Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 14ème siècle > Pedro Fernández de Castro dit el de la Guerra

Pedro Fernández de Castro dit el de la Guerra

lundi 4 octobre 2021, par ljallamion

Pedro Fernández de Castro dit el de la Guerra (vers 1290-1342)

Noble galicien-Militaire de la Maison de Castro

Descendant par des lignes illégitimes des rois de Castille [1], Leon [2] Galice [3]. Pedro Fernandez de Castro était Señor de Lemos [4] et Sarria [5] et a servi comme mayordomo* ( [6]) d’Alfonso XI de Castille, adelantado de la frontera* ( [7]) de l’Andalousie [8], Galice et Murcie [9] et maire pertiguero ( [10]) des terres de Santiago [11].

Il était le père de Fernando Ruiz de Castro , de la reine Juana de Castro épouse de Pierre de Castille, la controversée Inês de Castro épouse du roi Pierre 1er du Portugal et Álvar Pires de Castro .

Pedro Fernandez de Castro était le fils de Fernando Rodríguez de Castro et de son épouse Violante Sánchez de Castille , une fille illégitime de Sanche IV, Roi de Castille et León .

Son père, fut tué à la bataille en 1304, en luttant contre Infant Philippe de Castille , fils de Sancho IV de Castille.

À la mort de son père, Pedro fut envoyé par sa mère au Portugal , où il fut élevé et éduqué avec Infant Pedro Alfonso de Portugal Comte de Barcelos [12], un fils illégitime du roi Denis du Portugal.

Vers 1319, il retourna en Galice et Alphonse XI de Castille lui donna son manoir ancestral de Lemos et Sarria et le nomma intendant principal du roi. En 1330, Pedro accompagne le roi Alphonse dans sa campagne à Grenade [13] et mène l’attaque à la bataille de Teba [14].

En 1334, Alphonse IV du Portugal envahi le royaume de Castille et León, en entrant par les terres de la Galice. Cependant, Pedro Fernandez de Castro refusa de se battre contre lui, en raison des faveurs qu’il avait reçues dans le passé à la cour du Portugal. Alphonse XI lui a donné le comté de Trastámare [15], que le souverain avait l’intention de donner à son fils Henri.

En raison de ses compétences militaires, Alphonse XI envoya Pedro Fernandez pour combattre les musulmans en Andalousie, où il a combattu à la bataille de Salado [16] en 1340.

Il participa au siège d’Algésiras [17] en 1342, qu’il dirigea en compagnie de Martín Fernández de Gres, archevêque de Saint Jacques de Compostelle [18].

Pedro Fernandez de Castro est mort en 1342, victime d’une épidémie pendant le siège d’Algésiras.

À sa mort, son corps fut emmené en Galice et enterré dans la cathédrale de Saint Jacques de Compostelle [19]. Ses restes furent enterrés dans le chœur de la cathédrale.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Pedro Fernández de Castro/ Traduit par mes soins

Notes

[1] Le royaume de Castille est un ancien royaume du Moyen Âge qui trouve ses origines au nord de la péninsule Ibérique, dans l’actuelle Espagne. À la fin du Moyen Âge, le royaume de Castille s’étend depuis le golfe de Gascogne au nord jusqu’à l’Andalousie au sud et comprend la majeure partie du centre de la péninsule Ibérique. En 1037, date à laquelle Ferdinand 1er fonde le Royaume uni de Castille et León. En 1058, Ferdinand est à l’origine d’une série de guerres contre les Maures, se lançant à la conquête de ce qui allait devenir la Nouvelle-Castille (bataille d’Alarcos et bataille de Las Navas de Tolosa). La région s’agrandit particulièrement sous le règne d’Alphonse VI (1065-1109) et d’Alphonse VII (1126-1157). Sous Alphonse X, la vie culturelle du royaume se développe, mais une longue période de conflits internes suit. En 1469, le mariage de Ferdinand II d’Aragon (plus tard Ferdinand V de Castille) et d’Isabelle 1ère de Castille initie l’union des royaumes d’Aragon et de Castille et, par la suite, de l’ensemble de l’Espagne.

