Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 14ème siècle > Nicolas ou Nicole Oresme

Nicolas ou Nicole Oresme

mercredi 3 février 2021 (Date de rédaction antérieure : 4 août 2012).

Nicolas ou Nicole Oresme (1320-1382)

Philosophe et Economiste

Nicolas ou Nicole Oresme Philosophe et Economiste

Sans doute né à Allemagnes [1], Oresme étudia au Collège de Navarre [2] de l’Université de Paris [3] ou il suit les cours du philosophe et physicien Jean Buridan, originaire de Béthune [4] et théoricien de l’impetus [5].

Docteur en théologie de la faculté de Paris, grand maître du collège de Navarre en 1355, Nicolas Oresme devient vite célèbre par ses connaissances en philosophie et en mathématiques. En 1360, le roi Jean II l’engage comme précepteur pour son fils, le futur Charles V.

En 1362, il est reçu maître en théologie. En 1363, il est envoyé à la cour du pape Urbain V en Avignon, où il prononce un discours plein de hardiesse sur les dérèglements des princes de l’Église. Il est accusé d’hérésie, mais bientôt disculpé. Il est l’un des plus importants conseillers du roi Charles V.

A la demande de celui-ci, il traduit Aristote, dont : "la Politique, les Économiques et la première traduction de l’Éthique à Nicomaque en langue vernaculaire", et commente “le traité De l’âme”.

Les problèmes économiques ne le laissent pas plus indifférent que Copernic. Il montre dans son "Tractatus de origine, natura, jure et mutationibus monetarum", les conséquences néfastes des fluctuations monétaires et de ce qu’il appelle la "sophistication" des monnaies.

En 1366, il écrit encore un “Traité du commencement et première invention des monnaies”. Ces travaux sont loin d’être les seuls puisque, savant, il étudie la physique et l’astronomie. Il soutient la loi de la chute des corps et le mouvement diurne de la Terre dans plusieurs de ses ouvrages comme "De difformitate qualitatum", dans “Traité de la sphère”, dans “Traité du ciel et du monde”, dans “Commentaires aux livres du ciel et du monde” de 1377.

Dans le domaine scientifique, il est un précurseur et rédige de nombreux traités mathématiques et astronomiques. C’est lui qui invente la puissante métaphore du monde horloge créé par un dieu horloger : "Et si quelque homme devait fabriquer une horloge mécanique, ne ferait-il point en sorte que toutes les roues se meuvent aussi harmonieusement que possible ?" Il discute la géométrie euclidienne [6]et, précurseur de Descartes, préconise un système de coordonnées orthogonales, la longitudo et la latitudo, afin de mesurer les variations d’intensité d’une valeur donnée.

Il annonce ainsi les intuitions et les démonstrations qui seront celles de Galilée, de Newton et de Descartes. Qui plus est, bien avant ce dernier, il écrit en français ses traités aussi bien ceux de science que de philosophie.

Il incarne de manière exemplaire la première Renaissance qui s’épanouit au 15ème siècle à l’Université de Paris, encouragée par le pouvoir royal.

Il appartint ensuite au chapitre de la cathédrale de Rouen jusqu’en 1377, date à laquelle il devint évêque de Lisieux [7], il meurt dans cette ville 5 ans plus tard.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Mathieu Caesar, « De la France à l’Italie : Nicole Oresme et la prédication de Nicoluccio da Ascoli OP : e », Archivum Fratrum Praedicatorum, vol. LXXII,‎ 2003

Notes

[1] Fleury-sur-Orne est une commune française, située dans le département du Calvados. La commune est en plaine de Caen et est limitrophe au sud-est de Caen, son centre, autour de l’église Saint-Martin de Haute Allemagne, est à 5 km du centre de Caen

[2] Le collège de Navarre a été fondé en 1304 à Paris grâce à Jeanne 1ère de Navarre. Épouse de Philippe le Bel, elle lègue son hôtel de la rue Saint André des Arts pour y établir un collège destiné à recevoir des étudiants de sa province.

[3] L’université de Paris était l’une des plus importantes et des plus anciennes universités médiévales. Apparue dès le milieu du 12ème siècle, elle est reconnue par le roi Philippe Auguste en 1200 et par le pape Innocent III en 1215. Elle acquiert rapidement un très grand prestige, notamment dans les domaines de la philosophie et de la théologie. Constituée comme l’association de tous les collèges parisiens situés sur la rive gauche, elle assurait la formation de tous les clercs, c’est-à-dire de tous les cadres et agents administratifs des institutions royales (conseil d’État, parlements, tribunaux, cours des comptes, impôts, etc.) et ecclésiastiques (enseignement, hôpitaux, libraires, recherche, évêques, abbés).

[4] Béthune est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais. En 1297, Gui de Dampierre, comte de Flandre défie le roi de France, Philippe le Bel. Le roi s’empare des plus fortes places de la Flandre. Les bourgeois de Béthune en profitent pour se révolter contre l’autorité du comte de Flandre et se soumettre au roi de France.

[5] L’impetus est une doctrine élaborée à Alexandrie puis au Moyen Âge par les savants arabes puis latins, pour améliorer la physique d’Aristote et expliquer le mouvement des corps physiques.

[6] La géométrie euclidienne commence avec les Éléments d’Euclide, qui est à la fois une somme des connaissances géométriques de l’époque et une tentative de formalisation mathématique de ces connaissances. Les notions de droite, de plan, de longueur, d’aire y sont exposées et forment le support des cours de géométrie élémentaire.

[7] L’ancien diocèse de Lisieux était implanté sur la cité des Lexovii, peuple gaulois soumis à l’autorité romaine. La capitale de cette cité, Noviomagus Lexoviorum, devient alors le siège de l’évêché qui prit le nom d’évêché de Lisieux.