Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 4ème siècle > Mérobaud ou Mérobaude

Mérobaud ou Mérobaude

lundi 26 avril 2021, par ljallamion

Mérobaud ou Mérobaude

Officier franc

emblème consul Naturalisé romain sous le nom de Flavius Merobaudes. Il fut magister militum [1] sous Valentinien 1er et sous Valentinien II et consul de Rome en 377 et en 383.

Il s’engage dans l’armée romaine et est connu pour être l’un des 2 officiers qui rapportèrent à Rome le corps de l’empereur Julien tué à Ctesiphon [2] en 363. Quelques troubles suivent la mort de Julien, puis Valentinien 1er monte sur le trône et fait de Merobaud son généralissime, ou maître de la milice.

À la mort de Valentinien 1er en 375, il s’entend avec l’impératrice Justine pour faire acclamer son fils Valentinien II, âgé de quelques années seulement, mettant ainsi Gratien, frère aîné de Valentinien II, et son entourage, devant le fait accompli. Il prend de l’importance à la cour et son pouvoir lui permet de garder en Gaule des troupes que Gratien désire envoyer en Orient, et permet à ses troupes de remporter une victoire contre les Alamans [3] en 378.

En 377, il est choisi comme consul en même temps que Gratien et favorise la carrière des Francs dans l’armée romaine. Bauto est ainsi choisi comme maître de la cavalerie en 380. Il est de nouveau nommé consul en 383, mais meurt peu après à Trèves [4].

Un de ses descendants, également nommé Flavius Merobaudes , est un rhéteur et un poète qui a fait le panégyrique d’Aetius.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de François Zosso et Christian Zingg, Les Empereurs romains : 27 av. J.-C. - 476 ap. J.-C., édition Errance, 1995, 253 p. (ISBN 2-87772-226-0)

Notes

[1] maître de la milice

[2] La bataille de Ctesiphon a eu lieu le 29 mai 363 entre les armées de l’empereur romain Julien et l’empereur Sassanide Shapur II de Perse à l’extérieur des remparts de la capitale perse Ctesiphon. L’issue de la bataille est une victoire peu concluante des Romains puisque l’empereur Julien meurt peu après et que les forces romaines sont trop éloignées de leur ligne de ravitaillement pour continuer leur campagne.

[3] Les Alamans ou Alémans étaient un ensemble de tribus germaniques établies d’abord sur le cours moyen et inférieur de l’Elbe puis le long du Main, où ils furent mentionnés pour la première fois par Dion Cassius en 213. Ces peuples avaient pour point commun de rivaliser avec les Francs, sans doute à l’origine un autre regroupement d’ethnies établies plus au nord sur la rive droite du Rhin. Le royaume alaman désigne le territoire des Alamans décrit à partir de 269.

[4] Trèves est une ville et un arrondissement d’Allemagne, dans le Land de Rhénanie-Palatinat. La ville est située sur la Moselle. Cette ville, ancienne colonie romaine, est fondée à l’époque romaine, en l’an 16 av. jc sous le nom d’Augusta Treverorum, sur le site du chef-lieu d’un peuple gaulois, les Trévires. Le pont romain en pierre qui franchit la Moselle est édifié en 45 ap. jc, en remplacement d’un premier pont de bois : c’est le plus ancien pont d’Allemagne encore debout. Colonie romaine et place forte très importante dans la défense contre les « Barbares », elle est dotée d’une enceinte abritant la plus grande surface urbaine de Gaule. Grande métropole marchande à partir du 2ème siècle, devenue l’une des capitales de la Tétrarchie à la fin du 3ème siècle et siège d’un atelier monétaire impérial à partir de 294, Trèves est alors qualifiée de « seconde Rome » ou Roma Secunda. De l’époque romaine subsistent la Porta Nigra (porte noire), le plus grand édifice romain sur le sol allemand, une basilique, où siège un tétrarque (aujourd’hui une église protestante), les restes d’un amphithéâtre, ainsi que des ruines de thermes romains. Au début du 5ème siècle, au cours des invasions germaniques, Trèves est attaquée et pillée plusieurs fois par les Francs. Peu auparavant, la préfecture des Gaules est transférée de Trèves à Arles