Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 100 av.jc à 1 de notre ère > Bérénice (fille de Salomé)

Bérénice (fille de Salomé)

jeudi 3 septembre 2020, par ljallamion

Bérénice (fille de Salomé)

La Judée au 1er siècle de notre ère

Bérénice est une princesse juive, nièce d’Hérode le Grand, fille de Costobar et de Salomé, la sœur du roi Hérode.

Elle épousa son cousin Aristobule IV et lui donna cinq enfants.

Hérode Agrippa 1er roi de Batanée [1] au printemps 37 à laquelle est adjointe la Galilée [2] et la Pérée [3] deux ans plus tard, puis roi de Judée [4] après l’adjonction à ses territoires de la province romaine de Judée en 41/44.

Hérodiade ou Hérodias qui épousa ses oncles : Hérode Philippe 1er puis après l’avoir répudié grâce à sa citoyenneté romaine, Hérode Antipas le tétrarque [5] de Galilée qui avait l’ambition de devenir roi.

Hérode de Chalcis qui fut Roi de Chalcis [6] de 41 à 48, qui épousa Mariamne IV, la fille de Joseph et Olympe, avant d’épouser sa nièce Bérénice ou Julia Berenice, fille d’Agrippa 1er, avec laquelle il aura deux fils.

Mariamne III qui épousa son oncle Hérode Antipater, fils d’Hérode le Grand, exécuté sur ordre de son père quelques jours avant sa propre mort. Certains voudraient croire qu’elle a épousé ensuite son oncle Hérode Archelaus ou Hérode Archélaos, mais cela ne repose que sur une analogie de prénom, l’épouse d’Archelaus s’appelant Mariamne selon Flavius Josèphe.

Aristobule le Mineur qui épousa Jotapé ou Iotape ou Iotapa, la fille du Roi syrien Sampsigeramus II d’Émèse de la dynastie Sampsigéramide [7] et la Reine Jotapé.

Après l’exécution de son premier mari, sur la suggestion d’Antipater, le fils d’Hérode désigné alors pour régner, le roi lui donna comme époux un certain Theudion, qui était le frère de Doris (épouse d’Hérode) , la mère d’Antipater.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Bérénice (fille de Salomé) Portail Israël antique et Juifs dans l’Antiquité/ Catégorie : Dynastie hérodienne

Notes

[1] La Batanée actuellement Al-Bathaniya est une plaine fertile du sud de la Syrie actuelle. À l’est du Golan à l’ouest de la Trachonitide et au nord de l’Auranitide qui est la région frontalière avec la Jordanie. C’est une partie de l’ancien royaume de Bashân.

[2] La Galilée est souvent citée dans l’Ancien Testament, et sa partie septentrionale évoquée comme "la Galilée des Gentils" dans le Nouveau Testament. Elle est décrite par Flavius Josèphe qui évoque son histoire, son peuplement sa géographie, et lui donne deux parties : la Galilée supérieure, en grande partie peuplée de Gentils, et la Galilée inférieure, en grande partie peuplée de Juifs. Son nom de Galilée pourrait venir d’un peuplement celte, comme plus au nord la Galatie. Elle recouvrait avant la Captivité les territoires des tribus d’Issacar, de Zabulon, de Nephthali et d’Asher. Comme les Galiléens étaient de bons cultivateurs, plantant des figuiers, des oliviers, des noyers, des palmiers, des habiles artisans et de bons pêcheurs, la Galilée était prospère avec 400 villes, certaines très peuplées.

[3] La Pérée était un district situé à l’est du Jourdain. Il correspondait approximativement au Galaad de l’Ancien Testament. C’est le district décrit dans le Nouveau Testament comme étant au-delà du Jourdain. C’était une région de plateaux, où les précipitations étaient suffisantes pour permettre la croissance de fruits et la culture de céréales. À l’époque de Jésus, ce district était administré par Hérode Antipas. Les Juifs lui accordaient le même statut qu’à la Judée et la Galilée.

[4] La Judée est le nom historique et biblique d’une région montagneuse qui correspond aujourd’hui à une partie de la Cisjordanie et du sud d’Israël. Son nom vient de la tribu de Juda dont elle constituait le territoire. Dans l’Antiquité, c’était une région plutôt reculée au relief escarpé. La Judée a été le centre de plusieurs royaumes et provinces antiques : le royaume de Juda à l’âge du fer, la province perse de Yehoud Medinata, les dynasties des hasmonéens et des hérodiens puis la province romaine de Iudaea.

[5] Un tétrarque, dérivé de tessares signifiant quatre, et d’archon, chef était au sens propre le dirigeant d’une des quatre parties d’un royaume dans le cas de la Palestine ou d’un empire (Empire romain). Ce terme sera employé plus tard sans qu’il y ait réellement une division rigoureuse d’un territoire en quatre parties.

[6] l’Iturée pays situés sur les pentes orientales de l’Anti-Liban

[7] Les Sampsigéramides sont la dynastie fondée par Sampsigéram, « phylarque des Éméséniens » que Pompée avait soumis à la République romaine et qui, d’après Strabon, s’était allié en 47 av. jc avec son fils Jamblique à Quintus Caecilius Bassus contre Jules César. Aréthuse était leur lieu très-fort. Ainsi que l’ont expliqué Maamoun Abdulkarim et Oriol Olesti-Vila, la dynastie des Sampsigéramides a joué un rôle politique important dans les dernières années du royaume séleucide et les premières années de l’occupation romaine