Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Louis VIII le Lion

jeudi 14 décembre 2017, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 5 mai 2012).

Louis VIII le Lion (1187-1226)

Roi de France (1223-1226)

Louis VIII le Lion Roi de France de 1223 à 1226)Fils de Philippe II Auguste et de Isabelle de Hainaut, Louis VIII a déjà 36 ans quand il se fait sacrer roi à Reims avec sa femme Blanche de Castille, La cérémonie est aussi fastueuse que l’accueil des époux à Paris, où l’on festoie pendant une semaine.

Fort différent de son père, il est un être chétif, froid, mais un père prolifique et un guerrier intrépide. Il doit d’ailleurs son surnom à la bravoure et la cruauté dont il a fait preuve à la guerre, soit en secondant Philippe Auguste, soit en participant à la croisade contre les Albigeois en 1219. Élu roi d’Angleterre en 1216 par les barons anglais, il sera excommunié pour cette entreprise. Le 6 août 1223 il est sacré roi de France.

Son bref règne de 3 ans est marqué par 2 expéditions qui vont consolider le royaume et affermir la monarchie. Contre le jeune roi d’Angleterre Henri III, qui prétend à la restitution des biens des Plantagenêt en France, il riposte immédiatement. En 1224, il prend la tête d’une armée et le 15 juillet 1224 il mène le siège de La Rochelle [1]. Louis VIII, soutenu par Hugues de Lusignan, répond à la demande du roi Henri III d’Angleterre qui exigeait la restitution des biens Plantagenêt en envahissant le Poitou [2], en prenant Niort, et en prenant la Rochelle le 3 août, mais ne peut enlever Bordeaux.

Puis, le roi décide d’en finir avec les Albigeois et engage contre eux la 3ème croisade le 30 janvier 1226. Après l’échec de celle de 1219,les hérétiques cathares avaient reconquis le terrain perdu. Avant de partir, “pour que la discorde ne pu naître entre ses fils” au cas où il trouverait la mort au combat, il rédige un testament constituant des apanages au profit de ses fils cadets.

Le 26 mai, le roi quitte Bourges, descend la vallée du Rhône et s’attaque aux possessions du comte de Toulouse. Avignon capitule la première, après un siège terrible de 22 mois en septembre 1226. Puis se rallient au roi les principales villes du Languedoc. Toulouse résiste encore, mais les cathares qui refusent d’abjurer leur foi sont condamnés au supplice du feu conformément à une ordonnance, la première en France, décrétée en avril 1226.

Seuls subsistent quelques foyers de résistance. Réunie à Pamiers [3], une assemblée attribue à la couronne les fiefs confisqués. Ayant renoncé à prendre Toulouse, il décide de rentrer à Paris. Sur le chemin de retour, il meurt le 8 novembre 1226 en Auvergne, au château de Montpensier [4]. C’est une dysenterie aiguë qui emporte le roi. Les médecins, convaincus qu’une trop longue continence sexuelle est la cause du mal du roi, resté fidèle à la reine Blanche de Castille, mettent dans son lit une jeune fille. Lorsque au réveil il la découvre, il lui dit : “Non, ma fille, j’aime mieux mourir que de sauver ma vie par un péché mortel.” Il laisse son royaume à un enfant de 12 ans, le futur Saint Louis.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de roi et président/capétiens Louis VIII et petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 815

Notes

[1] En 1222, le roi d’Angleterre Henri III décide de renforcer l’influence anglaise en Aunis. Le 4 décembre, il édicte une charte prescrivant aux Rochelais d’établir un port dans l’ouest de la ville et de la fortifier, et le 8 avril 1223, il leur ordonne de commencer les travaux. De son côté, Louis VIII, roi de France, prend prétexte du fait que les conditions du traité de 1217 n’étaient toujours pas remplies pour lancer une campagne destinée à s’emparer des possessions anglaises en France. En effet, à la suite de sa victoire sur Jean sans Terre à la Bataille de la Roche-aux-Moines en 1214, les barons anglais lui avaient promis la couronne d’Angleterre. Cependant, ces derniers revinrent sur leur décision le 11 septembre 1217 en signant le traité de Lambeth, qui octroyait la couronne à Henri III moyennant certaines compensations, dont le paiement d’une forte somme d’argent au roi de France. Ainsi, sur les ordres du roi Louis VIII, Mathieu II de Montmorency fait le siège de La Rochelle le 15 juillet 1224, et la libère de la domination anglaise le 3 août 1224. La ville revient alors sous la couronne de France, tout en conservant ses privilèges. En conséquence, Henri III signe à Londres une charte communale à Bordeaux, qui prend dès lors la place de La Rochelle dans la prédominance du commerce du vin avec l’Angleterre.

[2] Le Poitou était une province française, comprenant les actuels départements de la Vendée (Bas-Poitou), Deux-Sèvres et de la Vienne (Haut-Poitou) ainsi que le nord de la Charente et une partie de l’ouest de la Haute-Vienne, dont la capitale était Poitiers. Il a donné son nom au Marais poitevin, marais situé dans l’ancien golfe des Pictons, sur la côte occidentale de la France, deuxième plus grande zone humide de France en superficie après la Camargue ; le marais s’étend de l’Atlantique aux portes de Niort et du sud de la Vendée au nord de La Rochelle.

[3] Pamiers est une commune française du département de l’Ariège. Au 12ème siècle, la ville se développe fortement, malgré la crise du catharisme. Pamiers est alors un fief de l’orthodoxie. En 1207, au château de Pamiers (aujourd’hui rasé), se déroule le Colloque de Pamiers, dernière rencontre entre les cathares et l’Église catholique avant la Croisade des Albigeois. Le pape Boniface VIII récompense la fidélité de la ville en érigeant Pamiers en évêché en 1295. Il nomme Bernard Saisset, alors abbé de Saint-Antonin, évêque. Celui-ci devient son principal intermédiaire auprès de Philippe IV le Bel lors du conflit de 1296, et l’abbatiale est élevée au rang de cathédrale.

[4] Le château de Montpensier est un ancien château situé dans l’actuelle commune de Montpensier, dans le département du Puy-de-Dôme. Dès le 11ème siècle, le château de Montpensier est évoqué comme forteresse du Mons Pancherii (littéralement Mont de la Panse, en raison de la forme de la butte). Le 8 novembre 1226, le roi Louis VIII y meurt des suites de fortes fièvres lors de son retour de la croisade contre les Albigeois. Pendant la guerre de Cent Ans, le château de Montpensier occupe alors une position stratégique qui lui vaut d’être conquis tour à tour par les Anglais, des routiers et les troupes royales. Le cardinal de Richelieu ordonne la destruction de la forteresse vieillissante en 1633.