Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Henri le jeune

jeudi 22 mars 2012

Henri le jeune (1155-1183)

Roi d’Angleterre

Deuxième des 5 fils d’Henri II d’Angleterre et d’Aliénor d’Aquitaine. Il tient son surnom de son couronnement anticipé du vivant de son père.

En 1158, il est fiancé à Marguerite de France, première fille de Louis VII et de son épouse Constance de Castille. Le 2 novembre 1160, après l’obtention d’une dispense accordée par le pape Alexandre III, le mariage des 2 jeunes enfants est célébré.

Le 14 juin 1170, il est sacré roi d’Angleterre à Westminster par Roger de Pont-l’évêque, archevêque d’York. Thomas Becket, archevêque de Cantorbéry et primat d’Angleterre, seul habilité à sacrer le roi, trouve là matière à excommunier les évêques ayant consenti à célébrer cette cérémonie. Ce prétexte sera utilisé pour justifier l’assassinat de Becket.

Devenu gendre du roi de France, ce dernier n’aura de cesse d’attiser les ambitions du jeune Henri, en lui faisant remarquer que bien que roi, il n’exerce aucun pouvoir. En 1173, Henri le Jeune proteste contre le fait que son père envisage de donner des territoires à son frère Jean sans Terre à l’occasion de ses fiançailles avec Alix, fille du comte Humbert III de Savoie et de Maurienne, alors que lui n’en a aucun. Aliénor d’Aquitaine pousse alors son fils aîné à se révolter contre son père et lui conseille de se réfugier auprès de Louis VII en France, où il est bientôt rejoint par ses frères Richard et Geoffroy.

Le jeune Henri se créa des alliés puissants en promettant des terres et des revenus en Angleterre à Philippe d’Alsace, comte de Flandre, et à son frère Mathieu, comte de Boulogne.

Louis VII en profita pour tenter de diminuer l’emprise des Plantagenêts sur le royaume de France. Pendant qu’Henri II bataillait en France, le jeune Henri, avec l’aide de Philippe d’Alsace, projetait de porter la guerre en Angleterre, le retour rapide d’Henri II en Angleterre les en empêcha. Il retourna en France et empêcha la prise de Rouen par les troupes rebelles.

Louis VII retira son soutien au jeune Henri, et celui-ci sollicita une trêve à son père qui fut conclue à Montlouis et pendant un temps obéit à son père. Il l’aida notamment à réprimer une révolte de seigneur de Châteauroux en prenant Déols, Châteauroux et Issoudun.

En 1177, son épouse lassée d’un mari capricieux et inconstant le quitte et retourne à la cour de France. Cela n’empêche pas à Henri le Jeune d’assister au sacre de Philippe Auguste en tant que vassal du roi de France et de rejoindre sa femme au grand plaisir de Philippe Auguste, très inquiet de la puissance de Henri II.

En 1182 Henri le Jeune exige de son père en bien propre la Normandie mais celui-ci refuse. Entre temps Richard Cœur de Lion, frère d’Henri le Jeune réclame aussi des terres en propres et entre en conflit avec Henri le Jeune.

Une jalousie très importante existe entre les 2 frères, attisée par le soutien net de leur mère pour Richard. En raison du droit féodal cette querelle entre les 2 frères risque de faire intervenir le roi de France, ce que ne veut à aucun prix Henri II, mais celui-ci fut obligé d’intervenir contre ses fils. Alors qu’Henri défiait ouvertement son père en refusant de lui céder Limoges, une dysenterie l’emporta subitement le 11 juin 1183 à Martel.