Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Épicure

lundi 14 juin 2021, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 5 décembre 2011).

Épicure (vers 342-270 av.jc)

Philosophe grec

Portrait d'Épicure, copie romaine d'un original hellénistique, British MuseumNé à Samos [1]. Son père, Néoclès, enseignait la grammaire, et sa mère, Chérestrate était magicienne.

Épicure semble avoir été élevé à Samos, puis il vint à Athènes [2] pour y accomplir son service militaire vers l’âge de 18 ans, avant de partir rejoindre son père à Colophon [3], au nord de Samos, en 323. Il y resta de 323 à 321 et y reçut les leçons de Nausiphane . Il gagne ensuite Mytilène [4] où il commence à enseigner. Sa philosophie suscite alors l’hostilité, et il part rapidement pour Lampsaque [5] où il vivra de 310 à 306. Il y rencontre Colotès , Métrodore, Idoménée de Lampsaque qui le suivront à Athènes.

En 306, à 35 ans, il vint s’installer à Athènes qui venait d’être délivrée par Démétrios Poliorcète, et il y acheta un jardin pour 80 mines, l’école du Jardin devint le centre des études épicuriennes. Il y passa le reste de sa vie. C’est pendant cette dernière période qu’il écrit un très grand nombre de ses œuvres et de ses lettres ; il est l’un de ceux qui ont le plus écrit dans l’Antiquité 300 ouvrages semble-t-il.

La vie qu’il mena dans son jardin fut simple et frugale, il était végétalien [6], il mangeait tout de même à l’occasion du fromage. La vocation de philosophe lui vint très tôt, à 14 ans selon le témoignage deDiogène Laërce, quand, à la lecture d’Hésiode, il demanda à son maître d’où venait le chaos primordial d’où toutes choses sortaient que décrit le poète dans la Théogonie [7].

Les réponses de son maître ne le satisfaisant pas, il décida de philosopher seul et sans guide, en autodidacte. Il reçut pourtant les leçons d’un platonicien [8], Pamphile , et de Nausiphane et Nausycide, des atomistes.

Il est le fondateur, en 306, de l’épicurisme [9], l’une des plus importantes écoles philosophiques de l’Antiquité. En physique, il soutient que tout ce qui est se compose d’atomes indivisibles. Les atomes se meuvent aléatoirement dans le vide et peuvent se combiner pour former des agrégats de matière. L’âme en particulier serait un de ces agrégats d’atomes, et non une entité spirituelle, notamment d’après son disciple Lucrèce. En éthique, le philosophe grec défend l’idée que le souverain bien est le plaisir, défini essentiellement comme “absence de douleur”. En logique ou épistémologie, Épicure considère que la sensation est à l’origine de toute connaissance et annonce ainsi l’empirisme [10].

Épicure voulut assurer l’immortalité de son nom, en léguant le Jardin sous la condition que sa philosophie y fût enseignée et qu’on célébrât chaque mois une fête en son honneur. Il faisait des résumés de ses œuvres et conseillait à ses disciples de les apprendre par cœur.

La doctrine d’Épicure eut un succès prodigieux, tant par le nombre de ses disciples, que par l’affection et les forts sentiments dont elle fut l’objet. Elle gagna Rome et toute l’Italie, avec Lucrèce notamment, qui est considéré comme l’un des rares poètes à avoir réussi à mettre de la philosophie en vers. La popularité de l’épicurisme contraste avec la diffusion plus faible des doctrines des autres philosophes de l’Antiquité.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Jean-Marie Guyau, La morale d’Épicure, Encre Marine, 2002.

Notes

[1] Samos est une île grecque de la mer Égée, proche de l’Asie Mineure et située à 70 kilomètres au Sud-ouest de Smyrne, aujourd’hui Izmir en Turquie. Elle forme un dème (municipalité) et un district régional de la périphérie d’Égée-Septentrionale. Son chef-lieu est la ville de Vathy ; les deux autres villes sont Chora et Pythagorion (Tigani).

[2] Athènes est l’une des plus anciennes villes au monde, avec une présence humaine attestée dès le Néolithique. Fondée vers 800 av. jc autour de la colline de l’Acropole par le héros Thésée, selon la légende, la cité domine la Grèce au cours du 1er millénaire av. jc. Elle connaît son âge d’or au 5ème siècle av. jc, sous la domination du stratège Périclès

[3] Colophon est une cité grecque d’Ionie (Asie mineure), située au nord-ouest d’Éphèse, dont le nom a donné naissance à un terme d’imprimerie. Elle se situe entre Lébédos et Éphèse. Les ruines de l’antique cité se trouvent aujourd’hui à Castro de Ghiaour-Keui, un village de mineurs d’İzmir.

[4] Mytilène est la principale ville de Lesbos, une île grecque de la mer Égée. Elle est bâtie sur la pointe sud de l’île, à proximité de la côte turque.’ class=’spip_out’>Ptolémée] sur l’île de Lesbos[[Lesbos est une île grecque de la périphérie d’Egée Septentrionale, souvent aussi appelée du nom de sa capitale Mytilène. L’île présente plusieurs centres d’intérêt, notamment culturel (vestiges antiques), géologique, gastronomique et religieux. Lesbos est aussi connue dans le monde antique pour la qualité de ses vins et de son bois de construction pour les navires et pour son marbre bleu clair.

[5] Lampsaque, d’abord connue comme Pityussa est une ancienne cité grecque d’Asie mineure, située sur la rive sud de l’Hellespont, en Troade. Elle est proche de l’actuelle Lapseki.

[6] Le végétalisme est une pratique alimentaire, excluant les produits animaux que d’animaux vivants, et éventuellement les produits dont le procédé de fabrication fait intervenir des produits animaux. On parle de « végétalisme intégral » ou « véganisme » pour désigner plus précisément le refus général de toute consommation de produits d’origine animale

[7] La Théogonie est une œuvre du poète grec Hésiode (8ème siècle av. jc) écrite en hexamètres dactyliques. Elle joue un rôle fondateur dans l’élaboration de la mythologie grecque. Le terme « théogonie » vient du nom theós qui signifie « dieu » et du verbe gennáô qui signifie « engendrer ». Il s’agit donc d’un récit de l’origine des dieux.

[8] Le platonisme ou réalisme des idées est une théorie philosophique inspirée plus ou moins directement de la théorie des formes de Platon, théorie selon laquelle il existe des entités intelligibles en soi, dont le contenu est indépendant de la contingence de l’expérience sensible. Ces entités, suivant la version du platonisme dont on parle, peuvent être les concepts (les Idées en général, comme chez Plotin ou Augustin), les nombres (platonisme mathématique d’inspiration pythagoricienne, comme chez Jamblique ou Lautman), ou encore les valeurs logiques (logicisme de Frege par exemple). Cette théorie est une des réponses possibles, avec le nominalisme (Guillaume d’Ockham) et le conceptualisme (Pierre Abélard), à la question du statut ontologique des concepts cognitifs (idées, nombres ou contenus propositionnels).

[9] L’épicurisme est une philosophie qui se vit : elle propose d’atteindre le bonheur en évitant tout ce qui peut troubler la quiétude ; le bonheur est alors défini comme l’absence de troubles (ataraxie). Philodème suit ce précepte, tout en assouplissant la règle et en étendant le champ d’application de cette philosophie à des domaines que le fondateur de l’école, Épicure, n’avait pas abordés ou tenait comme mineurs : l’esthétique, et notamment la musique, la politique.

[10] L’empirisme désigne un ensemble de théories philosophiques qui font de l’expérience sensible l’origine de toute connaissance ou croyance et de tout plaisir esthétique.