Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 12ème siècle > Louis VII dit le jeune

Louis VII dit le jeune

mercredi 6 décembre 2017, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 20 février 2012).

Louis VII dit le jeune ( 1120-1180)

Roi de France 1137-1180

Louis VII prend la croix à Vézelay en présence de saint Bernard » (en haut). Miniature extraite des Passages faits outre-mer par les Français contre les Turcs et autres Sarrazins et Maures outre-marins (vers 1490) de Sébastien Mamerot. (Bibliothèque nationale de France, Paris.)Fils de Louis VI et de Adèle de Savoie. Il vient tout juste d’épouser Aliénor d’Aquitaine lorsque son père meurt et qu’il doit monter sur le trône, le 1er août 1137, à 17 ans. Il fut instruit par le conseiller de Louis VI, l’abbé Suger, et, sans la mort accidentelle de son frère aîné en 1131, il serait rentré dans les ordres.

Mais Suger lui-même obligea le jeune prince à renoncer à sa vocation et poussa le roi à nommer son cadet comme successeur. C’est encore lui qui arrangea le mariage décisif de Louis VII avec l’héritière du duché d’Aquitaine. Aliénor apporte en dot un vaste territoire, couvrant la Gascogne, le Périgord, l’Auvergne, le Limousin et le Poitou, ainsi que des droits sur plusieurs grands fiefs de la France méridionale, notamment sur le comté de Toulouse [1].

Le roi dévot vit comme un ascète, entouré de prélats et de moines. On le dit bon, mais il est surtout faible et velléitaire. Il s’affronte au comte de Toulouse, qui refuse de faire hommage au nouveau souverain. Le siège devant la ville en 1141 est en échec humiliant, la plupart des grands feudataires ayant refusé leur concours aux forces royales. Nouvelle grave erreur qui se termine par un épisode tragique : intervenant dans un conflit entre le pape et le comte de Champagne, il envahit le comté, prend d’assaut la ville de Vitry en Perthois [2] et y fait mettre le feu en 1142. 3000 personnes qui s’était réfugiées dans l’église périssent dans les flammes. Pris de remords, le roi ne pense plus qu’à se croiser pour expier son crime. L’occasion lui est donnée 4 ans plus tard. Après le massacre général des chrétiens par les musulmans à Édesse [3], la promesse d’aider le royaume de Jérusalem n’a pas été tenue. Il décide qu’elle le sera par lui, malgré l’avis défavorable de Suger. La 2ème croisade est prêchée par le pape Eugène III. A l’assemblée de Vézelay, le roi prend la croix en 1146. La reine Aliénor, des barons du royaume et une foule de seigneurs le suivent pour rejoindre l’empereur de Constantinople, qui venait lui-même de se croiser.

L’expédition est un désastre total. Devant Damas, il perd une grande partie de son armée et doit retourner en France en 1149. La mésentente du couple royal de retour de Palestine est un nouveau sujet d’inquiétude pour Suger. La reine est réputée volage et n’a donné que des filles au roi. Suger n’en reste pas moins hostile au divorce des époux. Il le retarda autant qu’il vécut. Mais, à la mort de l’abbé en 1151, Louis VII commet sa plus grave erreur, il répudie Aliénor. Sous prétexte de consanguinité, l’annulation du mariage est prononcée au concile de Beaugency le 21 mars 1152. Il sera la cause des guerres qui éclatent peu après entre la France et l’Angleterre dont Aliénor épouse le roi. A peine retournée sur ses terres d’Aquitaine dont elle reprend possession, Aliénor épouse le comte d’Anjou et duc de Normandie, Henri Plantagenêt. Ensemble, ils auront 4 fils.

