Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 4ème siècle > Modares ou Modaharius

Modares ou Modaharius

samedi 25 janvier 2020, par ljallamion

Modares ou Modaharius

Prince goth-Commandant de l’armée de Thrace au 4ème siècle

la trace en orangeAu 4ème siècle, les Goths [1] sont aux frontières de l’empire romain et tentent de s’y installer régulièrement. Ce groupe s’est séparé en deux groupes principaux, les Ostrogoths [2] qui se lancent à la conquête des régions entre la Volga [3], l’Oural [4] et le Caucase [5] sous la direction de leur roi amale [6] Hermanaric  ; les Wisigoths [7] ou Tervinges combattent en Europe centrale et méridionale.

Peuple nomade, ils sont toujours à la recherche de provisions régulières pour nourrir leur groupe important. Les Romains, à partir de Constantin, signent des foedus [8] avec eux en leur donnant le statut de fédérés. Les hommes sont engagés dans les armées de l’empire contre des subsides.

À partir des années 340, le christianisme les atteint sous sa forme arienne [9] avec la prédication de Wulfila, nommé évêque des Goths en 341. Resté fidèle au paganisme, Athanaric, roi des Goths, persécute les Goths chrétiens ariens entre 369 et 372, qui forment un parti opposé à lui, sous la direction du noble converti, Fritigern.

Suite à la poussée des Huns [10] du khan [11] Balamber, en 376, la majeure partie de son peuple suit Fritigern et entre dans l’Empire romain tandis qu’Athanaric et ses fidèles se réfugient dans les Carpathes [12].

Selon Zosime, Modares appartient au même clan qu’Athanaric ; on peut donc supposer qu’il a suivi celui-ci dans les Carpates laissant la majeure partie du peuple goth menée par Fritigern se réfugier en Mésie [13] en 376.

Il semble être un prince de haut lignage, probablement de la famille des Balthes dont la descendance est respectée par les autres goths, rattachée directement au dieu Gaut .

Les sources se contredisent mais ses enfants sont des nobles de haut rang : son fils Wallia ou Athaulf est élu roi des Wisigoths, sa fille, dont le nom est inconnu, épouse Alaric 1er. La rapidité de sa carrière au sein de l’armée romaine conforte l’idée d’un personnage de haut rang.

La première mention de Modares ou Modaharius date de la fin du 4ème siècle ; à l’époque où les barbares se pressent à la frontière de l’empire romain, l’empereur Théodose organise la procédure de l’hospitalistas [14]).

Après la défaite d’Andrinople [15] de Valens face à Fritigern, en 379, le nouvel empereur Théodose passe un premier accord avec un chef goth ; c’est Modares. Il est chrétien mais orthodoxe [16] et largement hellénisé.

Modares reçoit le commandement de l’armée de Thrace [17] pour détruire une colonne de pillards goths, qui se réfugient dans les Balkans [18]. Et en 382, il porte le haut grade de “magister peditum”.

Le chef Modares reçoit alors des agri deserti [19], le transformant en un grand latifundiste mais aussi en un général apte à commander et capable de participer à des discussions théologiques.

Vers 380, Grégoire de Nazianze lui demande de l’aide pour convoquer l’un des synodes pour Théodose, en contrepoids aux nombreux goths de la garde impériale de confession arienne.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Modares Portail de la Rome antique/ section Empire romain/ Catégories : Personnalité du IVe siècle/ Goths

Notes

[1] Les Goths faisaient partie des peuples germaniques. Selon leurs propres traditions, ils seraient originaires de la Scandinavie. Ils provenaient peut-être de l’île de Gotland. Mais ils pourraient également être issus du Götaland en Suède méridionale ou bien du Nord de la Pologne actuelle. Au début de notre ère, ils s’installèrent dans la région de l’estuaire de la Vistule. Dans la seconde partie du 2ème siècle, une partie des Goths migrèrent vers le sud-est en direction de la mer Noire. Dès le 3ème siècle les Goths étaient fixés dans la région de l’Ukraine moderne et de la Biélorussie où ils furent probablement rejoints par d’autres groupes qui ont été plus ou moins intégrés dans la tribu. Les Goths formaient un seul peuple jusqu’à la fin du 3ème siècle. Après un premier affrontement avec l’Empire romain dans le sud-est de l’Europe au début du siècle, ils se séparèrent en deux groupes : les Greuthunges à l’Est et les Tervinges à l’Ouest qui deviendront par la suite les Ostrogoths ou « Goths brillants », à l’Est, et les Wisigoths ou « Goths sages » à l’Ouest.

