Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Caius Memmius (poète)

lundi 13 décembre 2021, par ljallamion

Caius Memmius (poète)

Homme politique de la République romaine-Orateur et poète romain

Emblème de la République romaine.Patron de Lucrèce et qui a été en relation avec Catulle. Au début fervent partisan de Pompée, et tribun de la plèbe [1] en 66 av. jc, il attaque en justice le rival de Pompée Lucullus qui revient d’Asie [2], mais il doit se désister de ses accusations face à Caton le jeune qui défend Lucullus.

Comme préteur [3] en 58 av. jc il essaye, de concert avec son homologue Lucius Domitius Ahenobarbus, d’empêcher que soit ratifiée la gestion exercée par Jules César comme consul l’année précédente.

En 57 av. jc, il est propréteur [4] en Bithynie [5], et est accompagné de Catulle.

Il se brouille avec Pompée, et se rapproche de César. En 54 av. jc, il est candidat au consulat, mais il perd le soutien de César en révélant une transaction scandaleuse dans laquelle lui et son colistier sont impliqués. Condamné pour pratiques illégales lors de l’élection, il se retire à Athènes [6], et ensuite à Mytilène [7]. Il meurt vers l’an 46 av. jc.

Lucrèce lui a adressé son “De natura rerum”, et le nomme à 11 occasions au cours du poème. D’après Cicéron, il possédait un domaine sur lequel étaient les ruines de la maison d’Épicure, et il avait envisagé de se construire une maison sur le site. Toujours selon l’avis de Cicéron, il possédait les capacités oratoires considérables, mais son mépris pour les lettres latines et sa préférence pour des modèles grecs nuisait à son efficacité d’orateur. Selon Ovide, il était l’auteur de poèmes érotiques.

Caius Memmius, était marié à Cornelia Fausta, fille de Lucius Cornelius Sulla. Ils ont eu au moins un fils, Caius Memmius, consul suffect [8] en 34 av. jc.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Caius Memmius (poète)/ Portail de la Rome antique/ Portail de la poésie/ Catégories : Personnalité politique de la Rome antique/ Poète de la Rome antique

Notes

[1] Dans la Rome antique, les tribuns de la plèbe sont les représentants de la plèbe, élus pour une durée d’un an par le concile plébéien.

[2] La province romaine d’Asie comprenait la Carie, la Lydie, la Mysie, la Phrygie et la Troade.

[3] Le préteur est un magistrat de la Rome antique. Il était de rang sénatorial, pouvait s’asseoir sur la chaise curule, et porter la toge prétexte. Il était assisté par 2 licteurs à l’intérieur de Rome, et 6 hors du pomerium de l’Urbs. Il était élu pour une durée de 1 an par les comices centuriates. La fonction de préteur fut créée vers 366 av. jc pour alléger la charge des consuls, en particulier dans le domaine de la justice. Le premier préteur élu fut le patricien Spurius Furius, le fils de Marcus Furius Camillu. Égal en pouvoir au consul, auquel il n’a pas de compte à rendre, le préteur prêtait le même serment, le même jour, et détenait le même pouvoir. À l’origine, il n’y en avait qu’un seul, le préteur urbain, auquel s’est ajouté vers 242 av. jc le préteur pérégrin qui était chargé de rendre la justice dans les affaires impliquant les étrangers. Cette figure permit le développement du ius gentium, véritable droit commercial, par contraste avec le ius civile applicable uniquement aux litiges entre citoyens romain. Pour recruter, pour former ou pour mener des armées au combat ; sur le terrain, le préteur n’est soumis à personne. Les préteurs ont aussi un rôle religieux, et doivent mener des occasions religieuses telles que sacrifices et des jeux. Ils remplissent d’autres fonctions diverses, comme l’investigation sur les subversions, la désignation de commissionnaires, et la distribution d’aides. Lors de la vacance du consulat, les préteurs, avant la création des consuls suffects, pouvaient remplacer les consuls : on parle alors de préteurs consulaires.

[4] Un propréteur est le nom donné à ceux qui ont exercé la charge de préteur pendant 1 an, et plus tard à ceux qui dirigent les provinces avec l’autorité de préteur. Il s’agit d’une prorogation de leur pouvoir, c’est un promagistrat. Sous la République romaine, les préteurs, comme les consuls, sont élus par le peuple romain assemblé en comices ; à l’issue de leur charge, ils peuvent devenir propréteurs, ou gouverneurs, de provinces, pour un mandat de 1 an. On retrouve le premier propréteur en 241 av. jc, et la fonction se généralise les 2 siècles suivants, jusqu’à ce que Sylla rende obligatoire aux anciens magistrats à imperium de servir dans une province comme gouverneur pour 1 an. A la suite de la réorganisation provinciale au début de l’Empire, chaque province impériale est dirigée par un propréteur qui est sous l’autorité proconsulaire de l’empereur. Il porte ce titre qu’il soit ancien consul ou préteur. La durée du mandat est variable.

[5] La Bithynie est un ancien royaume au nord-ouest de l’Asie Mineure, actuellement situé en Turquie. Située au bord du Pont-Euxin, elle était limitée par la Paphlagonie à l’est, la Galatie et la Phrygie au sud, la Propontide et la Mysie à l’ouest. Les Bithyniens sont, selon Hérodote et Xénophon, d’origine thrace. Ils forment d’abord un État indépendant avant d’être annexés par Crésus, qui ajoute leur territoire à la Lydie. Ils passent ensuite sous domination perse, où la Bithynie est incluse dans la satrapie de Phrygie. Mais dès avant Alexandre le Grand, la Bithynie retrouve son indépendance. Nicomède 1er est le premier à se proclamer roi. Durant son long règne de 278 à 243av jc, le royaume connaît la prospérité et jouit d’une position respectée parmi les petits royaumes d’Asie Mineure. Cependant, le dernier roi, Nicomède IV, échoue à contenir le roi Mithridate VI du Pont. Restauré sur le trône par l’Empire romain, il lègue par testament son royaume à Rome en 74 av jc. La Bithynie devient alors province romaine. Sous Auguste elle devient province sénatoriale en 27av jc puis province impériale en 135.

[6] Athènes est l’une des plus anciennes villes au monde, avec une présence humaine attestée dès le Néolithique. Fondée vers 800 av. jc autour de la colline de l’Acropole par le héros Thésée, selon la légende, la cité domine la Grèce au cours du 1er millénaire av. jc. Elle connaît son âge d’or au 5ème siècle av. jc, sous la domination du stratège Périclès

[7] Mytilène est la principale ville de Lesbos, une île grecque de la mer Égée. Elle est bâtie sur la pointe sud de l’île, à proximité de la côte turque. Mytilène est, dès l’Antiquité, la principale cité de Lesbos. Elle est peuplée d’Éoliens venus de Thessalie et de Béotie.

[8] Parfois, un consul décède ou démissionne avant la fin de son mandat de douze mois. Le consul restant rétablit la collégialité par l’élection intermédiaire si le délai restant le permet ou par la désignation directe d’un consul suffectus (du participe passé du verbe sufficere, « remplacer »). Ce consul entre en fonction immédiatement, il a les mêmes privilèges et les mêmes pouvoirs que le consul remplacé mais il n’est en charge que pour la durée du mandat qui reste à couvrir. Enfin, le consul suffect ne donne pas son nom à l’année, à l’inverse du consul dit ordinaire.