Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 2ème siècle > Lucius Catilius Severus ou Iulianus Claudius Reginus

Lucius Catilius Severus ou Iulianus Claudius Reginus

dimanche 25 janvier 2015, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 11 juillet 2013).

Lucius Catilius Severus ou Iulianus Claudius Reginus

Sénateur romain du début du 2ème siècle-Consul suffect en 110 et éponyme en 120 sous les règnes de Trajan et Hadrien-Préfet de Rome

Bithynie ancien royaume au nord-ouest de l'Asie MineureIl est préfet de Rome à la fin du règne d’Hadrien et espère un temps lui succéder. Il est peut-être originaire d’Apamée [1], en Syrie ou plus probablement de Bithynie [2].

Il commence sa carrière sénatoriale en tant que questeur en Asie puis est peut-être tribun de la plèbe avant de devenir préteur urbain, probablement en 99 ou 100.

Il est ensuite, dans un ordre ou dans un autre, praefectura frumenti danai [3], et légat du proconsul d’Asie vers 101/103. Il enchaîne par une curatelle des voies puis devient légat de la legio XXII Primigenia, vers 104. Il occupe ensuite deux préfectures financières, au trésor militaire pendant 3 ans, probablement entre 105 et 107, puis à celui de Saturne, vers 108 à 110.

Il devient consul suffect [4] en l’an 110. Il est membre du collège des “Septemviri epulonum” [5] et est “sodales Augustales” [6] sous Trajan puis sous Hadrien.

Suite à la conquête de Trajan et à l’annexion du royaume d’Arménie à la province de Cappadoce [7] en 114, il est nommé procurateur chargé de l’administration fiscale du nouveau district. L’Arménie est ensuite érigée en province en 114/115 et il en devient le premier et unique gouverneur, qu’il gouverne en commun avec la Cappadoce. Il reçoit des décorations militaires de l’empereur. Il est gouverneur des deux provinces jusqu’à ce que la situation devienne incontrôlable en 116/117

En 117, Hadrien succède à Trajan, alors qu’il gouverne la Syrie et qu’il est à la tête de l’armée d’Orient. Le nouvel empereur quitte Antioche [8] pour Rome et confie le gouvernement de la Syrie à Catilius Severus. Il est probablement l’un de ceux qui approuve la nouvelle politique pacifiste d’Hadrien et un des proches de l’empereur. Il est chargé de réorganiser la province suite à l’abandon des conquêtes orientales de Trajan. Il traite avec Vologèse 1er d’Arménie et le confirme sur le trône d’Arménie. Il reste légat d’Auguste propréteur [9] de la province jusqu’en 119.

Il est ensuite consul éponyme en l’an 120, aux côtés de Titus Aurelius Fulvus Antoninus le futur empereur Antonin le Pieux. Il est proconsul d’Afrique vers 125.

À la fin du règne d’Hadrien, en 137/138, il est préfet de Rome. Suite au décès de l’héritier Lucius Aelius Caesar le 1er janvier 138, Catilius Severus espère être adopté par Hadrien et lui succéder, mais l’empereur choisit le futur Antonin le Pieux. Catilius Severus désapprouve alors publiquement ce choix et il tombe en disgrâce, Hadrien lui retirant sa préfecture. Catilius Severus espérait devenir l’héritier d’Hadrien pour préparer le terrain au jeune Marc Aurèle, son protégé, alors âgé de 16 ans. Lui-même a probablement près de 70 ans.

C’est un ami et correspondant de Pline le Jeune, qu’il invite à un dîner vers 100/103.

Il participe à l’éducation du futur Marc Aurèle, aux côtés de Marcus Annius Verus , triple consulaire, grand-père paternel puis père adoptif de Marc Aurèle. Severus est alors décrit comme le “bisaïeul materne”, il est donc probablement le beau-père de Domitia Lucilla Maior, fille naturelle de Cnaeus Domitius Curvius Lucanus et adoptive de son frère Tullus. À sa naissance, Marc Aurèle porte le nom de Marcus Annius Catilius Severus, hérité de son bisaïeul maternel, nom qui est modifié lors de sa première adoption.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia/ Portail de la Rome antique/ Consul de l’Empire romain

Notes

[1] Apamée, actuellement Qal`at al-Madhīq est un site archéologique en Syrie, située près de l’Oronte, à 55 km au nord-ouest de Hama.

[2] La Bithynie est un ancien royaume au nord-ouest de l’Asie Mineure, actuellement situé en Turquie. Située au bord du Pont-Euxin, elle était limitée par la Paphlagonie à l’est, la Galatie et la Phrygie au sud, la Propontide et la Mysie à l’ouest. Les Bithyniens sont, selon Hérodote et Xénophon, d’origine thrace. Ils forment d’abord un État indépendant avant d’être annexés par Crésus, qui ajoute leur territoire à la Lydie. Ils passent ensuite sous domination perse, où la Bithynie est incluse dans la satrapie de Phrygie. Mais dès avant Alexandre le Grand, la Bithynie retrouve son indépendance. Nicomède 1er est le premier à se proclamer roi. Durant son long règne de 278 à 243av jc, le royaume connaît la prospérité et jouit d’une position respectée parmi les petits royaumes d’Asie Mineure. Cependant, le dernier roi, Nicomède IV, échoue à contenir le roi Mithridate VI du Pont. Restauré sur le trône par l’Empire romain, il lègue par testament son royaume à Rome en 74 av jc. La Bithynie devient alors province romaine. Sous Auguste elle devient province sénatoriale en 27av jc puis province impériale en 135.

[3] c’est-à-dire chargé des distributions de blé

[4] Parfois, un consul décède ou démissionne avant la fin de son mandat de douze mois. Le consul restant rétablit la collégialité par l’élection intermédiaire si le délai restant le permet ou par la désignation directe d’un consul suffectus (du participe passé du verbe sufficere, « remplacer »). Ce consul entre en fonction immédiatement, il a les mêmes privilèges et les mêmes pouvoirs que le consul remplacé mais il n’est en charge que pour la durée du mandat qui reste à couvrir. Enfin, le consul suffect ne donne pas son nom à l’année, à l’inverse du consul dit ordinaire.

[5] Les épulons sont dans la Rome antique un collège de prêtres qui présidait aux festins donnés en l’honneur des dieux. Ce collège sacerdotal est l’un des quatre grands collèges religieux (quattuor amplissima collegia) de prêtres romains.

[6] Les Sodales Augustales étaient une sodalité créée par l’empereur Tibère pour présider au culte d’Auguste divinisé et prendre la succession de la gens Julia dans les sacrifices qu’elle avait à célébrer.

[7] La Cappadoce est une région historique d’Asie Mineure située dans l’actuelle Turquie. Elle se situe à l’est de la Turquie centrale, autour de la ville de Nevşehir. La notion de « Cappadoce » est à la fois historique et géographique. Les contours en sont donc flous et varient considérablement selon les époques et les points de vue.

[8] Antioche est une ville de Turquie proche de la frontière syrienne, chef-lieu de la province de Hatay.

[9] Le légat d’Auguste propréteur (en latin, legatus Augusti propraetore) est un gouverneur de province impériale dans l’Empire romain.