Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Érigyios

dimanche 25 août 2019, par ljallamion

Érigyios (mort vers 329 av. jc)

Compagnon et général d’Alexandre le Grand

Répartition de l'empire d'Alexandre le Grand lors des guerres des diadoquesOriginaire de Lesbos [1], il est l’un des Grecs non-Macédoniens, de plus haut rang au sein de l’armée macédonienne.

Fils de Larichos qui appartient à l’aristocratie de Mytilène  [2], il fait partie, avec son frère Laomédon, des hetairoi [3] d’Alexandre le Grand qu’il connaît depuis l’enfance. Il participe aux intrigues de l’affaire Pixodaros contre Philippe II qui le fait exiler en compagnie de son frère, Laomédon, de Ptolémée, d’Harpale et de Néarque. Il est l’un des Grecs de plus haut rang au sein de la cour macédonienne avec notamment Eumène de Cardia et Néarque.

Il commande en tant qu’hipparque [4] le corps des cavaliers grecs. Mais il n’est pas impossible que Diodore de Sicile a pu commettre une erreur, car c’est Philippos, fils de Ménélas, qui est mentionné comme chef des cavaliers alliés à la bataille du Granique [5] selon d’autres sources. Mais Arrien donne aussi Érigyios comme hipparque aux côtés de Philippos.

En 330 av. jc, il conduit, avec Phrataphernès , Artabaze, Caranos et Andronicos d’Olynthe , un corps expéditionnaire en Arie [6] pour réprimer l’insurrection de Satibarzanès, l’un des assassins de Darius III, qu’il aurait tué en combat singulier.

Érigyios trouve ensuite la mort en combattant près de Samarcande [7] vers 329 av. jc.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Érigyios/ Portail de la Grèce antique/ Catégories : Macédoine antique/ Général de la Grèce antique

Notes

[1] Lesbos est une île grecque de la périphérie d’Egée Septentrionale, souvent aussi appelée du nom de sa capitale Mytilène. L’île présente plusieurs centres d’intérêt, notamment culturel (vestiges antiques), géologique, gastronomique et religieux. Lesbos est aussi connue dans le monde antique pour la qualité de ses vins et de son bois de construction pour les navires et pour son marbre bleu clair.

[2] Mytilène est la principale ville de Lesbos, l’île grecque de la mer Égée souvent aussi appelée Mytilène du nom de sa capitale. Elle est bâtie sur la pointe sud de l’île, à proximité de la côte turque.

[3] Compagnons

[4] Un hipparque est un général commandant une hipparchie, une division de cavalerie dans la Grèce et la Macédoine antique, le plus souvent formée de 500 cavaliers.

[5] La bataille du Granique oppose en mai 334 av. jc pour la première fois l’armée macédonienne à l’armée perse sur les rives du fleuve Granique (actuel Biga Çayı en Turquie). Alexandre le Grand remporte une victoire contre les satrapes perses qui lui ouvre les portes de l’Asie Mineure. Cet affrontement est la première d’une série de trois victoires des Macédoniens contre les Perses.

[6] L’Arie est le nom de l’une des satrapies de l’Empire perse Achéménide. Elle était située au Nord de la Drangiane et au Sud-est de la Parthie. Elle correspondait à la partie orientale du Khorāsān Iranien et à la région de Hérat dans l’Afghanistan actuel. Elle bordait principalement la vallée de la rivière Hari qui, dans l’antiquité, était considérée comme particulièrement fertile et riche en vin. Cette satrapie fut conquise par Alexandre le Grand en 330 av. jc qui y fonda la ville d’Alexandrie d’Arie qui correspond à Hérat. Satibarzane, le satrape d’Arie se révolta après avoir fait semblant de se soumettre. Alexandre le Grand dû envoyer deux corps d’armée, dont l’un fut vaincu, pour venir à bout de sa résistance.

[7] Samarcande ou parfois Samarkand est une ville d’Ouzbékistan, capitale de la province de Samarcande. Elle fut une des plus grandes cités d’Asie centrale. Lors de ces différentes occupations, Samarcande a abrité des communautés religieuses diversifiées et est devenue le foyer de plusieurs religions tel que le Bouddhisme, le Zoroastrisme, l’Hindouisme, le Manichéisme, le Judaïsme et l’Église de l’Orient. Les armées des Omeyyades sous Qutayba ben Muslim conquièrent la ville vers 710. Après la conquête de la Sogdiane, l’Islam devient la religion dominante à Samarcande où beaucoup d’habitants se convertissent. Selon la légende, durant le règne des Abbassides, le secret de la fabrication du papier est obtenu de deux Hans, prisonniers faits lors de la Bataille de Talas en 751. Cette invention permit la fondation de la première papeterie de Samarcande et se diffusa dans le reste du monde islamique et plus tard en Europe