Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 13ème siècle > Guillaume le Maréchal (2ème comte de Pembroke) dit le jeune

Guillaume le Maréchal (2ème comte de Pembroke) dit le jeune

mercredi 24 février 2021, par ljallamion

Guillaume le Maréchal (2ème comte de Pembroke) dit le jeune (vers 1190-1231)

2ème comte de Pembroke

Noble anglais du Moyen Âge et fils de Guillaume le Maréchal, 1er comte de Pembroke [1].

Guillaume naît en Normandie. De 1203 à 1212, il est otage à la cour du roi Jean d’Angleterre, comme garantie de fidélité de sa famille à la Couronne. Guillaume épouse Alice de Béthune, fille de l’ami de son père, Baudouin de Béthune , et d’ Hawise d’Aumale , comtesse d’Aumale [2], en septembre 1214. Le mariage se brise avant 1215, probablement avec la mort d’Alice.

Pendant la révolte des barons de 1215  [3] , Guillaume est aux côtés des rebelles, tandis que son père combat pour le roi. Quand le prince Louis de France prend le château de Worcester [4] en 1216, cependant, le vieux Guillaume prévient son fils de quitter le château, juste avant que Ranulph de Blondeville, comte de Chester [5] ne le reprenne. En mars 1217, il est absous et rallie la cause royale. À la bataille de Lincoln [6], il combat avec son père.

À la mort de son père en 1219, il lui succède comme comte de Pembroke et Lord Maréchal d’Angleterre. Ces deux titres de pouvoir, liés à la stature légendaire de son père, n’ont pu aider mais font de Guillaume l’un des principaux et plus puissants nobles d’Angleterre. En 1224, Guillaume se marie avec Aliénor d’Angleterre , jeune fille du roi Jean et d’Isabelle d’Angoulême, renforçant ainsi ses liens avec la famille des Plantagenêts [7].

En 1223, Guillaume rejoint ses terres d’Irlande pour mener campagne contre Llywelyn ap Iorwerth, qui a attaqué ses possessions de Pembroke. Il est victorieux, mais il est considéré comme trop indépendant par les régents du jeune roi Henri III. En 1226, il reçoit l’ordre de rendre à la Couronne la garde des châteaux royaux de Cardigan [8] et de Carmarthen [9], qu’il a pris à Llywelyn. La même année, Hugues de Lacy, 1er comte d’Ulster [10], commence à attaquer les terres de Guillaume et du roi en Irlande. Guillaume est nommé justicier [11] d’Irlande et parvient à soumettre Hugues.

Guillaume accompagne le roi en Bretagne en 1230 et prend la tête de l’armée quand le roi rentre en Angleterre. Par la suite, en février 1231, Guillaume rentre à son tour en Angleterre. Là, il arrange le mariage de sa sœur Isabelle , veuve de Gilbert de Clare, 5ème comte d’Hertford [12], avec Richard, comte de Cornouailles [13], frère du roi Henri III. Guillaume meurt en avril de la même année. Matthieu Paris affirme qu’Hubert de Bourg, justicier d’Angleterre, a été plus tard accusé d’avoir empoisonné Guillaume, mais aucune autre source ne confirme ces dires.

Guillaume n’a pas laissé d’héritiers et ses titres passent à son jeune frère, Richard le Maréchal , 3ème comte de Pembroke.

Au cours de sa vie, Guillaume le Maréchal a commandé la rédaction d’une biographie de son père, intitulée “L’Histoire de Guillaume le Mareschal”. Il a été inhumé à l’église du Temple à Londres, près de son père, où son effigie est toujours visible.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Guillaume le Maréchal (2e comte de Pembroke)/ Portail de l’Angleterre/ Comte de Pembroke

Notes

[1] Le titre de comte de Pembroke, associé au château de Pembroke dans le Pays de Galles, fut créé par le roi Étienne d’Angleterre probablement en 1138. Le titre a été recréé neuf fois ensuite, toujours dans la pairie d’Angleterre.

