Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Henri II Plantagenêt

lundi 26 août 2013, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 22 février 2012).

Henri II Plantagenêt (1133-1189)

Duc de Normandie de 1150 à 1189-Comte d’Anjou de 1151 à 1189-Duc d’Aquitaine de 1152 à 1189-Roi d’Angleterre de 1154 à 1189 L'enfance d'Henri II se déroule dans une atmosphère de guerre civile en raison de la lutte de ses parents pour récupérer leur héritage usurpé par Étienne de Blois.

IL est le fils de Geoffroy V Plantagenêt Comte d’Anjou, du Maine et de Touraine et de Mathilde de Normandie héritière du Duché de Normandie et du Royaume d’Angleterre et petite-fille de Guillaume le Conquérant.

Il naît le 5 mars 1133 dans la ville du Mans et il épouse le 11 mai 1152 Aliénor d’Aquitaine Duchesse d’Aquitaine qui vient de divorcer du Roi de France Louis VII. Il est le petit-fils d’Henri 1er, désigné par celui-ci pour lui succéder dès le moment de sa naissance, mais il sera écarté du trône par Étienne de Blois. Mais néanmoins il lui succèdera et est couronné Roi le 17 décembre 1154 et se trouve alors à la tête d’un immense territoire. Dès le début de son règne il réforme l’administration de ses domaines et met en place une armée permanente de mercenaires qui s’avère beaucoup plus efficace que les troupes féodales.

Il était en permanence en déplacement, pour autant c’est à Chinon qu’il résida le plus fréquemment et cette ville a été pendant plus de 30 ans une sorte de capitale de l’Empire Plantagenêt. Il agrandi le Château de Chinon qui est à cette époque une forteresse formidable.

Peu après son avènement il canalise son frère Geoffroy et remet au pas l’allié de ce dernier, Geoffroy IV Vicomte de Thouars. En 1156 il s’empare de Thouars et de la Vicomté maîtrisant ainsi les communications entre le nord et le sud de l’ouest de la France. Jusqu’en 1168 les Barons Poitevins restent relativement calmes, mais cette année là ils se soulèvent avec comme chefs Geoffroy IV Vicomte de Thouars, le Sire de Lusignan, l’Abbé de Charroux et les Comtes de la Marche et d’Angoulême. Le Roi de France Louis VII est bien évidemment favorable à ce soulèvement. Le représentant d’Henri II en Poitou, le Comte de Salisbury est tué dans une embuscade et son neveu Guillaume le Maréchal Comte de Pembroke est fait prisonnier par Guy de Lusignan. Mais dès que Henri II arrive avec son armée tout le monde rentre dans le rang. En 1170, il établit le testament qui doit régler sa succession entre ses 4 fils. Henri le Jeune aura les biens paternels, Angleterre, Anjou, Maine et Normandie, Richard héritera de l’Aquitaine, Geoffroy de la Bretagne et le plus jeune, Jean, mérite son surnom de sans Terre.

Mais à partir de ce moment l’Empire Plantagenêt est en pleine turbulences car ce sont les propres fils de Henri II qui lui contestent son pouvoir.

En effet à partir de 1173 ses enfants se liguent contre lui avec la complicité d’Aliènor d’Aquitaine et Henri passe le reste de sa vie à éteindre le feu allumé par ses fils et habilement attisé par le jeune Roi de France Philippe Auguste. Il sera le conquérant de l’Irlande en 1171-1172, il rêva aussi, en vain, d’établir son autorité sur l’Écosse. Il va faire beaucoup dans le domaine du droit coutumier ; il sera aidé dans sa tâche par les plus grands érudits du temps, Ranulf de Glanville , Richard Fitz-Nigel , Thomas Becket, Roger Hoveden, Hubert Walter

Henri II meurt le 6 juillet 1189 à Chinon en pleine lutte contre son fils Richard et Philippe Auguste. Il est enterré dans l’ Abbaye de Fontevraud [1] toute proche. Henri est une des plus grandes figures du Moyen Age. Il a constitué un Empire allant de l’Écosse aux Pyrénées.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Imago Mundi/ L’Angleterre au Moyen-âge / Les Plantagenêt/Henri II d’Angleterre et le petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 628

Notes

[1] L’abbaye de Fontevraud est une ancienne abbaye d’inspiration bénédictine, siège de l’ordre de Fontevraud, fondée en 1101 par Robert d’Arbrissel et située à Fontevraud, près de Saumur en Anjou. Site de 13 ha établi à la frontière angevine du Poitou et de la Touraine, elle est l’une des plus grandes cités monastiques d’Europe. Érigée dès sa fondation en monastère double dans l’esprit de la réforme grégorienne, l’abbaye de Fontevraud va s’attirer la protection des comtes d’Anjou puis de la dynastie des Plantagenêts qui en feront leur nécropole.