[2] Le royaume de León, une des 15 grandes anciennes divisions de l’Espagne et du Portugal, fut un des royaumes médiévaux de la Péninsule Ibérique, successeur du royaume des Asturies, qui eut un rôle dans la Reconquista et la formation des royaumes chrétiens successifs de l’occident péninsulaire.

[3] Le royaume de Galice a été une entité politique du 5ème siècle à 1833 du Sud-Ouest de l’Europe et du Nord-Ouest de la péninsule Ibérique. Héritier du royaume suève, lui-même né de l’ancienne province romaine Gallaecia, le royaume de Galice est considéré comme le noyau d’origine des royaumes chrétiens nés dans le Nord de la péninsule Ibérique au fur et à mesure de la Reconquista. Jusqu’au 13ème siècle, le royaume est au centre du pouvoir des royaumes chrétiens, seul pour commencer puis au sein de l’ensemble formé par la Galice et le royaume de León. Au 12ème siècle, la Galice connaît un premier affaiblissement avec la sécession du Sud du royaume qui devient le royaume de Portugal. La montée en puissance du royaume de Castille, à l’origine simple comté du royaume, qui va de pair avec ses conquêtes territoriales sur Al Andalus, dilue progressivement la Galice au sein de la Couronne.

[4] Monforte de Lemos est une ville d’Espagne, en Galice, dans la province de Lugo. Cette ville est la capitale de la comarque de Terra de Lemos et de la région viticole de Ribeira Sacra.

[5] Sarria est une commune de la comarque de Sarria, dans la province de Lugo, communauté autonome de Galice, au nord-ouest de l’Espagne. C’est aussi le nom du chef-lieu et d’une parroquia de ce municipio. La commune est traversée par le Camino francés du Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

[6] seigneur seigneur

[7] gouverneur

[8] L’Andalousie est une région située dans le sud de l’Espagne. Elle constitue l’une des dix-neuf communautés autonomes du pays. Dans l’Antiquité, l’Andalousie est peuplée par les Ibères, les Phéniciens (venus de l’actuel Liban), les Carthaginois (anciens habitants de l’actuelle Tunisie) et les Tartessiens. L’Andalousie reçoit des colonies grecques et des comptoirs phéniciens. Elle est ensuite sous l’obédience des Carthaginois, des Ibères, puis des Romains. Dans ce territoire se sont également établis les Vandales et Wisigoths, puis les Arabes et les Berbères.

[9] La région de Murcie est une communauté autonome mono provinciale du sud-est de l’Espagne. Sa capitale est la ville de Murcie mais le siège de l’Assemblée Régionale est à Cartagène. Le royaume de Murcie devint indépendant après l’effondrement du califat de Cordoue. C’était une taïfa qui avait pour centre la ville de Murcie. La taïfa maure de Murcie incluait Albacete et une partie de la région d’Almería. Après la bataille de Sagrajas, en 1086, la dynastie almoravide reprit le contrôle des taïfas et réunifia l’Espagne musulmane. Ferdinand III de Castille obtint la soumission du roi maure de Murcie en 1243 ; comme dans le reste du pays, les musulmans furent expulsés des villes. Le successeur de Ferdinand III, Alphonse X, afin de rendre plus facile l’administration de la région, la divisa en trois parties, gouvernées par des consejos de realengro, des señores seculares, qui se voyaient ainsi remerciés de leur contribution à la Reconquista, et des ordres militaires comme celui de Calatrava. Alphonse X annexa définitivement le royaume de Murcie et la seigneurie de Cartagène en 1266 ; le royaume resta juridiquement un vassal du royaume d’Espagne jusqu’aux réformes prévues par la constitution libérale de 1812.

