Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 100 av.jc à 1 de notre ère > Salomé sœur d’Hérode

Salomé sœur d’Hérode

dimanche 19 janvier 2014

Salomé (sœur d’Hérode) (?-10 ap. jc)

Membre de la dynastie des Hérodiens, fille de l’iduméen Antipater et de Cypros une princesse nabatéenne.

Sœur d’Hérode le Grand. Avec son second mari Costobar, gouverneur de l’Idumée [1], elle est la mère de Bérénice, future mère d’ Agrippa 1er . Jouissant de la pleine confiance de son frère Hérode, elle joue un rôle majeur dans les intrigues qui minèrent la cour de son frère. Par ses dénonciations, elle est responsable de l’exécution par son frère de très nombreux hauts personnages et notamment de nombreux membres de la dynastie hasmonéenne. Elle est initialement mariée à Joseph, frère d’Antipater, qui est donc son oncle.

D’après Flavius Josèphe , elle accusa en 29 av.jc, Mariamne l’Hasmonéenne, la femme d’Hérode, d’avoir eu des relations coupables avec son mari Joseph. En effet, elle reprochait à Mariamne, issue de la prestigieuse dynastie hasmonéenne, de la mépriser en raison de l’origine humble de sa famille.

Elle monte ensuite un complot avec l’aide d’un échanson royal qui accuse Mariamne d’avoir tenté d’empoisonner Hérode. Malgré son amour pour Mariamne, Hérode cède à la colère et fait cette fois exécuter sa femme.

Salomé se remarie alors avec Costobar, avec lequel elle a une fille Bérénice qui épousera Aristobule IV.

Les assassinats politiques se succèdent, c’est d’abord Alexandra, la mère de Mariamne l’Hasmonéenne qui est exécutée en 28 av. jc. Puis une série de proches d’Hérode, accusés à tort ou à raison, de complot. Toutes ces condamnations reposent sur des accusations de Salomé.

Lors de la prise de Jérusalem en 37 av. jc Costobar avait été chargé de verrouiller les sorties de la ville. En dépit des instructions d’Hérode, il avait non seulement laissé sortir les fils de Babas ou les fils de Sabbas liés aux Hasmonéens et qui s’étaient opposés à Hérode jusqu’au bout mais en plus il leur avait emménagé un lieu d’exil à peu de distance de Jérusalem, mais sur le territoire de l’Idumée dont il était gouverneur. Apprenant cela, Hérode fait exécuter Costobar.

Lorsque les fils qu’Hérode 1er le Grand a eu avec Mariamne l’Hasmonéenne Aristobule IV et Alexander rentrent de Rome où ils ont été élevés pour succéder éventuellement à Hérode, Salomé parvient à nouveau à monter un complot pour s’en débarrasser. La haine de Salomé est attisée par les propos de Glaphyra , la femme d’Alexander et fille du roi Archélaos de Cappadoce. Salomé craint qu’une fois, Alexandre parvenu au pouvoir ne la fasse exécuter puisqu’il est de notoriété publique que c’est elle qui a obtenu la condamnation à mort de sa mère Mariamne. Elle s’allie donc avec Antipater, un fils qu’Hérode a eu avec sa première femme Doris qu’il a répudiée en 49 av. jc pour pouvoir se marier avec Mariamne l’Hasmonéenne. Elle promet de soutenir ses prétentions à la succession de son père si celui-ci parvient à faire accuser Aristobule et Alexandre. Elle parvient alors à obtenir la disgrâce des 2 fils de Mariamne en les accusant de complot contre leur père avec la complicité de Glaphyra et d’Archéloas de Cappadoce. Toutefois, Hérode est contraint de feindre de se réconcilier avec eux sous la pression de l’empereur Auguste. L’empereur accorde toutefois à Hérode le droit de faire figurer Antipater parmi ses successeurs.

Salomé désire ensuite se remarier avec Syllaios, un puissant noble nabatéen, qui exerce le pouvoir de fait en lieu et place du roi de Pétra [2] Obodas III et qui aspire à lui succéder. Mais Hérode s’oppose à ce mariage à plusieurs reprises en prétextant que Syllaios refuse de se faire circoncire.

Toutefois Salomé ne veut pas céder et c’est finalement sa grande amie l’impératrice Livie qui parvient à la convaincre de renoncer à ce projet. Elle accepte alors de se remarier avec Alexas, un conseiller d’Hérode.

