Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 13ème siècle > Gaucher V de Châtillon

Gaucher V de Châtillon

dimanche 11 octobre 2015

Gaucher V de Châtillon (vers 1249-1329)

Seigneur de Châtillon-Comte de Porcien-Connétable de Champagne en 1284-Connétable de France de 1302 à 1329-Précepteur du futur Louis X de France

Né à Châtillon-sur-Marne [1] Gaucher V de Châtillon est le fils de Gaucher IV de Châtillon seigneur de Châtillon, et de sa femme Isabelle de Villehardouin. Il est le petit-fils de Hugues 1er de Châtillon comte de Blois et Saint-Pol.

En 1284, Philippe III le nomme connétable [2] de la province de Champagne [3].

Au cours d’un engagement contre la flotte aragonaise commandée par Roger de Lauria , Charles II d’Anjou est fait prisonnier en 1284. Il reste captif à Barcelone pendant 4 ans. Gaucher V de Châtillon réussit à le faire libérer des geôles aragonaises. Philippe le Bel lui en est très reconnaissant. Le prince, parent et allié du roi de France, se fait couronner roi de Naples.

Le fief de Château-Porcien [4], situé dans les Ardennes, devient possession de Philippe le Bel par son mariage avec Jeanne, fille du roi Henri 1er de Navarre, et le roi l’érigea en comté. La Champagne étant, par ce mariage, unie à la France et le roi souhaitant établir une prévôté royale, il échange en janvier 1289 le comté de Porcien [5], Rozoy [6] et Gandelu, qu’il avait donné à Gaucher V, contre le domaine de Châtillon-sur-Marne*, ainsi que la châtellenie [7] de Crécy-en-Brie [8], celle de Crèvecœur, et un fief du côté de Roucy*. Gaucher conserva la seigneurie du château de Châtillon, réservée à lui et à ses descendants.

En 1291, Gaucher V, désormais de Châtillon, chasse de Champagne l’armée du comte Henri III de Bar , gendre du roi Édouard 1er d’Angleterre. Il conseille au roi une politique de fermeté face aux prétentions des Anglais. Il les combat en Guyenne en 1296, et il débarque à Douvres, prend la ville et la brûle, créant ainsi une diversion.

En 1302, pendant le conflit entre le pape Boniface VIII et Philippe le Bel, Châtillon essaie de convaincre la noblesse qu’un roi de France n’a de compte à rendre qu’à Dieu. Le roi se venge de plusieurs années d’affronts et d’actes hostiles, et le vieux pape se retrouve en prison.

En Flandre, en 1302, Gaucher V de Châtillon étouffe la révolte de Bruges [9], et fait construire dans cette ville une citadelle aux dépens des habitants. Il en fait élever deux autres à Lille et à Courtrai [10]. Il fortifie plusieurs autres places qui avaient été démantelées et surcharge la Flandre d’impôts. Bientôt le mécontentement devient général. L’explosion est terrible. Bruges, Gand , Dam et Ardembourg se soulèvent. Guillaume de Juliers, neveu du comte de Flandre, vient se joindre aux révoltés.

Châtillon rassemble ses troupes et entre dans Bruges. Mais le bruit s’étant répandu que, parmi ses bagages se trouvent des tonneaux remplis de cordes pour pendre un grand nombre d’habitants, le peuple prend les armes. 1500 cavaliers français et environ 2000 fantassins sont tués ou assommés. Châtillon a son cheval tué sous lui. Il se sauve dans la maison d’un gentilhomme, qui le cache, et dans la nuit il s’évade déguisé en prêtre en traversant à la nage le fossé de la ville.

Bientôt, Guillaume de Juliers, élu général, s’empare de Furnes, de Bergues, de Vindale et de Cassel. Gui de Flandre, arrive suivi de quelques troupes allemandes. Courtrai, Audenarde, Ypres lui ouvrent leurs portes.

Châtillon se rend en France pour accélérer l’envoi d’une puissante armée. Elle ne tarde pas à s’avancer sous le commandement de Robert II d’Artois. Il y a en Flandre un parti français considérable, qu’on appelle la faction du lis, qui, de concert avec Châtillon, n’a pu arrêter les progrès de la révolte, se réunit à l’armée française, forte de 47 000 soldats.

Les deux armées se rencontrent à la bataille de Courtrai [11], le 11 juillet 1302, qui voit la victoire des Flamands. Après la mort de Raoul II de Clermont , tué durant la bataille, Philippe IV de France le nomme connétable de France. Il prend une part importante à la victoire de Mons-en-Pévèle [12] sur les Flamands le 18 août 1304. L’armée française, désormais sous les ordres de Gaucher V de Châtillon, obtient quelques succès pendant l’hiver. Une trêve est conclue au printemps 1305.