[10] un titre similaire au Vidame français

[11] Saint-Jacques-de-Compostelle

[12] Le comté de Barcelos est un titre noble du Royaume du Portugal, créé en 1298 en faveur de son premier propriétaire, Juan Alfonso Téllez de Meneses, 1er comte de Barcelos.

[13] Grenade est une ville espagnole, capitale de la province de Grenade au sud-est de l’Andalousie. Elle est située au pied de la Sierra Nevada, au confluent de trois rivières, le Beiro, le Darro et le Genil et fut la capitale du dernier royaume musulman de la péninsule ibérique.

[14] La bataille de Teba est un épisode de guerre qui se déroule dans la ville andalouse qui lui donne son nom, au mois d’août 1330. Une armée chrétienne commandée par le roi castillan Alphonse XI et Muhammed IV de Grenade l’émir nasride se font face. La principale conséquence de la bataille fut la prise du château stratégique de l’étoile par les troupes chrétiennes.

[15] Le comté de Trastámare est un titre noble espagnol accordé le 4 février 1445 à San Martín de Valdeiglesias par le roi, Juan II de Castille, et à titre héréditaire, Pedro lvarez Osorio.

[16] La bataille de Tarifa ou bataille du Salado se déroule le 30 octobre 1340 entre la coalition musulmane mérinido-nasrides et la coalition chrétienne castillano-portugaise avec l’aide d’un contingent aragonais. La coalition chrétienne est victorieuse à l’issue de cette bataille.

[17] Algésiras est une commune d’Espagne, appartenant à la province de Cadix et à la région d’Andalousie. Conquise par Byzance et le royaume wisigoth, la cité passa sous domination arabe en 711 lors de la conquête musulmane de la péninsule Ibérique dirigée par Tariq ibn Ziyad. Les musulmans y bâtirent leur première ville sous le nom de « alcaetaria ». En 858, Algésiras fut pillée par le chef viking Hasting. Munie d’un excellent port nature, la ville devint un point stratégique de la péninsule. Elle fut dotée de plusieurs mosquées et protégée par des fortifications. Elle subit de nombreux sièges et fut la ville natale d’Almanzor. Elle redevint espagnole après sa reconquête en 1342 sur les maures par Alphonse XI de Castille, après un siège de deux ans, où les Maures firent usage du canon, encore inconnu en Europe. Occupée à nouveau par les Arabes à l’issue du siège de 1369, elle fut détruite par le roi Muhammad V de Grenade en 1379.

[18] L’archidiocèse de Saint-Jacques-de-Compostelle est un diocèse d’Espagne dont le siège ecclésiastique est la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle dans la ville du même nom. Le diocèse de Saint-Jacques de Compostelle est l’héritier du diocèse historique d’Iria-Flavia. Par la bulle Bula Onmipotentis dispositione du 27 février 1120, le pape Calixte II élève l’église "compostelane" au rang d’archevêché métropolitain de Saint-Jacques-de-Compostelle en remplacement de celui de Mérida, ce dernier ayant disparu sous le pouvoir musulman. L’archidiocèse de Saint-Jacques-de-Compostelle est devenu par cette bulle capitale de la Lusitanie et de ce fait les diocèses de Beja, Lisbonne, Ossobona (Faro), Idanha -Dioecesis Ægitaniensis - (Guarda), Coimbra -Dioecesis Conimbricensis-, Viseu, Lamego, Ciudad Rodrigo, Salamanque, Ávila, Evora et le diocèse de Coria sont devenus ses suffragants. Les diocèses du royaume de Galice continuent à être suffragants de l’archidiocèse de Braga jusqu’en 1395, date à laquelle ils deviennent suffragants de l’archidiocèse de Saint-Jacques-de-Compostelle.

[19] La cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle, est une cathédrale située dans le centre historique de la ville de Saint-Jacques-de-Compostelle (Galice), but de l’un des plus grands pèlerinages de l’Europe médiévale. Elle est consacrée à l’apôtre Jacques de Zébédée, saint patron et protecteur de l’Espagne.