Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Hannibal Barca

mercredi 2 août 2017 (Date de rédaction antérieure : 22 juillet 2011).

Hannibal Barca (247-183 av jc)

Chef de guerre Carthaginois

Hannibal Barca Chef de guerre Carthaginois

Fils d’Hamilcar Barca, qui l’éleva dans le désir de venger les défaites carthaginoise de la 1ère guerre punique [1] et dans la haine des Romains. Il apprend d’un précepteur spartiate, nommé Sosylos, les lettres grecques, l’histoire d’Alexandre le Grand et l’art de la guerre.

Il accompagna tout jeune son père dans la conquête de l’Espagne, Son apprentissage de la pratique de l’action militaire intervient rapidement sur le terrain sous l’égide de son père puis de son beau-frère Hasdrubal le Beau qui succède à Hamilcar tué sur le champ de bataille contre des rebelles espagnols en 229 av jc et le nomme à la tête de la cavalerie.

Hadrusbal signe en 226 un traité avec Rome partageant la péninsule ibérique en 2 zones d’influence. L’Èbre [2] en constitue la frontière, Carthage [3] ne devant pas s’étendre au-delà de ce fleuve dans la mesure où Rome ne s’étendrait pas non plus au sud du cours d’eau. En 221av jc, Hasdrubal fonde la nouvelle capitale, Carthagène située en Murcie [4] au sud de l’Espagne. Mais, un peu plus tard, un esclave gaulois, accusant Hadrusbal d’avoir assassiné son maître l’assassine à son tour en 221 av jc.

Il est alors choisi par l’armée carthaginoise pour succéder à Hadrusbal en tant que commandant en chef. Il est ensuite confirmé dans cette fonction par le gouvernement malgré l’opposition de Hannon, riche aristocrate carthaginois. Il a alors à peine 25 ans. Dès cette époque, il se trouvait en butte dans sa patrie à l’hostilité très active d’un parti favorable à la Paix.

Doué d’une résistance physique et morale à toute épreuve, capable de se montrer tour à tour d’une extrême prudence et d’une audace irrésistible dans le danger, il alliait les conceptions stratégiques les plus grandioses à une habilité tactique et une science logistique qui firent de lui l’un des plus grands hommes de guerres. Après avoir assumé le commandement, il passe 2 ans à consolider les possessions hispaniques et à terminer la conquête des territoires au sud de l’Èbre. Cependant, Rome, redoutant la puissance grandissante d’Hannibal en Hispanie, conclut une alliance avec la ville de Sagonte [5], pourtant située à une distance considérable au sud de l’Èbre dans la zone reconnue à l’influence carthaginoise, et déclare la cité sous son protectorat. L’argumentaire romain s’appuie sur le traité de 241 av jc qui interdit à Carthage de s’attaquer à un allié de Rome tandis qu’Hannibal met en avant le traité signé par Hasdrubal qui lui reconnaît la souveraineté carthaginoise au sud de l’Èbre. Hannibal encercle Sagonte et mène le siège de la ville qui tombe en 219 av jc, après 8 mois.

Rome réagit à ce qu’elle considère comme une violation du traité et réclame justice auprès du gouvernement carthaginois. En raison de la grande popularité d’Hannibal et du risque de perte du prestige carthaginois en Hispanie, le gouvernement oligarchique de Carthage ne renie pas ces actions et la guerre à laquelle le général avait pensé, la 2ème Guerre punique, est déclarée à la fin de l’année.

Après que les Carthaginois eurent encerclé et détruit Sagonte, les Romains décidèrent de contre-attaquer sur 2 fronts en Afrique du Nord et en Hispanie, à partir de la Sicile qui devait leur servir de base opérationnelle.

Cependant, il mit en place une stratégie pour le moins inattendue, il voulait porter la guerre au cœur de l’Italie par une marche rapide à travers l’Hispanie et le sud de la Gaule. Sachant que sa flotte était largement inférieure à celle des Romains, il ne les attaqua pas par la mer. Jusqu’à la fin du printemps 218, période à laquelle il quitta Carthagène, il mit sur pied une grande armée et envoie des représentants négocier son passage à travers les Pyrénées et nouer des alliances le long de son trajet.

