Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Magon Barca

lundi 4 avril 2016 (Date de rédaction antérieure : 27 juillet 2011).

Magon Barca (243 av jc-203 av jc)

Général carthaginois

Magon Barca Général carthaginois

Fils d’Hamilcar et frère d’Hannibal. Durant la 2ème guerre punique [1], il prend part à l’invasion de l’Italie avec ses 2 frères. Il participa à la bataille de la Trébie [2] puis à celle de Cannes [3]. Il fut ensuite envoyé par Hannibal dans le sud de l’Italie et soumit le Samnium [4] et le Bruttium [5]. De là, il repart à Carthage pour porter la nouvelle de la victoire et demander des renforts pour son frère.

Il est ensuite placé à la tête d’un corps qui fut envoyé en renfort vers l’Hispanie [6] suite à la défaite de Dertosa. De 215 à 212 av jc, aux côtés de son frère Hasdrubal et de Hasdrubal Gisco, il combat les armées romaines commandées par Publius Cornelius et Gnaeus Cornelius Scipio Calvus. Toutefois, un statu quo s’installe et aucun des partis ne remporta de victoires décisives pendant cette période. En 211 av jc, les armées carthaginoises furent séparées et les Scipion décidèrent de profiter de cette opportunité pour les combattre une à une. Publius Cornelius Scipio marcha contre Magon alors que Gnaeus parti combattre Hasdrubal Barca. Hasdrubal Gisco, le chef ibérique Indibilis et Massinissa à la tête de ses Numides [7] parvinrent à le rejoindre et battent ensemble l’armée romaine. Les armées carthaginoises se hâtèrent alors de rejoindre Hasdrubal Barca. L’armée romaine fut à nouveau vaincue.

La conquête de l’Hispanie semble alors à portée de main mais l’armée romaine parvient à se reconstituer et l’arrivée de Scipion l’Africain renversa la situation. Il fut battu en 207 av jc par Marcus Silanus et se trouve obligé de se réfugier à Gadès [8]. Les Carthaginois se dispersèrent alors et tentèrent de soulever l’Hispanie contre les Romains. En 206 av jc, Scipion vainc les Carthaginois à Ilipa [9]. Hasdrubal Gisco part en Afrique du Nord alors que Magon retourne à Gadès. En 205, Scipion doit faire face à des soulèvements de tribus ibères [10] et à une mutinerie. Magon ne parvient pas à profiter de ces difficultés éprouvées par les Romains. Lorsqu’il tente de reprendre Carthagène [11], il est vaincu et tente de revenir à Gadès mais les portes de la ville lui sont barrées.

Il décida alors de faire voile vers les îles Baléares, où la ville de Mahón [12] conserve son nom. Il est d’abord rejeté de la plus grande île avant d’accoster sur la plus petite. De là, sur ordre du Sénat carthaginois, il passa en Italie et débarqua en Ligurie [13] en 205 av jc. Il s’empara de la ville de Gênes [14] et de Savone [15]. Durant 3 ans, il sera maître du nord de l’Italie et tenta de soulever les Ligures et les Gaulois. En 203, se rendant à sa base en Ligurie, il livra une bataille contre 4 légions romaines dans la vallée du PO en gaule Cisalpine [16] où il fut gravement blessé.

Il fut rappelé par Carthage pour aider à la défense de la cité contre Scipion l’Africain qui avait débarqué en Afrique du Nord. Le voyage lui fut fatal et Magon meurt en mer des suites de ses blessures.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de histoire de Magon Barca/ Histoire du Monde/

Notes

[1] La Deuxième Guerre punique, (218-202 av. jc) est le 2ème des 3 conflits connus sous le nom de guerres puniques, qui opposent Rome à Carthage. Plus précisément, ce conflit a lieu au 3ème siècle av. jc, de 219 à 203 av. jc en Europe, puis de 203 à 202 av. jc en Afrique. Cette guerre a commencé à l’initiative des Carthaginois, qui ont voulu prendre leur revanche suite à leur défaite lors de la 1ère guerre punique.

