Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 300 av.jc à 100 av. notre ère > Ariarathe IV Eusèbes dit Ariarathe IV

Ariarathe IV Eusèbes dit Ariarathe IV

jeudi 11 février 2021, par ljallamion

Ariarathe IV Eusèbes dit Ariarathe IV

Roi de Cappadoce de 220 à 163 av. jc

Fils d’ Ariarathe III et de Stratonice III , une fille d’Antiochos II Theos et de Laodicé 1ère .   Ariarathe IV reçoit le pouvoir de son père presque enfant vers 220. Il épouse Antiochis III , fille d’Antiochos III Megas et de son épouse Laodicé III.   Il est l’allié de son beau-père qu’il assiste dans ses guerres contre Rome. Après la défaite d’Antiochos III, il sollicite la paix et achète le proconsul [1] Cneius Manlius Vulso, chef du corps expéditionnaire romain, pour 300 talents. Il obtient ainsi une paix favorable de Rome, est admis in amicitiam [2] du peuple romain, mais devient alors un vassal de la République romaine.   Dans ce contexte, il doit donner sa fille Stratonice IV comme épouse à Eumène II, roi de Pergame [3], qui est un allié de Rome et qui a obtenu que la contribution d’Ariarathe soit ramenée de 600 à 300 talents.   En 183-179, il assiste ensuite Eumène II dans sa guerre contre Pharnace 1er , roi du Pont [4]. En 182-181, ses ambassadeurs sont reçus à Rome avec ceux d’Eumène II et de Pharnace 1er dans une tentative de sortie de crise. Il participe enfin à l’offensive qui amène le roi du Pont à traiter.   En 164, après la mort du roi Antiochos IV, il reçoit une ambassade de Rome qui vient s’assurer de sa fidélité.   Selon Diodore de Sicile, l’épouse d’Ariarathe IV, Antiochis III, aurait été stérile et, désespérant d’avoir des fils, elle lui aurait supposé deux enfants, Ariarathe et Oropherne , avant de devenir la mère de deux filles et d’un fils, Mithridate.   Informé par les aveux de la reine, le roi Ariarathe envoya son fils aîné à Rome et le second en Ionie pour y être élevé à la manière des Romains et désigne Mithridate comme son successeur sous le nom royal d’Ariarathe V avant de mourir peu après.   Une de ses filles, Stratonice IV, devient l’épouse d’Eumène II de Pergame, puis de son frère et successeur, Attale II.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Édouard Will, Histoire politique du monde hellénistique, Annales de l’Est, Nancy, 1967, t. II

Notes

[1] La fonction de proconsul dans la Rome antique correspond à la notion actuelle de gouverneur. Étymologiquement, ce terme vient du préfixe latin pro, à la place de, et consul. Le premier cas de proconsulat historiquement cité par Denys d’Halicarnasse date de 464 av. jc, lorsque Titus Quinctius Capitolinus Barbatus reçut le pouvoir de diriger une armée (imperium) pour aller au secours d’un consul assiégé. Il s’agit alors d’une solution improvisée sous la pression des événements. La fonction réapparaît avec l’agrandissement de la République romaine au 4ème siècle av. jc, lorsqu’un consul doit finir une campagne militaire ou doit gouverner un territoire au-delà de la durée normale de son mandat de consul (un an). Son pouvoir (imperium consulaire) est alors prolongé, en général pour une durée d’un an et toujours sur un territoire précis, le plus souvent une province. Le terme « proconsul » tient au fait que son titulaire exerçait un pouvoir consulaire ; cependant, tous les proconsuls n’étaient pas forcément d’anciens consuls.

[2] dans l’amitié

[3] Pergame émerge après la mort d’Alexandre le Grand, en 323 av. jc. Le diadoque Lysimaque, un de ses généraux, y a entreposé ses trésors sous la garde de l’eunuque Philétairos. Celui-ci s’empare de Pergame et fonde en 282 av. jc. l’État Pergamien. Il règne d’abord sous la tutelle des Séleucides. Profitant de la lutte entre ces derniers, son neveu et fils adoptif Eumène 1er, véritable fondateur de la dynastie des Attalides, vainc Antiochos 1er en 262 av. jc et assure ainsi l’indépendance de Pergame, consolidée par son successeur Attale 1er Sôter, premier de la dynastie à prendre le titre de roi. Il s’allie avec les Romains au cours de la première guerre macédonienne, contre Philippe V de Macédoine. Après la victoire romaine de Magnésie du Sipyle en 189 av. jc, par la paix d’Apamée, Pergame reçoit de Rome une grande partie de l’Asie mineure. Par la victoire d’Attale 1er Sôter contre les Galates (des Celtes d’Anatolie centrale), Pergame étend son territoire de l’Hellespont à la Carie et l’Ionie, à la Cappadoce et à la partie occidentale de la Phrygie. C’est alors un royaume continental, avec un seul port important, Attalia, car les ports grecs de la mer Égée gardent leur indépendance.

[4] Le Pont est un royaume antique situé sur la côte méridionale de la mer Noire. Aujourd’hui, cette région se trouve en Turquie. Le Pont tire son nom de la mer Noire, anciennement appelée Pont-Euxin par les Grecs.