A la tête de 40 000 hommes, traversant l’Ebre, les Pyrénées, la Gaule méridionale et les Alpes, il suscita, par son apparition en Italie, une révolte des Gaulois Cisalpins, qui se joignirent à lui. Bien qu’ayant perdu près de la moitié de son armée initiale, il réussit par sa promptitude et son habilité tactique, à infliger aux Romains une série de défaites sur le Tessin [6], sur la Trébie [7] en décembre 218 av. jc et près du lac Trasimène [8] en Ombrie au printemps 217 av jc. Faute de matériel de siège, il renonça à attaquer Rome et poursuivit sa route vers l’Italie du Sud, afin de recevoir plus aisément des renforts de Carthage.

Dans un premier temps, il vise l’Apulie [9], et notamment la ville de Capoue [10]. Au printemps 216, il prend l’initiative en attaquant un dépôt important de ravitaillement à Cannes.

Par cette action, il se place entre les Romains et leur source cruciale de vivres. Le Sénat romain élit Caius Terentius Varro et Lucius Aemilius Paullus nouveaux consuls. Espérant la victoire, ces derniers lèvent une nouvelle armée. La rencontre, a finalement lieu le 2 août 216 sur la rive gauche de la rivière Ofanto [11] au sud de l’Italie près de laquelle les Romains installent leur campement. Les armées des 2 consuls sont réunies, ces derniers alternant quotidiennement le commandement des troupes. Varro, choisi comme chef pour la première journée, est déterminé à vaincre Hannibal. À la tête de 50 000 hommes, le Carthaginois capitalise sur la colère de Varro et l’attire dans un piège en usant d’une tactique d’encerclement. Il élimine ainsi l’avantage numérique des Romains en réduisant la surface de combat. Hannibal place son infanterie la plus faible en demi-cercle et la renforce par des cavaliers gaulois et numides sur ses flancs. Les légions romaines qui s’étalent sur un kilomètre et demi s’engouffrent dans la partie centrale mais les flancs carthaginois suivent le mouvement et enferment les légionnaires. L’efficacité de la cavalerie d’Hannibal est irrésistible et Hasdrubal, qui commande le flanc gauche, après avoir contourné les troupes romaines par l’arrière, attaque la cavalerie de Varro. L’armée romaine n’a plus aucun moyen de s’échapper.

À la fin de la bataille, il récupère les anneaux des chevaliers romains tombés au combat, ce qui lui permet de donner la preuve irréfutable au gouvernement carthaginois de sa victoire sur les Romains.

Grâce à sa brillante tactique et bien que disposant de moins d’hommes, il parvient à anéantir pratiquement la totalité des forces rivales. La bataille de Cannes [12] est la plus désastreuse défaite des Romains. Les pertes de ces derniers sont évaluées entre 25 000 et 70 000 morts. Parmi les morts figurent le consul Lucius Aemilius Paullus ainsi que 2 anciens consuls, 2 questeurs, 29 des 48 tribuns militaires et 80 sénateurs. De plus, 10 000 Romains sont capturés par Hannibal. Quant aux Carthaginois, ils perdent 6 000 hommes.

Ce triomphe entraîna la défection de Capoue et de presque tous les anciens alliés de Rome en Italie méridionale, cependant que Syracuse [13] et la macédoine faisaient alliance avec lui. Mais Hannibal, épuisé par ses succès, dut se rendre à Capoue, ou il attendit les renforts que le sénat de Carthage, jaloux de sa gloire, lui refusait.

Ce répit permit aux Romains d’accomplir un énergique redressement. Ils s’emparèrent de Syracuse, Capoue en 212, Brindes [14], Tarente  [15] et portèrent la guerre en Espagne tandis qu’Hannibal tentait vainement un raid sur Rome en 211 av jc.