Louis VII comprend trop tard les graves conséquences politiques de son acte. De 1152 à 1180, son règne est gouverné par les conflits qui vont l’opposer à la maison des Plantagenêts et leur turbulente progéniture. En 1154, Henri est couronné roi d’Angleterre sous le nom d’Henri II Plantagenêt. Le mariage de son frère Geoffroi avec l’héritière du duché de Bretagne donne aux Plantagenêts un véritable empire familial, qui va de la frontière écossaise aux Pyrénées. En France, il englobe les trois quarts du royaume et la quasi-totalité des côtes occidentales. Ce déséquilibre territorial entre les deux souverains va provoquer une succession de guerres entrecoupées de trêves, de traités violés, de paix précaire. Il trouvera cependant des alliés auprès d’une partie du clergé et de l’aristocratie révoltée contre le despotisme dont fait preuve Henri II Plantagenêt. Pour la plupart de ses sujets, le nouveau roi d’Angleterre est un étranger, brutal et rapace, et il reste le vassal du roi de France dans ses fiefs du continent. Louis VII a pour lui le droit, une supériorité juridique autant que morale. Jouant son rôle de protecteur, il donne asile au pape Alexandre III, menacé par l’empereur Frédéric Barberousse en 1162, et à l’archevêque de Canterbury, Thomas Becket en 1164, pourchassé par Henri II Plantagenêt.

Il organise une entrevue de réconciliation entre ce dernier et Becket en 1169, mais ne peut empêcher qu’il soit assassiné, peu après, dans sa cathédrale en Angleterre.

Il va jusqu’à accueillir Aliénor, délaissée par son époux et qui dresse ses fils contre leur père. De ce conflit, qu’il soutient d’abord, il devient l’arbitre et préside à la paix de Montlouis le 29 septembre 1174. Le mariage qui en découle entre Richard, fils d’Henri II Plantagenêt, et de Adélaïde, fille de Louis VII, marque un temps d’arrêt dans les hostilités franco-anglaises. Après un pèlerinage au tombeau de Thomas Becket en 1179, il fait couronner son fils unique, Philippe qu’il a eu de sa 3ème épouse, Adèle de Champagne.

Au retour d’un pèlerinage, il prend froid et est terrassé par une hémiplégie.

Il meurt paralysé à l’abbaye de Saint Port [4] le 18 septembre 1180. Il est enterré à l’abbaye de Barbeau. Son successeur est Philippe II Auguste.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article du petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 815

Notes

[1] Le comté de Toulouse est un ancien comté du sud de la France, dont le titulaire était l’un des six pairs laïcs primitifs. Le comté de Toulouse est créé en 778 par Charlemagne, au lendemain de la défaite de Roncevaux, afin de coordonner la défense et la lutte contre les Vascons et intégré dans le royaume d’Aquitaine, lorsque celui-ci est créé trois ans plus tard. Le royaume d’Aquitaine se désagrège à partir de 850. Le centre de puissance de l’Aquitaine se déplace vers Poitiers et les comtes de Rouergue, également possesseurs de Toulouse, sont héréditaires. Au cours des 12ème et 13ème siècle, 6 des 9 épouses du comte sont filles de Roi, attestant ainsi de l’importance du Comté de Toulouse, les femmes préfèrent alors porter leurs liens royaux dans leur titulature officielle. L’épouse du comte a un statut qui l’éloigne des décisions politiques du Comté et est pratiquement absente de la diplomatie toulousaine.

[2] Vitry-en-Perthois est une commune française, située dans le département de la Marne et la région Champagne-Ardenne. Elle s’appelait autrefois Vitry le Brûlé, après avoir été entièrement détruite par le feu, d’abord par l’armée de Louis VII de France en 1142, puis en 1544 par les armées de Charles Quint. François 1er ordonna sa reconstruction, ce qui fut fait en un endroit légèrement différent, l’actuelle Vitry-le-François, Vitry-en-Perthois restant à sa position initiale.

[3] anlıurfa est une ville du sud-est de la Turquie. Elle fut d’abord nommée Urhai, puis Édesse, puis Urfa et aujourd’hui Şanlıurfa ou Riha en kurde. Le nom antique d’Édesse est Osroé, qui provient peut-être du nom du satrape Osroès qui gouverna la région. Selon la légende, Adam et Ève séjournèrent dans la cité, qui serait la ville natale d’Abraham et qui abriterait la tombe de sa femme Sarah.

[4] L’abbaye de Barbeau est une ancienne abbaye de l’ordre de Cîteaux, située en France à huit kilomètres au sud-est de Melun ; elle avait été fondée par Louis VII qui y fut inhumé. Elle a été totalement détruite au 19ème siècle. Elle se trouvait sur le territoire de Fontaine le Port, mais aujourd’hui son emplacement est situé sur celui de la commune voisine d’Héricy.