 1er de Cujavie. Après sa mort en 1267, la Cujavie est divisée en deux parties (ayant pour capitales Inowrocław et Brześć Kujawski) sur lesquelles règneront ses successeurs.

[11] L’Obra est une rivière de l’ouest de la Pologne. Elle est un affluent de la rive gauche de la Warta et donc un sous-affluent de l’Oder. L’Obra a une longueur de 164 km et son bassin hydrographique recouvre une superficie de 2 758 km². Sa source se trouve au sud-ouest de la ville de Jarocin. Elle rejoint la Warta un peu en aval de Skwierzyna. Le cours d’eau relie plusieurs lacs.

[12] Poznań est une ville de l’Ouest de la Pologne sur la Warta, capitale de la voïvodie de Grande-Pologne. Les origines de Poznań sont étroitement liées aux débuts de l’État polonais. Les premières bourgades slaves découvertes dans la région datent du 9ème siècle : un château fut alors construit sur Ostrów Tumski, île sur la Warta. Le développement de la ville débuta au temps du prince Mieszko 1er et du roi Boleslas le Vaillant, les premiers souverains polonais. Dès 968, un évêché y fut fondé. Poznań était alors un des deux centres clés de l’État polonais ; l’autre était Gniezno.

[13] Chojnów, est une ville du sud-ouest de Pologne sur le Skora, dans la voïvodie de Basse-Silésie. Chojnów est situé à 18 kilomètres à l’est de Legnica, 26 km à l’ouest de Bolesławiec et 18 km au sud de Złotoryja.

[14] Bolesławiec est une ville de Pologne située dans la voïvodie de Basse-Silésie. Elle est le chef-lieu du powiat de Bolesławiec et aussi de la gmina Bolesławiec dont elle ne fait pas partie. La ville est réputée pour ses céramiques au dessin très original.

[15] La Poméranie est une région côtière au sud de la mer Baltique dans le nord-ouest de la Pologne et le nord-est de l’Allemagne. Elle comprend les estuaires de la Vistule et de l’Oder atteignant la rivière Recknitz à l’ouest et s’étend sur environ 200 kilomètres à l’intérieur des terres. La limite orientale fait l’objet de plusieurs interprétations dans la terminologie polonaise et allemande : en Pologne, la Poméranie orientale (Pomorze Gdańskie) correspond au territoire le long de la baie de Gdańsk jusqu’à la Pomésanie sur la rive droite de la Vistule, alors que les termes allemands de la Poméranie antérieure et postérieure se réfèrent à l’ancienne duché de Poméranie et à la province de Poméranie au sein de l’État de Prusse.

[16] Gdańsk ou Dantzick en français, située sur la mer Baltique, est la 6ème ville de Pologne par sa population et la plus grande ville portuaire de ce pays.

[17] Kalisz (en latin Calisia, en allemand Kalisch, en russe Калиш) est une ville de Pologne. Elle devient le siège d’un gouverneur (castellan) en 1136. En 1139, les premiers Juifs commencent à s’installer à Kalisz. Suite au démembrement féodal de la Pologne, la ville devient la capitale d’un duché en 1190. En 1233, Henri 1er le Barbu détruit l’ancien fort dans sa guerre contre Ladislas Odonic. Il fait reconstruire la ville et un nouveau fort. Boleslas le Pieux accorde les privilèges urbains (droit de Magdebourg) à Kalisz vers 1257. Le 16 août 1264, la communauté juive de Kalisz est la première à être gratifiée par Boleslas le Pieux de statuts particuliers, calqués sur les droits des Juifs du Saint Empire : liberté de culte, statut juridique distinct (permission de commercer et de pratiquer l’usure) et protection ducale (Charte de Kalisz). Après la réunification des territoires polonais par Ladislas 1er le Bref, Kalisz devient le chef-lieu d’une voïvodie en 1314. En 1343, Casimir III le Grand conclut à Kalisz un traité de paix avec les Teutoniques.

[18] notamment Góra, Wąsosz, Polkowice, Twardogóra, Sulechów, Zielona Góra, Lubin, Przemęt et Kościan

[19] Lubiąż est un village de la voïvodie de Basse-Silésie, en Pologne, sur la rive orientale de l’Oder.