Une armée de secours carthaginoise commandée par son frère Hastrudal fut vaincue sur le Métaure [16] en 207 av. jc, une autre, sous les ordres de Magon, fut détruite en Ligurie [17] en 205 av jc. Hannibal se trouvant neutralisé pendant 13 ans en Italie du Sud. Les Romains s’allièrent aux Numides [18], et Scipion passa en Afrique, résolu à attaquer la ville de Carthage en 204 av .jc. Effrayé, le sénat carthaginois rappela Hannibal en 203 av. jc. Mais il manquait de cavaliers et fut vaincu par Scipion à la bataille de Zama [19] en 202 av jc. Carthage dut demander la paix. Celle-ci fut extrêmement dure et établie la suprématie de Rome en méditerranée occidentale. Hannibal se fit élire suffète [20] et s’appuyant sur l’armée et le peuple, tenta de réorganiser l’Etat en brisant le pouvoir de l’Oligarchie. Mais ses ennemis le dénoncèrent aux Romains, et il fut contraint de chercher refuge auprès d’Antiochos, roi de Syrie, en 195 av jc. Il conseilla ce dernier dans sa lutte contre Rome. La défaite d’Antiochos en 189 av jc, l’obligea à fuir de nouveau, il trouva asile à la cour de Prusias de Bithynie, qu’il essaya d’entraîner lui aussi dans la guerre. Mais en 183 av jc, des ambassadeurs romains obtinrent qu’Hannibal leur fût livré. Pour leur échapper, il préféra s’empoisonner.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de histoire de Hannibal Barca/ https://www.hannibal-le-carthaginois.com

Notes

[1] À partir de 264 av. jc commence le grand affrontement contre Carthage, qui marque un tournant dans l’histoire de Rome. Carthage, ancienne colonie phénicienne a développé d’abord des comptoirs commerciaux, puis des points d’appui et des colonies dans toute la Méditerranée occidentale et notamment à l’ouest de la Sicile grâce à son esprit d’entreprise. Rome se méfie des ambitions carthaginoises en Sicile. C’est la cause de la première Guerre punique qui dure près de 25 ans

[2] L’Èbre est le plus puissant des fleuves espagnols. Sa longueur est de 928 km et son bassin versant a 85 550 km² de superficie.

[3] Carthage est une ville tunisienne située au nord-est de la capitale Tunis. L’ancienne cité punique, détruite puis reconstruite par les Romains qui en font la capitale de la province d’Afrique proconsulaire, est aujourd’hui l’une des municipalités les plus huppées du Grand Tunis, résidence officielle du président de la République, regroupant de nombreuses résidences d’ambassadeurs ou de richissimes fortunes tunisiennes et expatriées. La ville possède encore de nombreux sites archéologiques, romains pour la plupart avec quelques éléments puniques,

[4] Hasdrubal fonda la ville de Cartagène en 230 av. jc, en vue d’exploiter les mines d’argent de la région. Les Romains prirent cette ville aux Carthaginois en 210 av.jc grâce à Scipion. À la chute de l’Empire romain, les Wisigoths occupèrent la région de Murcie avant de céder la place aux Maures en 713.

[5] Sagonte est une ville de la Communauté valencienne, située à l’est de l’Espagne, 25 km au nord de la ville de Valence. C’est un important centre historique de la péninsule ibérique. Cette croissance est freinée par le conflit qui éclate de la rivalité entre Carthage et Rome : Sagonte prend le parti de la République romaine lorsqu’elle est assiégée par Hannibal2 et l’armée carthaginoise, sous la direction d’Hannibal, en l’an 218 av. jc, détruit totalement la ville après huit mois de siège et une résistance légendaire des habitants face à l’assiégeant. Cet événement est à l’origine de la deuxième guerre punique puis, après la victoire des Romains par leur reprise de la ville en 212, un nouveau processus d’expansion et de développement s’initie, la ville s’appelle désormais Saguntum.

[6] Le Tessin est une rivière de la Suisse méridionale et de l’Italie septentrionale, affluent de la rive gauche du Pô.

