Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Lysanias

mercredi 6 avril 2016

Lysanias

Souverain de l’Abilène

Chez Flavius Josèphe, il est souvent qualifié de roi de Chalcis [1] et de roi des Ituréens [2] chez Dion Cassius. Il succède en 40 av. jc à son père Ptolémée Mennaeus.

Vers 39 av. jc, devant l’avancée des troupes parthes [3] du roi Pacorus 1er menée par le satrape Barzapharnès , il se rallie à eux, comme les autres rois clients de la région. Barzapharnès occupe la vallée de la Bekaa [4] et Pacorus progresse le long de l’étroite bande côtière.

Après la mort de Ptolémée Mennaus, son père, Lysanias poursuit le soutien du royaume à Antigone II et intervient par la suite en sa faveur. Pacoros, un autre de ses fils, persuade Barzapharnès de ramener sur le trône Antigone et de déposer Hyrcan, en lui promettant mille talents et cinq cents femmes d’après Flavius Josèphe.

Le satrape fournit une armée parthe à Pacoros qui se dirige jusqu’à Jérusalem et obtient par la ruse qu’Hyrcan et Phasaël, un des frères d’Hérode, partent avec lui sous le prétexte d’aller négocier avec Barzapharnès. Mais peu après, il les fait prisonnier tous les deux.

Lysanias est mis à mort sur ordre de Marc Antoine et à la demande de Cléopâtre VII qui désirait s’emparer de ses territoires. Toutefois, son fils Zénodore, prit alors le contrôle, de certains des territoires confisqués, notamment des régions au sud de Damas (Ulatha et Paneas (Baniyas), à l’Ouest de la Trachonitide).

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Lysanias/ Portail de la Rome antique/ Monarque de l’Antiquité

Notes

[1] Vers la fin du 1er siècle av. jc, à la faveur des désordres qui marquent la fin des Séleucides, les Arabes Ituréens occupent la Bekaa et le Nord du Liban et fondent un vaste royaume dont la capitale politique est Chalcis et la capitale religieuse Héliopolis-Baalbek. Ces Ituréens tentent d’étendre leur pouvoir sur tout le versant occidental du Liban. Lorsque Pompée, vers 64/63, s’empare de la région, il réorganise l’administration de la région, un certain nombre de cités sont retirées de la principauté ituréenne.

[2] L’Iturée est le nom grec d’une région limitrophe de la Palestine pendant les périodes hasmonéeenne, hérodienne et romaine, au Liban et dans l’Anti-Liban, autour de la plaine de la Bekaa. L’Iturée n’est mentionnée qu’une fois dans le Nouveau Testament, dans l’Évangile selon Luc, elle figure aussi avec le nom de certains de ses rois dans le Talmud. Elle est en revanche mentionnée par de nombreuses sources historiques.

[3] La Parthie est une région historique située au nord-est du plateau iranien, ancienne satrapie de l’empire des Achéménides et berceau de l’Empire parthe qui domine le plateau iranien et par intermittence la Mésopotamie entre 190 av. jc et 224 ap. jc. Les frontières de la Parthie sont la chaîne montagneuse du Kopet-Dag au nord (aujourd’hui la frontière entre Iran et Turkménistan) et le désert du Dasht-e Kavir au sud. À l’ouest se trouve la Médie, au nord-ouest l’Hyrcanie, au nord-est la Margiane et au sud-est l’Arie. Cette région est fertile et bien irriguée pendant l’antiquité, et compte aussi de grandes forêts à cette époque.

[4] La plaine de la Bekaa, aussi appelée simplement Bekaa, est une vallée située dans la partie orientale du Liban, encadrée à l’ouest par le mont Liban et à l’est par l’Anti-Liban.