C’est alors que le roi envoie le futur Louis X, son fils, en Navarre, pour prendre possession de ce royaume, dont il a hérité par la mort de Jeanne de Navarre, sa mère. Le connétable était jusqu’ici en quelque sorte chargé de l’éducation de ce jeune prince.

Comme la ville de Pampelune, capitale de cet état, est divisée en deux partis, on craint quelque soulèvement. Il est décidé que Gaucher V de Châtillon accompagnera Louis dans son voyage, avec entre autres, le comte de Boulogne. Cette nombreuse suite inquiète d’abord le roi d’Aragon. Il craint que Louis n’entreprenne de lui faire la guerre, mais voyant que ce prince se contente de visiter ses terres, il se rassure. Louis est couronné roi le 1er octobre 1307. Mais à son retour, Gaucher V de Châtillon est blâmé, car il n’a pas attaqué les Aragonais.

Louis X de France est sacré roi de France en 1314. Ce prince lui confie alors les affaires les plus importantes de l’État. Les Flamands se soulèvent à nouveau. Le roi doit faire revenir les Juifs dans le royaume et libérer les serfs pour se procurer l’argent permettant de lever une armée. La campagne contre les Flamands est un échec.

Gaucher V de Châtillon, lors du Conseil de Régence, réuni quelques semaines après la mort du roi Louis X de France, le 5 juin 1316, propose de décréter l’impossibilité pour les filles d’accéder à la couronne, bien qu’aucune coutume du passé ne semble légitimer cette solution.

À la mort de Louis le Hutin, la reine est enceinte du futur Jean 1er. Philippe frère du roi décédé devient régent du royaume. Gaucher V de Châtillon a été nommé exécuteur testamentaire par Louis X. Charles de Valois, oncle de Philippe V, soutenu par le parti féodal, veut s’emparer de la régence, mais le connétable Gaucher V de Chatillon arme les bourgeois de Paris, qui n’aiment pas Charles, et avec eux chasse du Louvre ses gens d’armes.

Le jeune Robert III d’Artois, petit-fils du comte d’Artois, Robert, mort à Courtrai, a en vain réclamé ce comté en 1309. La cour des pairs l’a attribué à sa tante, la comtesse de Bourgogne Mahaut d’Artois. En 1316, durant la régence, Robert proteste contre cette décision. Soutenu par la noblesse du pays, il repousse Gaucher de Châtillon, prend Arras et Saint-Omer et force le régent à déployer l’oriflamme à la basilique de Saint Denis, le 30 octobre.

Gaucher de Châtillon assiste au sacre de Philippe le long, en 1317. Il fait fermer les portes de la ville et surveiller les rues par de nombreux corps de gardes. Puis il part combattre les Flamands. Il met le pays à feu et à sang et fait beaucoup de prisonniers.

Peu de temps avant sa mort, Philippe veut aller à la croisade. Et comme le pays connaît de grandes épidémies, le roi accuse les juifs et les lépreux, agissant pour le compte des princes mahométans, d’empoisonner les puits, les fontaines et les sources. La totalité des juifs sont à nouveau expulsés, et quelques lépreux sont brûlés vifs.

Le roi meurt à 28 ans, officiellement de dysenterie. Gaucher V de Châtillon se charge de la succession. Gaucher de Châtillon assiste au sacre de Charles le Bel, qui le choisit, en 1324, pour être l’un de ses exécuteurs testamentaires.

Il signe, comme commissaire au nom du roi, les traités de paix faits avec l’Angleterre en 1325 et 1326, puis en 1328. Il est ministre, même s’il doit aller combattre les Anglais en Guyenne. Ces traités de paix sans cesse rompus et ces guerres annoncent déjà la guerre de Cent Ans.

Gaucher V de Châtillon met sur le trône Philippe VI, malgré les prétentions du roi d’Angleterre à la couronne de France. Malgré ses 80 ans, il se distingue à la bataille de Cassel [13] le 23 août 1328 qui voit la défaite des Flamands à nouveau révoltés.

Gaucher V de Châtillon meurt, au début du long règne de Philippe VI, en 1329, au milieu de sa nombreuse famille et est inhumé en l’abbaye de Pont-aux-Dames [14] à Couilly-Pont-aux-Dames [15].

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Georges Bordonove, Les Rois qui ont fait la France - Les Valois - Charles V le Sage, tome 1, éditions Pygmalion, 1988.

Notes

[1] Châtillon-sur-Marne est une commune française, située dans le département de la Marne. Vers 948/950, le village fut assailli par Renaud ; comte de Roucy. C’est le fief historique de la maison de Châtillon qui furent de grands seigneurs de la Champagne.