[7] actuelle Trebbia, rivière du Nord de l’Italie

[8] Le lac Trasimène est un lac de l’Italie centrale et le quatrième du pays pour son étendue. Il est de type alluvial et est alimenté principalement par les pluies et par quelques torrents. Comme il n’a pas d’émissaires, un canal le relie, depuis l’époque romaine, au Tibre. Ce lac a une superficie de 128 km² et une circonférence d’environ 40 km. Il est célèbre pour la bataille de Trasimène en 217 av. jc qui vit Hannibal Barca infliger une terrible défaite à l’armée romaine du consul Flaminius qui le poursuivait.

[9] Ancien nom de la région des Pouilles, en Italie.

[10] Capoue est une commune située dans la province de Caserte en Campanie, dans l’Italie méridionale.

[11] L’Ofanto est un fleuve côtier du sud de l’Italie, se jetant dans la mer Adriatique. Typiquement méditerranéen, c’est un cours d’eau capricieux, dont les rives et, surtout le delta, recèlent de riches faune et flore. Son cours a vu, au cours de l’histoire, s’épanouir de grandes civilisations, mais également passer de nombreuses vagues d’invasion, comme celle des Carthaginois, victorieux de Rome à la célèbre bataille de Cannes.

[12] La bataille de Cannes est une bataille majeure de la Deuxième Guerre punique qui eut lieu le 2 août 216 av. jc près de la ville de Cannes située dans la région des Pouilles au sud-est de l’Italie.

[13] Syracuse fut fondée au 8ème siècle av. jc par des colons grecs venant de Corinthe. Elle est aujourd’hui la principale ville de la province de Syracuse. Cicéron la présenta comme la plus grande et la plus belle des villes grecques.

[14] Brindisi est une ville de la province de Brindisi dans les Pouilles en Italie. C’est une ville importante de la côte adriatique, célèbre depuis l’antiquité. Son port en branches de cerf, le seul vraiment protégé de la côte adriatique, en a fait une porte vers l’Orient dès l’époque romaine. Cité grecque à l’origine et capitales des Salentins, Brindisium est conquise par le consul Marcus Atilius Regulus en 267 av. jc, achevant la conquête romaine du sud de l’Italie. Transformée en colonie romaine en 244 av.jc, elle fut rapidement reliée à Rome par la via Appia, puis par la Via Trajana en 109.

[15] Tarente est une ville italienne, chef-lieu de la province du même nom dans les Pouilles. Colonie spartiate dans l’Antiquité et l’une des cités les plus riches de la Grande-Grèce

[16] Le Métaure est un fleuve des Marches, en Italie, d’une longueur de 110 km depuis sa source dans les Apennins (Alpe della Luna près de Bocca Trabaria) jusqu’à son embouchure dans la mer Adriatique.

[17] Région d’Italie située dans le nord-ouest de la péninsule. Son nom vient du peuple antique des Ligures, même si ceux-ci occupaient un territoire beaucoup plus étendu que celui de la Ligurie actuelle. La capitale régionale est Gênes. La Ligurie forme un arc de cercle autour du golfe de Gênes. Elle est entourée par les Alpes et l’Apennin. C’est une région très ouverte sur la mer et largement montagneuse.

[18] La Numidie est d’abord un ancien royaume berbère, qui alterna ensuite entre le statut de province et d’état vassal de l’Empire romain. Elle est située sur la bordure nord de l’Algérie moderne, bordé par la province romaine de Maurétanie, de nos jours l’Algérie et le Maroc, à l’ouest, la province romaine d’Afrique, la Tunisie, à l’est, la mer Méditerranée vers le nord , et le désert du Sahara vers le sud. Ses habitants étaient les Numides.

[19] La bataille de Zama fut, en 202 avant l’ère chrétienne, un affrontement décisif de la deuxième guerre punique. Elle vit s’affronter les armées romaines, dirigées par Scipion l’Africain et le roi Numide massyle Massinissa, et carthaginoise d’Hannibal et l’autre roi numide massaessyle Syphax, qui y perdit la guerre. Peu après celle-ci, le sénat carthaginois signa un traité de paix qui mit fin à 20 ans de guerre. Zama se trouve à Siliana (nord-ouest de la Tunisie).

[20] Suffète est le nom des premiers magistrats de Carthage. Leur pouvoir ne durait que 1 an. Ils étaient à Carthage ce que les consuls étaient à Rome.