[2] Après sa défaite dans l’engagement du Tessin, Publius Cornelius Scipio s’était replié sur la Trébie où il attendait le renfort de l’autre consul, Tiberius Sempronius Longus. Avant que ce dernier ne le rejoigne mi-décembre, Scipion subit des défections parmi ses alliés gaulois tandis qu’Hannibal accumulait au contraire les ralliements de guerriers celtes. Quelques jours avant la bataille, une escarmouche de cavaliers avec les Romains tourne à l’avantage de ces derniers. Cela redonne vigueur à l’armée romaine après sa défaite à Tessin. Spicion décide d’agir si l’occasion se présente pour profiter de l’enthousiasme de ses troupes, ou si rien ne se produit attendre les renforts du second consul. Hannibal devait agir pour conserver à ses troupes leur cohésion et leur motivation.

[3] La bataille de Cannes est une victoire écrasante d’Hannibal Barca sur les légions romaines au cours de la Deuxième Guerre punique. Le 2 août 216 av. jc, le général carthaginois écrase les troupes romaines beaucoup plus nombreuses. Grâce à une manœuvre géniale, sa victoire est totale et lui permet de s’établir durablement dans le sud de l’Italie.

[4] Le Samnium était une région du sud des Apennins en Italie que contrôlaient les Samnites, un groupe de tribus sabelliennes de 600 à 290 av.jc. Le Samnium était délimité par le Latium au nord, la Lucanie au sud, la Campanie à l’ouest et l’Apulie à l’est. Les principales cités de la région étaient Bovaiamom (renommée Bovianum Undecumanorum par les latins et Bojano aujourd’hui), Malventum rebaptisée Beneventum, Benevento aujourd’hui). La capitale de la fédération samnite était Bovaiamom, excepté sur une courte période entre le 4ème siècle av. jc et le 3ème siècle avjc , où elle était située à Aquilonia détruite par les Romains en 293av.jc.

[5] La Calabre est d’abord sous domination lucanienne, puis elle est colonisée par les Grecs en raison de son importance stratégique avec le contrôle du détroit de Messine. La colonisation grecque est assez importante et la région est progressivement hellénisée. Avec la Sicile, elle constitue la « Grande Grèce ». C’est la terre d’adoption de Pythagore. À partir du 3ème siècle av. jc, la région passe peu à peu sous le contrôle de Rome qui l’appelle Bruttium, du nom du peuple des Bruttiens, anciens alliés de Hannibal, qui occupent la région.

[6] L’Hispanie est le nom donné par les Romains à la péninsule Ibérique. Depuis le 15ème siècle l’Hispanie est l’hôte des États modernes espagnol et portugais. Au début les Carthaginois installent des comptoirs commerciaux sur la côte, sans pousser plus profondément à l’intérieur de l’Hispanie. En 501 av.jc, ils s’emparent de Gadès (Cadix), une ancienne colonie phénicienne. Après la première Guerre punique, les Carthaginois s’étendent rapidement dans le Sud, sous la conduite des Barcides. Ils y exploitent des mines d’or et redonnent à Carthage sa puissance économique et commerciale. En 230, ils fondent Carthagène, la nouvelle Carthage (Cartago Nova). En 218 av.jc, Hannibal forme une puissante armée qui comprend un contingent d’Ibères, et commence la deuxième Guerre punique en prenant Sagonte, puis en marchant vers l’Italie. Les Romains ne peuvent l’intercepter en Gaule, et dirigent une partie des leurs forces sur l’Hispanie, qui devient un théâtre d’opération de cette guerre. Après divers affrontements, Scipion l’Africain prend Carthagène en 209, et en 207, Hasdrubal mène les dernières forces carthaginoises de l’Hispanie vers l’Italie. En 202, la capitulation de Carthage livre officiellement l’Hispanie carthaginoise à Rome. En 197 av.jc, les Romains divisent l’Hispanie en deux provinces : Hispanie citérieure, donnant sur la Méditerranée, et Hispanie ultérieure (car plus éloignée de Rome), comprenant le Sud et tournée vers l’océan.