[2] Aumale est une actuelle commune du département français de la Seine-Maritime. Son histoire est marquée par le long usage des titulaires de son nom. Vers 1055 ou peu après, Aumale est définitivement rattaché à la Normandie. En 1194, Philippe II Auguste, roi de France, confisque Aumale à Guillaume des Forts. Il confie le comté en 1204 à Renaud de Dammartin, ancien comte de Boulogne. Le système de pairie d’Angleterre continuera à attribuer des titres de comte et duc liés à Aumale, mais en utilisant sa forme latine : Albemarle. Les « honneurs d’Aumale », un ensemble de terres dans le Yorkshire anciennement associé au titre normand, constituera le fief des comtes et ducs anglais

[3] La première guerre des Barons est une guerre civile qui frappe le royaume d’Angleterre de 1215 à 1217.

[4] Worcester ville d’Angleterre (Royaume-Uni), chef-lieu du comté du Worcestershire.

[5] Le Cheshire, anciennement appelé « comté de Chester », est un comté en grande partie rural dans le nord-ouest de l’Angleterre. Son chef-lieu administratif est la ville de Chester, bien que Warrington soit la ville la plus peuplée du comté. Cheshire avoisine le Merseyside et Grand Manchester dans le nord, Derbyshire dans l’est et Shropshire et Staffordshire dans le sud. À l’ouest du comté se trouvent deux districts gallois, Flintshire et Wrexham.

[6] La seconde bataille de Lincoln a lieu au château de Lincoln le 20 mai 1217, dans le cadre de la Première Guerre des barons, entre les forces de Louis de France, le futur Louis VIII, et celles du roi Henri III d’Angleterre. L’armée du prince français qui s’était proclamé roi d’Angleterre est attaquée par une partie de l’armée anglaise, commandée par Guillaume le Maréchal régent d’Angleterre. Le comte du Perche, Thomas du Perche, est tué dans la bataille, qui est la dernière victoire du Maréchal. Guillaume le Maréchal, qui aurait pu faire prisonnier Louis de France, le raccompagne sur la côte du sud de l’Angleterre. Les batailles navales de Sandwich et de Douvres, la même année, suivront.

[7] Plantegenêt (ou Plantagenet selon la graphie anglaise) est le nom d’une maison royale issue des comtes d’Anjou et du Maine. Ses membres devinrent rois de Jérusalem de 1131 à 1205, puis rois d’Angleterre de 1154 à 1485. Ils furent également ducs de Normandie et d’Aquitaine, comtes du Poitou et de Nantes, seigneurs d’Irlande (très brièvement ducs de Bretagne), rois de Germanie, seigneurs de Chypre, etc. Les maisons de Lancastre et d’York sont deux des branches des Plantegenêt. Le nom « Plantegenêt » est apparu au 12ème siècle avec Geoffroy V d’Anjou mais il fut donné, a posteriori, à l’ensemble de la dynastie des comtes d’Anjou de cette maison.

[8] Aberteifi (nom officiel gallois) ou Cardigan, une ville du comté du Ceredigion à l’ouest du pays de Galles. La ville fut fondée en 1093 par le Normand Roger II de Montgomery, située à l’estuaire de la Teifi. Les ruines du château roman gardent encore l’accès sud à la ville.

[9] Carmarthen, ou en gallois Caerfyrddin, est la capitale du comté gallois de Carmarthenshire, sur les rives de la rivière Towi.

[10] Le titre de comte d’Ulster a été créé plusieurs fois dans la pairie d’Irlande et du Royaume-Uni.

[11] Dans l’Angleterre et l’Irlande médiévales, le Chief Justiciar (appelé plus tard Justiciar ou justicier) occupait des fonctions semblables à celle du premier ministre du Royaume-Uni en tant que ministre en chef du roi.

[12] Le titre de comte d’Hertford a été créé plusieurs fois dans la pairie d’Angleterre et la pairie de Grande-Bretagne. En 1793, Francis Seymour-Conway, alors comte d’Hertford, a été créé marquis d’Hertford dans la pairie de Grande-Bretagne. Depuis, ce titre est resté dans sa famille.

[13] Le titre de comte de Cornouailles (Cornwall en anglais) a été créé plusieurs fois dans la pairie d’Angleterre avant 1337. Il a ensuite été remplacé par le titre de duc de Cornouailles, qui fut alors porté par les héritiers présomptifs du trône d’Angleterre.