En 7 av. J.-C., la dénonciation d’un nouveau complot permet à Hérode de faire exécuter Aristobule IV et Alexander après un procès qui se déroule à Béritos [3]. À partir de ce moment la répression ne connaît plus aucun frein, Hérode fait exécuter 300 officiers de son armée, ainsi que son barbier, Tryphon, accusé d’avoir secrètement pris parti pour Alexandre. Avant le procès des princes, il avait fait réunir leurs proches dans l’hippodrome de Jéricho et les avait fait lapider après une parodie de procès.

Antipater devient l’héritier désigné. Pour le cas où celui-ci mourrait avant lui, le testament désignait pour successeur Hérode Boëthos , le fils qu’Hérode le Grand avait eu de la fille du grand prêtre. Antipater est associé au trône et fait office de vice-roi.

Mais Salomé découvre une nouvelle conspiration. Avant de partir pour Rome pour porter le nouveau testament à l’empereur, Antipater s’est secrètement fait apporter un poison d’Alexandrie, pour faire empoisonner Hérode tout en impliquant Salomé par une fausse lettre. Salomé attend la mort de son frère Phéroras qui fait lui aussi partie du complot puis le révèle à Hérode. Celui-ci laisse son fils rentrer de Rome et le jette en prison dès son arrivée dans le royaume, puis le fait exécuter 5 jours à peine avant de mourir.

Hérode rédige alors un nouveau testament sur lequel figure Hérode Archélaos , Hérode Antipas , Philippe le Tétrarque et Salomé.

Hérode est alors atteint d’une terrible maladie qui va le conduire à la mort, il fait emprisonner de nombreux opposants arrêtés en divers endroits de la Judée. Il demande à Salomé et à son mari Alexas qui est aussi son premier ministre, qu’après sa mort ils soient tous massacrés par les archers de sa garde. L’ordre ne sera toutefois pas exécuté par Salomé et Alexas en dépit des promesses faites au roi. Ils se rendent tous deux à l’hippodrome font libérer les prisonniers, puis révèlent la mort d’Hérode aux militaires. Aléxas lit publiquement une lettre du roi à ses troupes qu’il remercie pour leur fidélité, puis le testament d’Hérode est révélé.

À la mort d’Hérode en 4 av. jc elle reçoit les villes de Yavné [4], Ashdod [5] et Phasaelis, ainsi qu’un palais à Ascalon [6]. Elle en perçoit les revenus alors que les territoires sont administrés par son neveu Archélaos, ethnarque de Judée.

Lorsqu’en 6 ap. jc, Archélaos est démis de ses fonctions et envoyé en exil en Gaule transalpine, elle conserve ses apanages, alors qu’est nommé Coponius, le premier préfet de Judée.

Elle meurt alors que Marcus Ambivius est gouverneur de Judée. Elle lègue alors ces territoires à son amie l’impératrice Livie.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia/ Salomé (sœur d’Hérode)/ Portail de la Rome antique/ Dynastie hérodienne

Notes

[1] Édom est un petit royaume du Proche-Orient ancien situé au sud de la mer Morte, au sud de la Transjordanie et de la Judée, de part et d’autre de la vallée de la Aravah. Le terme Édom désigne à la fois un peuple, les Édomites, et une région.

[2] Pétra, est une ancienne cité cananéenne de l’actuelle Jordanie située dans le Wadi Rum. Créée dans l’Antiquité vers la fin du 8ème siècle av. jc par les Édomites, elle est ensuite occupée vers le 6ème siècle av. jc par les Nabatéens qui la font prospérer grâce à sa position sur la route des caravanes transportant l’encens, les épices et d’autres produits précieux entre l’Égypte, la Syrie, l’Arabie du Sud et la Méditerranée.

[3] Beyrouth

[4] Yavné ou est une ville du district centre d’Israël.

[5] Ashdod est la cinquième plus grande ville et le premier port d’Israël (devant Haïfa). Située sur la plaine du littoral à mi-chemin entre Tel Aviv et Gaza, dans le district sud d’Israël, elle se trouve à 35 km de Tel Aviv, à 25 km de Ashkelon et à 70 km de Jérusalem et Beer-Sheva.

[6] Ashkelon ou Ascalon est une ville balnéaire d’Israël sur la côte méditerranéenne dans le district sud, au nord de la Bande de Gaza. Elle est située à 64 km au sud de Tel-Aviv.