[7] La Numidie est un ancien royaume du Maghreb central (300 av. Jc/ 46 av. jc) qui couvre le nord de l’actuelle Algérie. Ses habitants, les Numides, peuple berbère, créèrent un état puissant à la civilisation particulière. Ce fait politique est original dans l’histoire de l’Afrique antique car les Berbères, autochtones de l’Afrique du Nord, virent se succéder des dominations et des influences étrangères (carthaginoises, romaines, vandales et byzantines...). La Numidie avait pour capitale Cirta (l’actuelle ville de Constantine). Le cœur de la Numide se situerait donc dans l’actuel Constantinois, une plaine bordée par le Hodna, la Petite Kabylie et les Aurès. Les tribus berbères de l’actuelle Tunisie furent également considérées comme numides ; cependant les Numides se distinguent des Maures, regroupés en fédération peuplant l’ouest du Maghreb et des Gétules dans les confins sahariens

[8] Gadès est le nom de la ville actuelle Cadix. La cité fut fondée vers 1100 av. jc par les Phéniciens, au sud de l’Ibérie, à l’entrée du détroit de Gibraltar, sur le golfe atlantique de Gadès. Ses habitants, les Gaditains, étaient des commerçants et des marins réputés. Les Carthaginois s’emparèrent de la ville en 501 av.jc. La Seconde Guerre punique entre la République de Carthage et la République romaine commença par un différend sur l’hégémonie sur Sagonte, une ville côtière hellénisé et allié de Rome. Après de nombreuses batailles entre les Romains et les Carthaginois dans la Péninsule Ibérique, seul Gadir avec l’aide de Magon Barca résista un certain temps, mais assiégée par Scipion l’Africain, elle se rend sans condition à la République romaine en 206 av.jc tout en maintenant sa forte activité commerciale.

[9] La bataille d’Ilipa aussi connu sous le nom de Bataille de Silpia, se déroule en 206 av.jc entre l’armée carthaginoise menée par Hasdrubal Gisco et l’armée romaine dirigée par Publius Cornelius Scipio, qui n’est pas encore surnommé l’Africain, à la fin de la 2ème Guerre punique.

[10] L’Ibérie, aussi connue sous le nom d’Ivérie, est le nom donné par les Grecs et les Romains à l’ancien royaume de Karthlie et correspondant approximativement aux parties méridionale et orientale de l’actuelle République de Géorgie. Les Ibères du Caucase forment une base pour le futur État géorgien et, en même temps que les Colches de Colchide, le noyau de la population géorgienne actuelle. La région n’était, jadis, habitée que par quelques tribus qui faisaient partie du peuple appelé « Ibères ».

[11] Carthagène est une ville espagnole située près de la Mer Méditerranée dans la communauté autonome de la Région de Murcie, dont c’est la capitale législative. La ville de Carthagène fut fondée par le Carthaginois Hasdrubal le Beau en 227 av.jc, probablement sur une installation ibérique ou tartessienne antérieure. De plus, une activité commerciale importante existe dans la zone depuis au moins le 6ème siècle av. jc.

[12] Port Mahon, Maó en catalan et Mahón en castillan est une commune d’Espagne de l’île de Minorque dans la communauté autonome des Îles Baléares. La ville est située dans l’est de l’île.

[13] Région d’Italie située dans le nord-ouest de la péninsule. Son nom vient du peuple antique des Ligures, même si ceux-ci occupaient un territoire beaucoup plus étendu que celui de la Ligurie actuelle. La capitale régionale est Gênes. La Ligurie forme un arc de cercle autour du golfe de Gênes. Elle est entourée par les Alpes et l’Apennin. C’est une région très ouverte sur la mer et largement montagneuse.

[14] Gênes est une ville italienne, capitale de la Ligurie, premier port italien et deuxième port de la mer Méditerranée. Gênes est située sur le golfe de Gênes, partie septentrionale de la mer de Ligurie. La ville correspond à l’inclinaison de l’arc de cercle formé à cet endroit par la côte. Au nord de la ville commencent les Apennins, débouchant à proximité sur la plaine du Pô. Gênes offre une façade méditerranéenne au nord de l’Italie, à 193 km de Nice au sud-ouest, à 155 km de Milan au nord et à 518 km de Rome au sud-est.

[15] Savone est une ville italienne, chef-lieu de la province du même nom en Ligurie, région de l’Italie du Nord-Ouest, bordant la Méditerranée. Commune du Saint Empire romain germanique, elle a donné deux papes : Sixte IV et son neveu Jules II. Elle fut annexée en 1528 par Gênes.

[16] La Gaule cisalpine est une région de l’Italie antique qui couvrait essentiellement la plaine du Pô en Italie du Nord. Elle était ainsi nommée par les Romains de par sa position en-deçà des Alpes (par opposition à la Gaule transalpine, s’étendant au-delà).