Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Tiberius Julius Alexander

lundi 16 novembre 2015

Tiberius Julius Alexander

Gouverneur romain-Général de l’Empire romain

Né dans une riche famille juive d’Alexandrie, il est le neveu de Philon d’Alexandrie. Son père était Alabarch [1] d’Alexandrie. Probablement très hellénisé, il s’éloigne des pratiques de la religion juive. Il devient épistratège [2] de Thébaïde [3] en Égypte en 42, puis est promu procurateur [4] de Judée de 46 à 48 par l’empereur Claude. Il est remplacé en 48 par Ventidius Cumanus.

Il aurait également eu des relations commerciales et financières avec Hérode Agrippa 1er, petit-fils de Hérode le Grand et avec Antonia Minor, mère de l’empereur Claude. C’est notamment son père qui, vers 35, prête une grosse somme d’argent à Agrippa, alors que celui-ci est ruiné, pour lui permettre de se rendre à Rome et d’y mener un train de vie digne de son rang. Un investissement décisif, puisqu’à l’issue de quelques péripéties, grâce à son séjour romain, Caligula sortira Hérode Aggippa de prison, pour le nommer roi juif de Trachonitide [5], au printemps 37.

Tiberius Alexander semble avoir participé avec son oncle Philon à l’ambassade des juifs d’Alexandrie auprès de Caligula en 39-40.

Il continue néanmoins de profiter des rapports qu’entretient toujours sa famille auprès des puissants de l’Empire, même après la mort de Caligula. Son frère Marcus épouse Bérénice, la fille d’Hérode Agrippa 1er devenu roi de Judée en 39, tout en conservant ses anciens territoires.

Après que Claude soit devenu empereur en 41, et peut-être grâce à la médiation d’Agrippa 1er, Tiberius Alexandre entre dans l’armée romaine et dans la vie publique romaine. Malgré les désavantages de ses origines alexandrine et juive, il accède à la carrière équestre.

Il aurait fait partie de l’état-major de Gnaeus Domitius Corbulo lors de ses campagnes contre les Parthes [6] en 62-64. La paix qui a été conclue à Rhandeia [7] entre les Parthes et l’Empire romain en l’an 63, accordait que l’Arsacide Tiridate resterait sur le trône arménien, mais comme client des Romains. En 66, il escorte avec le gendre de Corbulo, Tiridate jusqu’à Rome pour y être couronné par Néron.

En mai de la même année, Néron le nomme Préfet d’Egypte, il engage alors ses légions contre les Juifs alexandrins lors de violences ethniques qu’il réprime brutalement. Grâce à son soutien à Vespasien, qu’il fait reconnaître empereur par ses légions dès le 1er juillet 69, il contribue à son accession au trône.

Vespasien se rend rapidement en Égypte, laissant la guerre de Judée sous le commandement de Titus. Tibère Alexandre est alors envoyé en Judée pour seconder Titus. Il participe au siège de Jérusalem jusqu’à la prise de la ville en avril 70. Il participe probablement ensuite aux opérations militaires qui se poursuivent, notamment en direction de la mer Morte, bataille de la forêt de Jardes et prise de la forteresse de Macheronte [8], alors que Titus déploie une activité diplomatique en Syrie.

La vie de Tibère Alexandre sous le règne de Vespasien reste assez méconnue. Un papyrus égyptien détérioré mentionne qu’il a obtenu le titre de préfet du prétoire, ce qui peut donner lieu à deux interprétations : soit il a eu ce grade militaire dans l’état major de Titus, soit il est devenu préfet de la garde prétorienne à Rome. Dans les deux cas, Alexandre atteignit une position dans l’Empire romain sans précédent pour un Juif de naissance, qui plus est d’origine égyptienne.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Tiberius Julius Alexander/ Portail Israël antique et Juifs dans l’Antiquité/ Procurateur de Judée

Notes

[1] un poste de haut fonctionnaire qui correspond à Directeur des douanes

[2] sous-préfet

[3] La Thébaïde était une région méridionale de l’Égypte antique. Son nom provient de sa capitale Thèbes. On comprend sous cette appellation, tantôt seulement les sept nomes de la Haute Égypte (Tentyra, Coptos, Thèbes, Hermonthis, Latopolis, Apollinopolis Magna, Ombos), tantôt les huit qui forment la partie sud de la Moyenne Égypte (Diospolis Parva, Abydos, This, Chemmis, Aphroditopolis, Antaeopolis, Hypselis, Lycopolis), ainsi que la Grande Oasis, qui sous les Romains formait aussi un nome. Sous les Ptolémées, la Thébaïde forma un district administratif dirigé par l’Épistratège de Thèbes, qui avait également la responsabilité de la navigation sur la mer Rouge et l’océan Indien.

[4] Dans la Rome antique le terme procurateur désigne au départ un personnage nommé par un autre pour s’occuper d’une tâche précise, mais l’usage le plus courant du terme, à partir d’Auguste désigne un fonctionnaire impérial choisi par l’empereur romain dans l’ordre équestre ou parmi ses anciens esclaves, on parle alors de procurateur affranchi.

[5] Dans l’Antiquité, le Trachon ou la Trachonitide est le nom grec d’une région de chaos rocheux basaltiques appelé Argob dans la Bible, située au sud de Damas, en Syrie. Son nom actuel est le Al-Lejâh. Au 1er siècle av. jc cette région, difficile d’accès, était occupée par des tribus arabes qui razziaient le plateau agricole du Hauran à l’ouest. Cette région fut incorporée par Marc Antoine au royaume d’Hérode le Grand qui installa des colons militaires juifs « dans la toparchie de Batanée, limitrophe de la Trachonitide » où ils fondèrent la ville de Bathyra et la fortifièrent.

[6] La Parthie est une région historique située au nord-est du plateau iranien, ancienne satrapie de l’empire des Achéménides et berceau de l’Empire parthe qui domine le plateau iranien et par intermittence la Mésopotamie entre 190 av. jc et 224 ap. jc. Les frontières de la Parthie sont la chaîne montagneuse du Kopet-Dag au nord (aujourd’hui la frontière entre Iran et Turkménistan) et le désert du Dasht-e Kavir au sud. À l’ouest se trouve la Médie, au nord-ouest l’Hyrcanie, au nord-est la Margiane et au sud-est l’Arie. Cette région est fertile et bien irriguée pendant l’antiquité, et compte aussi de grandes forêts à cette époque.

[7] Le traité de Rhandeia est signé en 63 par les Parthes et l’Empire romain, à l’issue d’une guerre arméno romano parthe qui avait pris naissance deux ans auparavant. Il est la suite de la défaite que les Romains subirent à la bataille de Rhandeia en 62.

[8] Macheronte ou Machaerus est un site de Jordanie sur lequel se trouvent les restes d’un palais fortifié. Il est situé sur une colline à environ 24 km au sud-est de l’embouchure du Jourdain sur la côte orientale de la mer Morte. Selon Flavius Josèphe, Jean le Baptiste y a été emprisonné et exécuté. Les rebelles juifs se sont emparés de la forteresse au début de la Grande révolte en 66. Les Romains s’en sont emparés à nouveau en 72 et l’ont détruite, n’en laissant que les fondations.