Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 2ème siècle > Laberia Hostilia Crispina

Laberia Hostilia Crispina

dimanche 4 octobre 2020, par ljallamion

Laberia Hostilia Crispina

Noble femme romaine et héritière qui vécu entre la seconde moitié du 1er siècle et la première moitié du 2ème siècle durant le règne de l’empereur Domitien. Elle appartenait à une famille distinguée d’origine équestre [1] originaire de Lanuvium [2]

Son père était Manius Laberius Maximus, qui avait été consul suffect et général sous les règnes des empereurs Domitien et Trajan. Alors que son grand-père paternel Lucius Laberius Maximus, était préfet en charge de l’approvisionnement en céréales de Rome et servi comme gouverneur de la province d’Égypte [3].

À la mort de son père en 117, Laberia hérita de la fortune de sa famille et devint une riche héritière. Elle épousa le consul et sénateur Gaius Bruttius Praesens Lucius Fulvius Rusticus comme 2ème épouse.

Laberia s’installa avec son mari à Volceii en Lucanie [4]. Vers 119 Laberia eu un fils Praesens Lucius qui deviendra plus tard consul.

Laberia était la grand-mère paternelle de Lucius Bruttius Quintius Crispinus et de l’impératrice Bruttia Crispina l’épouse de l’empereur Commode.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Laberia Hostilia Crispina/ Traduit par mes soins

Notes

[1] Les chevaliers sont un groupe de citoyens de la Rome antique appartenant à l’ordre équestre (equester ordo), sous la Royauté, la République et l’Empire. Choisis par les censeurs, ce sont les plus fortunés (au moins 400 000 sesterces du 2ème siècle av. jc, jusqu’au début de l’Empire) et les plus honorables des citoyens (en dehors des sénateurs). Cette appartenance pouvait être théoriquement remise en cause à chaque censure. En pratique elle était héréditaire. Le chevalier se reconnaît à la bande de pourpre étroite cousue sur sa tunique (tunique dite angusticlave), et au port de l’anneau d’or. Les chevaliers se virent attribuer un poids politique supplémentaire au motif qu’ils étaient capables financièrement de s’équiper pour servir dans l’armée à cheval. De plus l’appartenance à l’ordre équestre était nécessaire pour accéder aux postes d’officier dans l’armée.

[2] Lanuvio moderne, Italie

[3] L’Égypte devient une province de l’Empire romain en 30 av. jc, après la défaite de Marc Antoine et de Cléopâtre VII par Octave (le futur empereur Auguste) lors de la bataille d’Actium. Les Romains dépendent alors fortement des expéditions de grain en provenance d’Égypte, et la légion romaine, sous le contrôle d’un préfet nommé par l’Empereur, réprime les révoltes, applique strictement la collecte de lourdes taxes et empêche les attaques de bandits qui devenaient de plus en plus répandues. Alexandrie devient un centre de plus en plus important sur la route commerciale vers l’Orient, au fur et à mesure qu’augmente la demande de Rome pour l’exotisme oriental. Bien que les Romains aient une attitude plus hostile que les Grecs à l’égard des Égyptiens, certaines traditions comme la momification et le culte des dieux traditionnels se poursuivent

[4] Région de Basilicate en Italie. La langue parlée par les Lucaniens est une langue indo-européenne osque qu’ils écrivaient avec des caractères grecs. Vers le milieu du 5ème siècle av. jc, les Lucaniens ont poussé les peuples indigènes de la région de l’actuelle Basilicate vers les montagnes intérieures. Ils avaient adopté une constitution démocratique, sauf en temps de guerre, lorsqu’ils choisissent un dictateur parmi les magistrats ordinaires. En 336 av.jc, ils sont alliés de la colonie grecque de Tarente lors de son conflit avec le roi Alexandre 1er d’Épire pour le contrôle de la Grande Grèce.