Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 4ème siècle > Grégoire de Cappadoce

Grégoire de Cappadoce

vendredi 19 février 2016

Grégoire de Cappadoce (mort en 345)

Evêque d’Alexandrie des ariens du 22 mars 339 à sa mort

Il fut nommé évêque d’Alexandrie [1] par un concile arien [2] réuni à Antioche [3] pendant l’hiver 338/339, alors que l’empereur Constance II résidait dans cette ville. Ce concile décréta la déposition d’Athanase, qui avait été rétabli à Alexandrie le 23 novembre 337, après la mort de Constantin 1er, grâce à l’appui de son fils aîné Constantin II, qui régnait désormais en Occident.

Les ariens Eusèbe de Nicomédie à leur tête avaient protesté car une décision conciliaire avait été ainsi bafouée. Ils avaient déjà installé à Alexandrie un évêque concurrent d’Athanase en la personne de Pistus, mais celui-ci ne semble pas s’être imposé.

Grégoire de Cappadoce participa lui-même au concile d’Antioche qui le nomma comme deuxième choix, après le refus d’ Eusèbe d’Émèse et dont il signa les décrets comme évêque d’Alexandrie.

De sa vie antérieure, on sait seulement qu’il avait été étudiant à Alexandrie et était redevable à l’évêque Athanase.

Alexandrie était en proie au tumulte. Le dimanche 18 mars 339, une troupe tenta d’appréhender Athanase alors qu’il procédait à des baptêmes dans l’église Saint-Théonas, mais il parvint à s’enfuir le lendemain matin.

Le 22 mars, Grégoire fit son entrée dans la ville comme évêque, escorté par une armée de cinq mille hommes. Athanase resta encore dans la ville pendant quatre semaines, officiant dans d’autres églises, puis il prit la fuite à destination de Rome le 16 avril. Pendant les troubles violents qui accompagnèrent le changement d’évêque, l’église Saint-Denys fut incendiée.

Grégoire, comme les autres évêques imposés en Orient par les ariens, fut excommunié par la faction majoritaire du concile de Sardique [4] à l’été 343, mais les ariens présents se retirèrent à Philippopolis, sur le territoire de Constance II, et y organisèrent un contre concile qui excommunia le pape Jules 1er.

Cependant l’empereur d’Occident Constant 1er, soutien du pape et d’Athanase, envoya au début 344 une ambassade à son frère, prenant fait et cause pour les décisions du concile et présentant leur non-respect comme un casus belli. Constance II vint à composition, et en août 344 publia une lettre officielle ordonnant la cessation des persécutions contre les partisans d’Athanase à Alexandrie. Grégoire, qui était malade depuis plusieurs années, mourut dix mois plus tard, le 26 juin 345. Dès le printemps 345, Grégoire étant mourant, Constance II avait fait des démarches auprès d’Athanase en vue de sa restauration, qui eut lieu le 21 octobre 346.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Grégoire de Cappadoce/ Portail des chrétiens d’Orient/ Patriarche d’Alexandrie

Notes

[1] Alexandrie est une ville en Égypte. Elle a été fondée par Alexandre le Grand en 331 av.jc. Dans l’Antiquité, elle a été la capitale du pays, un grand centre de commerce (port d’Égypte) et un des plus grands foyers culturels hellénistiques de la mer Méditerranée centré sur la fameuse bibliothèque, qui fonda sa notoriété. C’est actuellement la deuxième ville la plus peuplée du pays après Le Caire. La ville d’Alexandrie est située à l’ouest du delta du Nil, entre le lac Maréotis et l’île de Pharos. Cette dernière était rattachée à la création de la ville par l’Heptastade, sorte de digue servant aussi d’aqueduc, qui a permis non seulement l’extension de la ville mais aussi la création de deux ports maritimes.

[2] L’arianisme est un courant de pensée théologique des débuts du christianisme, due à Arius, théologien alexandrin au début du 4ème siècle, et dont le point central concerne les positions respectives des concepts de « Dieu le père » et « son fils Jésus ». La pensée de l’arianisme affirme que si Dieu est divin, son Fils, lui, est d’abord humain, mais un humain disposant d’une part de divinité. Le premier concile de Nicée, convoqué par Constantin en 325, rejeta l’arianisme. Il fut dès lors qualifié d’hérésie par les chrétiens trinitaires, mais les controverses sur la double nature, divine et humaine, du Christ (Dieu fait homme), se prolongèrent pendant plus d’un demi-siècle. Les empereurs succédant à Constantin revinrent à l’arianisme et c’est à cette foi que se convertirent la plupart des peuples germaniques qui rejoignirent l’empire en tant que peuples fédérés. Les wisigoths d’Hispanie restèrent ariens jusqu’à la fin du 6ème siècle et les Lombards jusqu’à la moitié du 7ème siècle.

[3] Antioche est une ville de Turquie proche de la frontière syrienne, chef-lieu de la province de Hatay. Elle est située au bord du fleuve Oronte. Antioche était la ville de départ de la route de la soie.

[4] Le concile de Sardique est convoqué par les empereurs en 343 par les empereurs Constant et Constance II, sur l’instance du pape Jules 1er. Le motif de ce synode était l’examen du conflit entre les évêques occidentaux et orientaux catholiques, d’une part, et des orientaux arianisants, persistant depuis le Premier concile de Nicée qui avait en 325 déclaré l’arianisme anathème.