[2] Les Ostrogoths étaient une des deux fractions des Goths, peuple germanique

[3] La Volga est le plus grand fleuve d’Europe. Avec ses affluents, il draine plus d’un tiers de la surface de la Russie européenne. La Volga prend sa source dans les collines de Valdaï à 228 mètres d’altitude entre Moscou et Saint-Pétersbourg avant de se jeter dans la mer Caspienne après un long parcours de 3 690 km.

[4] L’Oural ou les monts Oural, est une chaîne de montagnes hercynienne située en Russie. Elle s’étire sur plus de 2 000 km, de la mer de Kara au nord jusqu’aux steppes du Kazakhstan au sud. L’Oural marque traditionnellement la limite géographique entre l’Europe et l’Asie, depuis que le tsar Pierre le Grand, au début du 18ème siècle, a souhaité rapprocher son empire des royaumes européens

[5] Le Caucase est une région d’Eurasie constituée de montagnes qui s’allongent sur 1 200 km, allant du détroit de Kertch (mer Noire) à la péninsule d’Apchéron (mer Caspienne).

[6] Les Amales sont avec les Balthes les deux principaux lignages royaux des Goths.

[7] Les Wisigoths entrent en Gaule, ruinée par les invasions des années 407/409. En 416 les Wisigoths et leur roi Wallia continuent leur invasion en Espagne, où ils sont envoyés à la solde de Rome pour combattre d’autres Barbares. Lorsque la paix avec les Romains fut conclue par le fœdus de 418, Honorius accorda aux Wisigoths des terres dans la province Aquitaine seconde. La sédentarisation en Aquitaine a lieu après la mort de Wallia. Les Wisigoths pénétrèrent en Espagne dès 414, comme fédérés de l’Empire romain. Le royaume des Wisigoths eut d’abord Toulouse comme capitale. Lorsque Clovis battit les Wisigoths à la bataille de Vouillé en 507, ces derniers ne conservent que la Septimanie, correspondant au Languedoc et une partie de la Provence avec l’aide des Ostrogoths. Les Wisigoths installèrent alors leur capitale à Tolède pour toute la suite. En 575 ils conquièrent le royaume des Suèves situé dans le nord du Portugal et la Galice. En 711 le royaume est conquis par les musulmans.

[8] traités

[9] L’arianisme est un courant de pensée théologique des débuts du christianisme, due à Arius, théologien alexandrin au début du 4ème siècle, et dont le point central concerne les positions respectives des concepts de « Dieu le père » et « son fils Jésus ». La pensée de l’arianisme affirme que si Dieu est divin, son Fils, lui, est d’abord humain, mais un humain disposant d’une part de divinité. Le premier concile de Nicée, convoqué par Constantin en 325, rejeta l’arianisme. Il fut dès lors qualifié d’hérésie par les chrétiens trinitaires, mais les controverses sur la double nature, divine et humaine, du Christ (Dieu fait homme), se prolongèrent pendant plus d’un demi-siècle. Les empereurs succédant à Constantin revinrent à l’arianisme et c’est à cette foi que se convertirent la plupart des peuples germaniques qui rejoignirent l’empire en tant que peuples fédérés. Les wisigoths d’Hispanie restèrent ariens jusqu’à la fin du 6ème siècle et les Lombards jusqu’à la moitié du 7ème siècle.

