Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Helvidius

samedi 25 janvier 2020, par ljallamion

Helvidius (vers 340-vers 390)

Théologien chrétien romain

Allégorie de la Théologie, par Raphaël, vers 1509. (Palais du Vatican)Il fut peut-être disciple d’Auxence de Milan, l’évêque arien [1] de Milan [2] qui précéda Ambroise. Augustin d’Hippone le classe parmi les hérétiques.

Helvidius, réagissant au développement du monachisme et de l’ascèse, qui faisaient de Marie toujours vierge un modèle de chasteté et de pureté, présenta, dans un de ses ouvrages, la mère de Jésus de Nazareth à la fois comme un exemple de vie virginale et comme une mère de famille.

Selon Helvidius et de nombreux penseurs des premiers siècles du christianisme, comme Tertullien, les proches de Jésus étaient les enfants de Joseph et de Marie. Helvidius estime que le monachisme et ses aspirations au célibat sont responsables de l’oubli dans lequel est tombé cet aspect familial, au profit de l’aspect ascétique. Quelques décennies plus tard, Jérôme de Stridon réagit à ses écrits dans son ouvrage Contre Helvidius.

Helvidius affirmait l’égalité entre le mariage et le célibat et critiquait en particulier les vœux monastiques féminins, inexistants dans les Écritures. Il affirmait que Marie avait eu avec Joseph une vie conjugale normale et lui avait donné des enfants après la naissance de Jésus.

Ce courant de pensée resta limité à de petites communautés de croyants, comme le mouvement des antimariani [3] qui prit racine en Arabie [4] et s’y maintint jusqu’à la fin du 4ème siècle. Il fut partagé par Bonoso di Sardica et par Jovinien .

Les théories d’Helvidius sont aujourd’hui répandues dans les milieux protestants et reprises par certains catholiques, en désaccord avec le magistère de l’Église catholique.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « Elvidio »

Notes

[1] L’arianisme est un courant de pensée théologique des débuts du christianisme, due à Arius, théologien alexandrin au début du 4ème siècle. La pensée de l’arianisme affirme que si Dieu est divin, son Fils, lui, est d’abord humain, mais un humain disposant d’une part de divinité. Le premier concile de Nicée, convoqué par Constantin en 325, rejeta l’arianisme. Il fut dès lors qualifié d’hérésie par les chrétiens trinitaires, mais les controverses sur la double nature, divine et humaine, du Christ (Dieu fait homme), se prolongèrent pendant plus d’un demi-siècle. Les empereurs succédant à Constantin revinrent à l’arianisme et c’est à cette foi que se convertirent la plupart des peuples germaniques qui rejoignirent l’empire en tant que peuples fédérés. Les wisigoths d’Hispanie restèrent ariens jusqu’à la fin du 6ème siècle et les Lombards jusqu’à la moitié du 7ème siècle.

[2] Milan est une ville d’Italie située au nord de la péninsule, à proximité des Alpes. Chef-lieu de la région Lombardie, située au milieu de la plaine du Pô.

[3] Les Antimariens, également appelés Antimarianites ou Antidicomarianites, étaient les adeptes d’un courant de pensée, jugé hérétique par d’autres chrétiens, qui niaient la virginité de Marie avant et après l’accouchement. Pour eux, l’Annonciation avait une valeur symbolique simple et ils ont littéralement interprété l’évangile de Matthieu 12:46, où l’évangéliste cite les frères de Jésus. Ce courant de pensée s’est développé au 2ème siècle et a eu plusieurs partisans jusqu’au 4ème siècle. Parmi les premiers mouvements qui ont embrassé ce courant de pensée figurent les Ebionites. Ils ont affirmé que Jésus était le fils de Joseph et de Marie.

[4] L’Arabie, ou péninsule arabique, est une vaste péninsule située au sud-ouest de l’Asie, à la jonction entre ce continent et l’Afrique. Cette région fait partie du Moyen-Orient