[2] Le connétable sous l’Ancien Régime apparaît dès la dynastie mérovingienne. Son rôle se cantonnait à la gestion des écuries royales. Mais suite à l’effritement du pouvoir royal, ce dernier prend de l’ampleur envers tous les corps d’armée. Sous les Capétiens, le connétable de France est le « chef souverain des armées de France ».

[3] La Champagne est une ancienne province française à l’origine un comté palatin qui recouvrait l’actuelle région administrative Champagne-Ardenne, le sud du département de l’Aisne et la majeure partie du département de Seine-et-Marne jusqu’à la Brie mouvante, située entre le cours supérieur de l’Yerres et la via Agrippa, et la Brie française. Au nord, la frontière changeante avec la Principauté de Liège incluait Sugny, excluant Givet. Son terroir a donné son nom au vignoble de Champagne.

[4] Château-Porcien est une commune française, située dans le département des Ardennes. Château-Porcien est situé dans la vallée de l’Aisne est dominé par un rocher escarpé sur lequel on voit les ruines d’un château fort. Au 14ème siècle, Château-Porcien est élevé en comté par Charles VII pour récompenser Antoine 1er le Grand de Croÿ, le titre de comte se transmit à la famille de Croÿ.

[5] La première mention du pagus portuensis (comté du Porcien) remonte au 8ème siècle. Il s’agissait d’un comté carolingien puissant. Les comtes qui en ont la charge sont fidèles à la dynastie carolingienne en place. Lors du Traité de Verdun en 843, le pagus portuensis est cédé à Charles le Chauve. Il devient dès lors un comté-frontière. Le Porcien et ses comtes endossent, de fait, le rôle de défenseurs du royaume contre le puissant voisin Lotharingien et surtout Germanique. Au 13ème siècle, le comté appartient à la maison de Châtillon.

[6] Rozoy-sur-Serre est une commune française, située dans le département de l’Aisne.

[7] La châtellenie désigne le territoire sur lequel le maître du château exerce ses droits banals. En son centre se trouve le château qui est le chef-lieu de châtellenie, administré par un châtelain

[8] Crécy-la-Chapelle depuis 1972

[9] Les matines de Bruges sont le massacre au cours de la nuit dans leur chambre à coucher d’un millier de partisans du roi de France, dont la garnison française logée chez l’habitant et de bourgeois par les membres des milices communales flamandes le 18 mai 1302. La dénomination "matines" a été donnée par analogie avec les Vêpres siciliennes. Cette révolte mena à une autre bataille célèbre, la bataille des Éperons d’or, qui opposera les milices flamandes aux troupes françaises le 11 juillet de la même année.

[10] Courtrai est une ville de Belgique située en Région flamande, chef-lieu d’arrondissement en province de Flandre-Occidentale. La ville de Courtrai est située à une trentaine de kilomètres au nord-est de Lille en France, elle est traversée par la Lys. Ville de garnison, Courtrai a connu une histoire mouvementée du Moyen Âge à la Révolution française. La bataille des éperons d’or eut lieu à l’extérieur de ses murs le 11 juillet 1302.

[11] La bataille de Courtrai, connue sous le nom de bataille des éperons d’or, opposa l’armée du roi Philippe IV de France appuyée par les Brabançons de Godefroid de Brabant et les Hennuyers de Jean Sans-Merci, aux milices communales flamandes appuyées par des milices venues de Zélande et, peut-être, de Namur, le 11 juillet 1302 près de Courtrai

[12] La bataille de Mons-en-Pévèle opposa, à Mons-en-Pévèle, les troupes de Philippe le Bel aux troupes flamandes le 18 août 1304. Elle fut remportée par Philippe le Bel.

[13] La bataille de Cassel s’est déroulée le 23 août 1328 à proximité de la ville de Cassel dans le nord de la France entre l’armée du roi de France Philippe VI de Valois et les milices flamandes menées par Nicolaas Zannekin, petit propriétaire foncier de Lampernisse dans la châtellenie de Furnes (Belgique).

[14] Cette abbaye avait été fondée, en 1226, par son grand-père Hugues de Châtillon.

[15] Couilly-Pont-aux-Dames est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne. Couilly est situé sur la rive droite du Grand Morin. La commune reçoit le ru de Champigny (ou du Mesnil), de Vaucourtois, près du moulin de Pont-aux-Dames, et le ru du Corbier, de Quincy, au moulin de Talmé. Située à environ 45 km à l’est de Paris, la commune est desservie par une gare de la ligne Transilien Esbly - Crécy-la-Chapelle.