[10] Les Huns sont un ancien peuple nomade originaire de l’Asie centrale, dont la présence en Europe est attestée à partir du 4ème siècle et qui y établirent le vaste empire hunnique. L’origine des Huns est disputée. Les Huns ont joué un rôle important dans le cadre des grandes invasions qui contribuèrent à l’écroulement de l’Empire romain d’Occident. Sous le règne d’Attila, l’empire est unifié mais ne lui survit pas plus d’un an. Les descendants et successeurs des Huns occupent encore diverses parties de l’Europe de l’Est et d’Asie centrale entre les 4ème et 6ème siècles, et laissent encore quelques traces dans le Caucase jusqu’au début du 8ème siècle.

[11] Titre signifiant dirigeant en mongol et en turc. Le terme est parfois traduit comme signifiant souverain ou celui qui commande. Le féminin mongol de khan est khatoun. Un khan contrôle un khanat. Pour les hauts rangs, on se sert du titre de khagan. Le titre de khan était un des nombreux titres utilisés par les sultans de l’empire ottoman, ainsi que par les dirigeants de la Horde d’Or et les états descendants. Le titre de khan a aussi été utilisé par les dynasties turques seldjoukides du Proche-Orient pour désigner le dirigeant de plusieurs tribus, clans ou nations. Inférieur en rang à un atabey. Les dirigeants Jurchen et Mandchous ont également utilisé le titre de khan. Les titres de khan et de khan bahadur furent également honorifiques en Inde au temps des Grands Moghols, et plus tard par le Raj britannique comme un honneur pour les rangs nobles, souvent pour loyauté à la couronne. Le titre de khan fut aussi porté par les souverains bulgares entre 603 et 917.

[12] Les Carpates constituent la partie orientale de l’ensemble montagneux situé au centre de l’Europe, dont les Alpes constituent la partie occidentale. Les Carpates s’étendent d’ouest en est sur les territoires de l’Autriche, de la République tchèque, de la Hongrie, de la Slovaquie, de la Pologne, de la Serbie, de la Roumanie et de l’Ukraine. Principale chaîne de montagnes de l’Europe centrale, les Carpates culminent à 2 655 m au mont Gerlachovský en Slovaquie, à 2 544 m au mont Moldoveanu en Roumanie et à 2 499 m au mont Rysy en Pologne.

[13] La Mésie est une ancienne région géographique et historique située au sud du cours inférieur du Danube, dans les actuelles Serbie, Bulgarie (nord) et Roumanie (extrémité sud-est).

[14] avec attributions foncières ou attributions de quotas d’impositions

[15] La bataille d’Andrinople ou d’Adrianople (aujourd’hui Edirne en Turquie européenne) a eu lieu le 9 août 378. Elle désigne l’affrontement entre l’armée romaine, commandée par l’empereur romain Valens et certaines tribus germaniques, principalement des Wisigoths (Goths Thervingues), et des Ostrogoths (Goths Greuthungues), commandées par Fritigern. Il s’agit d’un des plus grands désastres militaires romains du ive siècle, comparable à la défaite de Cannes. Cette bataille ne résulte pas d’une invasion, mais d’une mutinerie des fédérés Goths établis dans l’Empire romain.

[16] reconnaissant le symbole de Nicée tout comme le nouvel empereur

[17] La Thrace désigne une région de la péninsule balkanique partagée entre la Grèce, la Bulgarie et la Turquie ; elle doit son nom aux Thraces, la peuplade qui occupait la région dans l’Antiquité. Au 21ème siècle, la Thrace fait partie, à l’ouest, de la Grèce, Thrace occidentale, au nord, de la Bulgarie et, à l’est, de la Turquie, Thrace orientale.

[18] Les Balkans sont une des trois « péninsules » de l’Europe du Sud, mais cette appellation traditionnelle est parfois contestée en l’absence d’un isthme : les géographes préfèrent le terme de « région ». Elle est bordée par des mers sur trois côtés : la mer Adriatique et la mer Ionienne à l’ouest, la mer Égée au sud et la mer de Marmara et la mer Noire à l’est. Au nord, on la délimite généralement par les cours du Danube, de la Save et de la Kupa. Cette région couvre une aire totale de plus de 550 000 km²

[19] des terres à cultivées